Alonso se délecte du gros coup réalisé au championnat

En s'imposant tout en profitant des déboires rencontrés par leurs équipiers et rivaux au championnat, les pilotes de la Toyota #8 s'offrent un matelas confortable qui leur permettra d'aborder les 24 Heures du Mans avec le maximum de sérénité possible. Pour le plus grand bonheur de Fernando Alonso !

Alonso se délecte du gros coup réalisé au championnat

Fernando Alonso, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima ont remporté leur quatrième victoire de la Super Saison dans des conditions dantesques à Spa-Francorchamps, mais s'offrent une opération comptable idéale en vue du titre mondial. Tandis que Toyota a déjà scellé sa couronne chez les équipes, le trio a accentué son avance sur l'autre équipage composé de Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López. Ces derniers ont été victimes de la défaillance d'un capteur à la mi-course, les contraignant à se résoudre à prendre la sixième place. Et voici que l'écart avant la finale au Mans entre la Toyota #8 et la #7 est de 31 points.

Ce matelas est confortable puisque le maximum de points à prendre dans la Sarthe le mois prochain est de 39 (38 pour la victoire, 1 pour la pole position), et que la deuxième place rapportera 27 points. Alonso ne manque pas de se réjouir de ce joli coup alors qu'il a clairement fait du titre mondial sa priorité par rapport à une seconde victoire aux 24 Heures du Mans.

Lire aussi :

"C'était une course difficile avec des conditions changeantes, donc il fallait être prêt pour tout ce qui pouvait se passer", commente le pilote espagnol. "Le choix des pneus était également assez difficile. On ne savait jamais quels pneus mettre avec les slicks, les intermédiaires, les pluie. Mais dans l'ensemble, il y avait des conditions extrêmes pour tout le monde, et à titre personnel, je suis extrêmement heureux pour les points au championnat aujourd'hui."

"C'est clairement un grand succès aujourd'hui au niveau des points. Je repense à Silverstone [disqualification des deux Toyota] ou Shanghai [stratégie défavorable à la #8], nous aurions probablement mérité beaucoup plus de points que ce que nous avons, et nous serions déjà mathématiquement champions. Désormais, nous devons terminer au Mans. Ils [la Toyota #7] ont besoin que beaucoup de choses se passent et qu'il ne leur arrive rien. Si nous essayons de calquer notre course sur la leur, nous pouvons être en sécurité."

À Spa, une fois la Toyota #7 hors de la lutte pour la victoire après son problème technique, la voie royale s'est dégagée pour les futurs vainqueurs. Encore fallait-il ne pas commettre d'erreur dans ces conditions surréalistes, avec au total trois épisodes neigeux durant la course. Alonso lui-même a commis une faute au début de son premier relais, lorsqu'il est parti en tête-à-queue dans Pouhon. "C'était une erreur de pilotage", reconnaît-il. "J'ai touché l'astroturf et il n'était pas sec. Heureusement, ça n'a pas eu de conséquences à cet endroit. Il y avait un Full Course Yellow et je n'ai pas perdu trop de temps."

La Toyota #7 prendra tous les risques au Mans

#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez

Dans l'état actuel des choses, une septième place aux 24 Heures du Mans suffirait à Alonso, Buemi et Nakajima pour assurer leur titre mondial. Autant dire que les trois hommes ont de quoi voir venir, et que la principale menace serait celle d'un abandon. De l'autre côté du garage, leurs coéquipiers et adversaires n'auront donc qu'une seule idée en tête : tout donner pour aller chercher leur première victoire dans la classique mancelle. Un objectif vers lequel se tourner rapidement permettra d'oublier au plus vite la grosse frustration de ce week-end.

"Nous étions la voiture la plus rapide, nous avons failli gagner, mais nous avons eu de la malchance", résume Mike Conway auprès de Motorsport.com. "Je crois que nous avions le rythme dans toutes les conditions, nous dominions quand c'était sec. Il faudrait que la voiture sœur ne termine pas au Mans [pour gagner le titre], ce que nous ne voulons pas. Donc la situation n'est pas bonne. Mais nous allons nous battre jusqu'au bout et voir ce que Le Mans nous réserve."

Et José María López de conforter les propos de son équipier : "Nous avons fait tout notre possible. [La défaillance] est quelque chose que nous ne pouvons pas gérer. Nous avons fait ce que nous avions à faire en essayant de gagner. Nous étions en tête avec 55 secondes d'avance lorsque nous avons rencontré le problème. Nous n'avons rien à perdre au Mans désormais. Nous pouvons attaquer et essayer de gagner la course."

Propos recueillis par Jamie Klein et Gary Watkins  

partages
commentaires
La Toyota d'Alonso-Buemi-Nakajima brave la neige et s'impose à Spa

Article précédent

La Toyota d'Alonso-Buemi-Nakajima brave la neige et s'impose à Spa

Article suivant

Relais de 2h45 et podium : Vandoorne est prêt pour Le Mans !

Relais de 2h45 et podium : Vandoorne est prêt pour Le Mans !
Charger les commentaires
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021