Le travail tarde à payer, Hayden "en veut plus"

partages
commentaires
Le travail tarde à payer, Hayden
Par : Léna Buffa
14 mars 2017 à 08:54

Fortement affecté par un problème de frein moteur durant tout le week-end de la manche thaïlandaise du WSBK, le pilote Honda a sauvé une neuvième et une septième places. Des résultats toujours très en-deçà de ses attentes.

Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
La moto de Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Leon Camier, MV Agusta, Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Chaz Davies, Ducati Team, Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team

Le clan Honda reste empêtré dans la difficile gestion de la nouvelle Fireblade, une moto qui a été livrée à l'équipe Ten Kate juste à temps pour entamer les essais de pré-saison, mais dont tous s'accordent à dire qu'elle requiert encore un gros travail de développement. En attendant, les courses s'enchaînent et les points se font bien trop rares au regard des ambitions qui entouraient ce projet.

En Thaïlande, pour la deuxième manche de la saison, Nicky Hayden s'est trouvé très en difficulté au guidon de sa CBR dès les essais libres de vendredi, qu'il a conclus à une maigre 13e place, distancé de 1"3 par le leader du jour. "On a eu beaucoup de problèmes de frein moteur, en entrée de virage", expliquait-il auprès du site officiel, pointant un souci déjà identifié à Phillip Island, mais qui s'est intensifié avec les gros freinages de Buriram.

"[On a cherché à] rendre la moto constante et à faire en sorte qu'elle me donne le même feeling tour après tour, virage après virage. On a changé différents systèmes et essayé de comprendre pourquoi ça ne fonctionnait pas bien", poursuivait le pilote américain, plongé avec le team Ten Kate dans un travail de longue haleine qui peine à porter ses fruits.

Samedi, malgré ces efforts, il a tout de même accusé 33 secondes de retard sur le vainqueur au terme de la première course, récoltant les points de la neuvième position. "Ça n'est pas bon, évidemment, mais un petit peu mieux que le reste du week-end. J'ai pu signer mon meilleur temps du week-end au bout de huit tours environ. J'ai fait quelques bons tours et appris certaines choses pour [dimanche]", égrenait l'Américain, très loin de ses attentes. "J'ai marqué quelques points, fait le résultat… Il n'y a rien à fêter, mais c'est comme ça."

Aidé par le drapeau rouge en Course 2

Absent de la Superpole 2 pour la première fois depuis qu'il a rejoint le WSBK, Nicky Hayden n'occupait que la 14e place sur la première grille de départ. Son résultat dans la première manche lui a permis de grimper de précieux rangs pour s'élancer de la sixième position dimanche, à la faveur du nouveau règlement.

S'en est suivie une course légèrement plus satisfaisante, qui l'a vu évoluer auprès de Jordi Torres, Leon Camier ou encore Chaz Davies. Mais, là encore, le frein moteur de la Honda a bien failli lui jouer un mauvais tour.

"Le drapeau rouge m'a clairement fait une grande faveur, parce que j'avais des problèmes avec le frein moteur qui ne réagissait pas normalement et je manquais les freinages partout. Heureusement, on a pu rentrer au stand et, je ne sais pas trop, réinitialiser quelque chose. En tout cas, ça a fonctionné quand je suis revenu en piste", expliquait-il.

"Bien entendu, ça n'est rien d'exceptionnel, mais j'ai été plus rapide que je ne l'ai été tout le week-end. J'ai signé mes meilleurs chronos, produit mon meilleur rythme. J'étais là et j'essayais de rester au contact de Torres et de ce groupe en bagarre pour la cinquième place", racontait Hayden. "Quand la moto de Camier a commencé à perdre de l'huile, ça n'a pas été facile parce que je voyais la fuite et j'essayais de rester à l'intérieur par rapport à lui, en particulier dans les virages à droite. J'ai perdu ce groupe et j'ai continué tout seul. J'ai quand même pu boucler quelques bons tours."

Cette fin de course en solitaire lui a valu la septième place, cette fois à 20 secondes du vainqueur. Seulement 15e au championnat à son arrivée à Buriram, Nicky Hayden est ainsi remonté à la dixième place, mais pour un pilote qui souhaitait jouer le titre, accuser 79 points de retard sur le leader après ces quatre premières courses sur 26 ne peut en aucun cas s'avérer réjouissant.

"Bien sûr, on en veut plus. Ça n'est pas facile pour moi de rencontrer beaucoup plus de difficultés que l'année dernière, mais pour le team non plus. Tout le monde a beaucoup d'attentes… beaucoup de tension, je dirais, mais les gars sont restés calmes ce week-end et on va bien voir ce qui se passera plus tard dans la saison", concluait l'Américain, sans parvenir à masquer une certaine résignation.

Casquette Nicky Hayden 2016
Casquette Nicky Hayden 2016, en vente sur Motorsport.com
Article suivant
WSS - Mahias et Cluzel out, Caricasulo ouvre son compteur

Article précédent

WSS - Mahias et Cluzel out, Caricasulo ouvre son compteur

Article suivant

Début de saison réussi pour Forés et sa Ducati privée

Début de saison réussi pour Forés et sa Ducati privée
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Événement Buriram
Catégorie Course 2
Lieu Chang International Circuit
Pilotes Nicky Hayden Boutique
Équipes Ten Kate Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Réactions