WEC
22 févr.
-
23 févr.
Événement terminé

Hypercar : la décision d'Aston Martin "n'a rien à voir" avec la F1

partages
commentaires
Hypercar : la décision d'Aston Martin "n'a rien à voir" avec la F1
Par :
22 févr. 2020 à 18:54

Trois jours après avoir annoncé la suspension de son programme Hypercar pour le WEC et les 24 Heures du Mans, Aston Martin a donné de plus amples détails sur les motivations qui ont conduit à cette décision.

Contrairement à ce que prévoyait la marque, elle ne sera pas présente sur la grille en 2020-2021 et le développement d'un modèle Valkyrie pour la compétition a été mis en pause. Si le constructeur britannique a décidé de réévaluer ses plans, il assure toutefois que cela n'a rien à voir avec l'investissement majeur réalisé par Lawrence Stroll il y a quelques semaines, et qui se traduira par l'engagement officiel d'Aston Martin en Formule 1 via l'écurie Racing Point dès l'année prochaine. "C'est juste une coïncidence que les annonces aient eu lieu à la même période, la F1 n'a rien à voir avec ça", assure David King, président d'Aston Martin Racing. "Ça n'a rien à voir avec l'arrivée de Lawrence Stroll, rien à voir avec le fait que nous ayons connu une année économiquement plus difficile que prévu."

Plus d'acheteur pour la Valkyrie ?

Si Aston Martin a pris la décision de revoir son engagement dans la catégorie Le Mans Hypercar, c'est bel et bien à cause de l'annonce d'une convergence entre l'IMSA et l'ACO, faite en janvier dernier. Celle-ci aboutira à la naissance du LMDh, qui trouvera sa place aux côtés du LMH et qui ne figurait pas dans la donne de départ lorsque Aston a mis en place son projet. Cette nouveauté, dont certains contours restent à définir, est venue ébranler le modèle économique qu'avait imaginé la marque pour son implication au plus haut niveau de l'Endurance.

Lire aussi :

"Une des conditions financières entourant l'approbation de notre programme supposait que nous allions récupérer une partie de l'investissement via la vente de Valkyrie de course à des équipes clientes, si ce n'est lors de la première année, au moins lors de la deuxième et de la troisième", explique David King. "L'intention d'une convergence avec l'IMSA à travers le LMDh a changé les choses pour nous. Nous pensons que le marché pour la compétition client est touché. La Valkyrie est une voiture de course onéreuse car elle est issue d'une voiture de route qui coûte 2,5 millions de livres. Désormais, en se basant sur ce que nous pensons que les autres concurrents feront, ces équipes privées vont pouvoir acheter des voitures LMDh de premier ordre et bien moins chères."

Les regrets sont importants pour Aston Martin compte tenu des efforts qui avaient d'ores et déjà été consentis pour préparer le programme compétition en Le Mans Hypercar. La version course de la Valkyrie n'était qu'à deux mois de ses premiers tours de roue. "Nous avons travaillé d'arrache-pied depuis notre annonce en juin, jusqu'au moment où nous avons tout coupé il y a quelques semaines", souligne David King. "Nous avons dépensé beaucoup d'argent et nous étions bien avancés avec la voiture."

Pour le moment, Aston Martin insiste sur le fait que son programme est suspendu, et tandis que sa présence en GTE ne sera pas remise en cause, les options pour jouer la victoire au Mans au classement général demeurent à l'étude, mais soumises aux précisions réglementaires qui seront apportées dans les prochains mois.

Propos recueillis par Jamie Klein  

Voir aussi :

Article suivant
EL1 - Rebellion mène les premiers essais à Austin

Article précédent

EL1 - Rebellion mène les premiers essais à Austin

Article suivant

EL2 - Rebellion confirme mais explose son moteur

EL2 - Rebellion confirme mais explose son moteur
Charger les commentaires