M-Sport appelle à une réduction du nombre de jours d'essais en WRC

Le manager de l'équipe M-Sport, Richard Millener, juge nécessaire une réduction du nombre de journées de tests en amont des épreuves du Championnat du monde des Rallyes, ce afin de réduire les coûts et ainsi d'attirer de nouveaux constructeurs.

M-Sport appelle à une réduction du nombre de jours d'essais en WRC
Charger le lecteur audio

La réglementation actuelle régissant les Rally1 accorde une journée d'essais par pilote pour chaque manche du championnat disputée en Europe, en plus d'une autre journée que les concurrents peuvent utiliser à n'importe quel moment dans le courant du mois de mars. On le voit, le planning des journées de tests ne concerne donc pas les épreuves extra européennes, au nombre de trois cette année : le Kenya, la Nouvelle-Zélande ainsi que le Japon.

À titre d'exemple, Hyundai a participé à trois journées d'essais en amont du présent Rallye de Finlande, alors que Toyota a de son côté pris part à quatre journées de roulage réparties sur les quatre pilotes défendant ses couleurs ce week-end. Autant de journées qui pèsent sur le budget des équipes, dont aucune ne peut se permettre de ne pas y participer afin de rester dans la course au développement et donc compétitive.

Une situation que regrette le manager de M-Sport, Richard Millener, qui depuis un certain temps déjà insiste auprès de la FIA pour que soit réduit le nombre de jours d'essais alloués aux équipes. La structure anglaise a ainsi dû renoncer au moindre test en préambule du Rallye de Finlande pour des raisons budgétaires, sans compter le manque de temps à disposition, moins de trois semaines après le Rallye d'Estonie.

On le sait, M-Sport est une équipe privée qui représente Ford en compétition, et son budget est bien moins élevé par rapport aux autres équipes d'usine que sont Toyota et Hyundai. En conséquence, Millener est revenu à la charge, expliquant qu'il est temps de revoir le nombre de journées d'essais autorisées en amont des différentes manches du championnat.

"Nous n'avons pas fait d'essais ici [en Finlande], ce qui a provoqué des réactions [sur internet] quant à notre supposé manque de volonté, ce qui est quelque chose de frustrant", a ainsi expliqué le responsable de M-Sport auprès de Motorsport.com. "Mais nous disposons de ressources ainsi que d'un budget limités, tout en sachant que nous avons voulu renvoyer les voitures en Angleterre pour les reconditionner et les mettre au niveau que nous souhaitions, mais nous n'étions tout simplement pas en mesure de faire des essais compte tenu du faible temps imparti entre l'Estonie et la Finlande."

"Je ne pense pas que cela soit le plus gros point noir pour nous cette saison. Je pense que cela ne va pas être un gros problème pour nous, mais il est difficile de dire où nous serons [en termes de compétitivité] ce week-end. Nous sommes toujours à la recherche de moyens pour réduire les coûts, et je pense qu'il y a un vrai sujet quant à savoir si nous avons vraiment besoin de toutes ces journées d'essais avant chaque rallye couru en Europe. Ce pourrait être avant les autres [épreuves] ou bien un certain nombre fixé chaque année."

M-Sport n'a pas participé à la moindre journée d'essais avant la Finlande, mais aligne cinq voitures ce week-end.

M-Sport n'a pas participé à la moindre journée d'essais avant la Finlande, mais aligne cinq voitures ce week-end.

Rendre le WRC plus attractif pour les constructeurs

Millener estime ainsi qu'une limitation des essais pourrait réduire les coûts à l'avenir, et rendre par conséquent la discipline plus attractive pour de potentiels constructeurs. "Nous savons quelle idée ils [les constructeurs] ont à propos du budget, de combien ça coûte, et cela peu repousser certaines personnes, donc il faut réviser à la baisse [les budgets]", reprend le responsable de M-Sport.

"Je pense que réduire le nombre de jours d'essais permettrait à plus de constructeurs et d'équipes clientes de venir concourir et c'est quelque chose d'important quand on sait que le rallye n'a jamais présenté un grand nombre de constructeurs, à part une période où ils étaient six ou sept mais cela n'a pas duré longtemps. Je pense que quatre [constructeurs] serait bien, et cinq ce serait super, mais il serait bon d'attirer également quelques privés car c'est quelque chose qui nous fait défaut pour le moment. Nous devons faire attention en ce qui concerne la réglementation afin de ne pas les exclure. Ils devraient toujours se voir accorder une journée [avant les rallyes], mais pour ce qui est des pilotes d'usine, nous pouvons imposer une limite."

Alors que seulement deux constructeurs (trois, si on compte Ford au travers de M-Sport) sont actuellement engagés en WRC, la FIA est en train de consulter les différentes marques européennes afin d'établir un nouveau règlement plus attractif, et qui devrait entrer en vigueur en 2025.

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Breen : une erreur qui coûte cher et un podium qui s'envole

ES15 à 18 - Tänak résiste à Rovanperä avant la dernière étape