Rovanperä, à la fois si proche et encore si loin du titre

Kalle Rovanperä dispose d'une nouvelle cartouche ce week-end au Rallye de Nouvelle-Zélande pour espérer remporter le titre cette saison. Mais un nouvel ajournement pourrait bien sérieusement semer le doute dans l'esprit du jeune Finlandais.

Rovanperä, à la fois si proche et encore si loin du titre
Charger le lecteur audio

Kalle Rovanperä n'en finit plus d'attendre d'être titré. Pour la troisième manche consécutive, le Finlandais se retrouve en effet en position de devenir Champion du monde des Rallyes pour la saison 2022 ce week-end, à l'occasion du Rallye de Nouvelle-Zélande. Une situation qui ne semble guère convenir au pilote Toyota, qui a donc déjà vendangé deux premières opportunités d'être sacré au Rallye d'Ypres puis au Rallye de l'Acropole.

Rovanperä, pourtant si dominateur lors de la première partie de saison avec cinq victoires décrochées lors des sept premiers rallyes, a en effet perdu le fil depuis le cœur de l'été. Après avoir essuyé son premier abandon de la saison en Belgique, le leader du championnat est de nouveau parti à la faute en Grèce, n'inscrivant que neuf points sur le cumul des deux épreuves.

Aussi, l'objectif de Rovanperä ce week-end sera avant tout de livrer enfin une prestation sans accroc, comme il a pu l'expliquer à Motorsport.com. "Après quelques rallyes "de merde", tout ce que je veux c'est finir cette manche avec de bonnes sensations. Il faut vraiment que nous réalisions un week-end propre […]. Ce ne sera pas facile en balayant la route vendredi. Ce sera piégeux, mais nous allons bien sûr essayer."

Visiblement marqué par les différents coups du sort qui l'ont frappé lors des dernières manches, le Finlandais préfère donc avant tout viser l'arrivée plutôt que le titre ce week-end. "Il est évident qu'il [le titre] est dans mon esprit", reprend-il. "Mais après quelques rallyes aussi mauvais vous commencez à être un peu abattu. Je ne veux pas trop y penser."

Pendant ce temps son principal adversaire, Ott Tänak, est revenu à 53 points, et détient clairement la dynamique de son côté. En ce sens, les données du problème se posent comme suit pour le Finlandais : qu'il marque huit points de mieux que son adversaire, et il deviendra le plus jeune Champion du monde des Rallyes de l'Histoire, battant le précédent record détenu depuis 1995 par Colin McRae (qui avait été titré à 27 ans). En revanche, s'il se fait de nouveau reprendre des points ou n'en marque pas plus de six de mieux que Tänak, alors l'attribution du titre sera une nouvelle fois repoussée à plus tard.

Mais il existe encore une tierce possibilité : celle de voir Rovanperä reprendre précisément sept points à l'Estonien. Disposant d'une avance au championnat de 60 unités, le Finlandais pourrait alors être titré s'il parvient à s'imposer en Nouvelle-Zélande – il ne pourrait en effet plus être rejoint au nombre de victoires en cas d'égalité de points à l'issue de la dernière manche de la saison. Mais si le pilote Toyota ne l'emporte pas ce week-end, alors il restera encore un espoir, même infime, à Tänak de coiffer la couronne mondiale cette année.

Toujours tenu à bonne distance par Rovanperä, Tänak a malgré tout réussi à instiller le doute chez le Finlandais en cette fin de saison.

Toujours tenu à bonne distance par Rovanperä, Tänak a malgré tout réussi à instiller le doute chez le Finlandais en cette fin de saison.

La guerre psychologique déclenchée

Voilà donc les différents scénarios possibles concernant les deux principaux leaders du championnat. Évoquons rapidement le cas de Thierry Neuville qui est, lui aussi, mathématiquement toujours en lice pour le titre. Néanmoins distancé à 76 points de Rovanperä, il devra au minimum en marquer 17 de plus que ce dernier en Nouvelle-Zélande et un sacre semble donc illusoire pour le Belge cette saison.

On le voit, c'est bien Rovanperä qui détient son avenir entre ses mains ce week-end en Nouvelle-Zélande. De quoi mettre une pression supplémentaire sur les épaules du jeune pilote, qui fêtera ses 22 ans samedi en pleine épreuve. Tänak en a bien conscience, et l'Estonien a d'ores et déjà entamé les hostilités en amenant la lutte sur le terrain psychologique.

"La balle n'est pas dans notre camp, mais dans le sien", a-t-il indiqué, en prenant soin de rejeter toute la pression sur son rival. "Nous pourrions remporter la totalité des rallyes restants que nous ne serions toujours pas assurés de le faire [remporter le titre], donc nos chances sont minces." Minces, mais toujours existantes rallye après rallye. Jusqu'à quand ?

Avec Tom Howard

Lire aussi :
partages
commentaires
Tänak de nouveau dos au mur en Nouvelle-Zélande
Article précédent

Tänak de nouveau dos au mur en Nouvelle-Zélande

Article suivant

Vidéos et jeux sur consoles, une préparation atypique pour les pilotes

Vidéos et jeux sur consoles, une préparation atypique pour les pilotes