Zarco : un manque d'équilibre et une course "très difficile"

Johann Zarco a été en mal de sensations tout au long du week-end au GP des Pays-Bas, conclu sur une décevante 13e place. Le Français ne veut pas que ce revers vienne gâcher une première moitié de saison réussie.

Zarco : un manque d'équilibre et une course "très difficile"
Charger le lecteur audio

Johann Zarco avait prévenu qu'il n'avait pas le rythme des leaders à Assen et l'a course n'a fait que confirmer ce constat. Septième sur la grille, le natif de Cannes n'était plus que 12e à la fin du premier tour et même si les différents incidents, notamment l'accrochage entre Fabio Quartararo et Aleix Espargaró, lui ont permis de remonter au neuvième rang, il a perdu plusieurs places dans la deuxième moitié de l'épreuve et a dû se contenter de la 13e place sous le drapeau à damier.

"C'était très difficile", a reconnu le Français. "Je savais que je n'avais pas le rythme du podium. Je sentais qu'il manquait vraiment une chose, que l'on n'arrivait pas à trouver, et ça s'est confirmé en course. C'était très, très compliqué de garder le rythme. Je ne pouvais pas me mêler à la lutte parce que je perdais trop de mètres importants dans des endroits trop importants. Ça ne se joue pas à grand chose mais le petit manque d'équilibre que j'avais sur la moto aujourd'hui, ça fait qu'on n'était pas dans le bon groupe et ça ne marchait pas."

"Ce n'est pas marrant de se bagarrer comme ça, de s'épuiser pour finir 13e mais on voit que c'est difficile pour tous", a-t-il ajouté.

Tout au long du week-end, Zarco a eu du mal à bien faire pivoter sa moto en courbe, devant forcer pour y parvenir alors qu'il était "nécessaire d'avoir des sensations légères" pour briller sur ce tracé. "Je pense que je perdais du temps dans les virages donc je ne tournais pas assez", a détaillé le pilote Pramac. "Mais ce n'est pas de l'angle, ce n'est pas la position, c'est juste que je m'arrivais pas à emmener la moto dans les virages. Ça m'a pénalisé."

"Je ne pouvais pas emmener la moto en courbe comme je le voulais et même si on peut faire de bons tours et qu'on pense qu'on est bon, on voit en course qu'à un moment on ne peut pas le faire", a déploré Zarco.

Johann Zarco, Pramac Racing

Johann Zarco

Ces difficultés sont devenues encore plus évidentes en course, dans le sillage de pilotes plus à l'aise, notamment un Aleix Espargaró "hallucinant" qui l'a rapidement doublé dans sa remontée : "J'ai compris ce qui me manquait, je l'ai encore mieux vu en course parce qu'on fait 26 tours avec les autres. Je pense que ce sont de toutes petites choses à trouver dans l'équilibre, pour avoir de meilleures sensations, ce que je n'ai pas réussi à faire ce week-end."

C'est une erreur de se prendre pour le roi du monde si on est deuxième à la course précédente. C'est mon état d'esprit.

Johann Zarco

Cette course marque un coup d'arrêt pour Johann Zarco, qui restait sur quatre top 5 et deux podiums, et s'était toujours classé dans les dix premiers des courses qu'il avait terminées depuis le GP d'Émilie-Romagne l'an passé. Le pilote tricolore n'a jamais pris ses bons résultats pour acquis et prend le revers néerlandais avec philosophie.

"Le niveau est très élevé, le rythme de course était incroyable. Je pense que mon rythme était presque celui de Fabio l'an dernier [qui avait gagné] et regardez où je suis. Tout le monde est très rapide, ce sont de très petites choses [qui font la différence]. Comme je l'ai dit, je ne me sentais pas parfaitement bien sur la moto et je l'ai payé en course. Ce n'est pas perturbant [d'avoir des résultats irréguliers]. C'est une erreur de se prendre pour le roi du monde si on est deuxième à la course précédente. C'est mon état d'esprit."

Zarco ne veut donc pas que course décevante vienne gâcher sa première moitié de saison, conclue au troisième rang du championnat : "Il n'y a pas à se prendre la tête. Je suis à la fois déçu de terminer cette première partie comme ça mais pas déçu en voyant le championnat. On ne rumine pas trop ça et on va de l'avant. Il n'y a pas de technique spéciale pour l'été. De ce que je vois, je pense qu'on peut mieux comprendre des choses sur la moto pour que je m'adapte."

Lire aussi :

partages
commentaires
La boucle est bouclée pour Viñales, enfin de retour sur le podium
Article précédent

La boucle est bouclée pour Viñales, enfin de retour sur le podium

Article suivant

Fernández abandonne après un guidonnage douloureux

Fernández abandonne après un guidonnage douloureux