Le futur règlement WRC sur le point d'être défini après des mois de débats

Le Championnat du monde des Rallyes devrait éclaircir son avenir aujourd'hui, après des mois de discussions et de débats au sujet du règlement technique.

Dani Sordo, Candido Carrera, Hyundai World Rally Team Hyundai i20 N Rally1

Plusieurs importantes questions portant sur l'avenir du WRC devraient trouver une réponse avec le Conseil Mondial du Sport Automobile, qui se réunit ce mardi 11 juin. En tête de l'ordre du jour, le règlement technique portant sur les deux prochaines saisons, un sujet qui a suscité de nombreux débats depuis que la Fédération internationale de l'automobile a dévoilé ses propositions en février.

Aujourd'hui, les attentes sont que le règlement actuel du Rally1 reste en place jusque fin 2026. Il s'agirait d'un revirement par rapport à la proposition faite par le groupe de travail de la FIA, mis en place en décembre afin de mener des évaluations et de fournir ses recommandations pour l'orientation future du rallye.

La proposition de février s'articulait autour de la suppression de la motorisation hybride des Rally1 dès l'année prochaine, dans le cadre d'un plan visant à aligner leurs performances avec celles des Rally2 avec également une réduction de l'aérodynamique à l'aide d'un aileron arrière modifié, et un restricteur d'air plus petit. Dans le même temps, il a été proposé que les constructeurs puissent utiliser un kit évolué en Rally2 afin d'augmenter les performances des voitures et de permettre à certains concurrents de se battre au plus haut niveau.

Ce plan a suscité une forte opposition au sein des équipes Rally1 et des constructeurs du WRC2, ce qui a conduit à l'envoi d'une lettre à la FIA au mois d'avril afin de requérir le maintien des règles actuelles. Les principales craintes des équipes portaient sur des délais trop courts pour redessiner, tester et valider les changements apportés aux voitures en vue de la saison prochaine, et sur le fait que des investissements avaient déjà été réalisés pour développer les voitures actuelles, censées être calées sur un cycle d'homologation de cinq ans courant jusque fin 2026.

L'idée de la FIA était d'augmenter le nombre d'inscriptions et d'assurer une transition en douceur vers 2027, saison qui doit voir l'introduction d'un nouveau règlement basé autour du concept actuel des Rally1. Ces voitures de 330 cv utiliseront une cellule de sécurité commune afin de réduire les coûts et de permettre aux constructeurs de développer des voitures avec leur propre carrosserie basée sur des modèles de série.

Plusieurs réunions ont eu lieu depuis février entre les principaux acteurs du championnat et la Commission WRC afin de trouver une solution pour avancer sur le sujet. La FIA avait notamment exprimé sa confiance dans un communiqué répondant aux équipes de plus en plus inquiètes face à une situation qui devenait critique. Un dossier a été constitué qui sera présenté au Conseil Mondial où une décision doit être prise ce mardi.

L'attente d'une transition en douceur

Si la FIA est restée très discrète sur ce qui sera annoncé, Andrew Wheatley, directeur des rallyes au sein de la fédération, a déclaré en marge du Rallye de Sardaigne que l'on pouvait s'attendre à une "transition en douceur" vers 2027.

"Il y a eu un travail incroyable réalisé ces trois derniers mois et je pense que nous en sommes probablement à 50% du travail à accomplir", a déclaré Andrew Wheatley lorsque Motorsport.com l'a interrogé sur cette réunion à venir du Conseil Mondial.

"Nous sommes allés très loin par rapport à la discussion que nous avions eue, mais c'est en partie dû au fait qu'il y a eu des discussions assez approfondies pendant assez longtemps. Je pense que ce que vous découvrirez, c'est que nous serons en mesure de suivre une transition en douceur vers 2027. Les concepts qui ont été générés, l'énergie positive et le travail acharné qui ont été investis témoignent du fait que tout le monde croit que le Championnat du monde des Rallyes a un avenir solide."

Elfyn Evans, Scott Martin, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota GR Yaris Rally1

Elfyn Evans (Toyota Gazoo Racing WRT)

Photo : Red Bull Content Pool

Il reste à découvrir ce que cette "transition en douceur" signifiera exactement sur le papier, mais les équipes du WRC ont déjà donné des indications laissant penser que le Rally1 tel que nous le connaissons sera toujours en place l'année prochaine.

Ainsi, Jari-Matti Latvala, team principal de l'équipe Toyota, avait laissé entendre en Croatie qu'il ne s'attendait pas à beaucoup de changements, tandis qu'en Sardaigne, au début du mois, il a déclaré : "Les médias ont un peu parlé du fait que les voitures actuelles resteront pour les deux prochaines années, ce que je suppose. Je pense que c'est la bonne façon de faire car les investissements ont été faits et il est inutile de faire un gros investissement pour une courte période."

"Nous devrions nous concentrer sur le règlement 2027 et toutes les équipes sont d'accord sur ce point, c'est donc ce que j'espère. Pour moi, que la voiture soit avec ou sans hybride ne fait pas une grande différence dans l'ensemble. Je pense que le fait de ne pas opérer d'investissement supplémentaire dans les voitures actuelles serait ce qui est le mieux afin que tout le monde économise du budget."

Hyundai a clairement fait connaître sa position, son patron Cyril Abiteboul révélant que l'incertitude pesant sur l'avenir a forcé son équipe à abandonner une importante mise à jour prévue pour 2025 sur sa i20 N. L'ancien patron d'équipe en Formule 1 estime que les changements proposés pour les Rally1 créeraient un produit "qui ne serait pas à la hauteur" du WRC. Le Français a donc demandé à Hyundai de miser sur le règlement en vigueur et de continuer à travailler sur les améliorations à apporter à la i20 N actuelle pour l'année prochaine.

"Il est grand temps que nous obtenions une clarification pour l'avenir, d'abord et avant tout pour l'équipe et notre bureau d'études, car il est très difficile de définir sur quelle voiture et quel règlement travailler", a déclaré Cyril Abiteboul à Motorsport.com.

"Nous avons anticipé cela et fait des suppositions sur ce que seront les conclusions du Conseil Mondial du Sport Automobile, et nous espérons que nos suppositions seront confirmées. C'est important pour que nous puissions rendre compte au siège de ce à quoi ressembleront 2025 et 2026."

Adrien Fourmaux (M-Sport Ford World Rally Team)

Adrien Fourmaux (M-Sport Ford World Rally Team)

Photo de: M-Sport

De son côté, M-Sport-Ford mise également sur la stabilité du règlement pour l'année prochaine, l'objectif clairement annoncé étant de s'assurer que le championnat soit dans la meilleure position possible pour attirer de nouvelles marques en 2027.

"Nous n'avons pas de résultats solides [pour l'instant] mais je pense que d'après tout ce que j'entends, la stabilité est la clé et l'accent est mis sur 2027, et c'est ce que nous voulons", a déclaré Richard Millener, team principal de l'équipe britannique, interrogé par Motorsport.com en Sardaigne.

"Tous les constructeurs sont sur la même longueur d'ondes et très positifs afin d'essayer de trouver une voie à suivre pour 2027. Nous étudions différents groupes motopropulseurs et différentes options, donc il n'y a pas d'excuses pour qu'un constructeur ne s'engage pas. Qu'il le fasse ou non, c'est ensuite une autre histoire. Nous avons besoin de cette validation finale et nous pourrons alors aller de l'avant. Je pense que nous avons connu quelques mois difficiles d'instabilité, qui n'étaient pas vraiment nécessaires."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Kalle Rovanperä s'apprête à faire ses débuts sur circuit
Article suivant Le système hybride des WRC officiellement maintenu jusqu'en 2026

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France