Alonso échappe à la pénalité au GP de Turquie

Fernando Alonso ne sera pas pénalisé sur la grille de départ pour une infraction sous double drapeau jaune, les commissaires l'ayant blanchi au GP de Turquie.

Charger le lecteur audio

Après convocation par les commissaires du Grand Prix de Turquie à la suite d'une infraction présumée sous double drapeau jaune pendant les qualifications, Fernando Alonso est ressorti sans pénalité. L'Espagnol, qualifié sixième mais qui s'élancera cinquième en raison de la pénalité consécutive à un changement de pièce sur le moteur de Lewis Hamilton, n'a pas été jugé coupable par les officiels de l'épreuve.

Les faits se sont déroulés en début de séance, au moment où les premiers temps ont été fixés. L'incident qui a déclenché des drapeaux jaunes était a priori un tête-à-queue pour Sebastian Vettel. Or, alors qu'il entrait dans la zone de l'incident, Alonso a inscrit un premier tour chronométré relativement compétitif et a donc été soupçonné de ne pas avoir suffisamment ralenti ce faisant. En réalité, après vérification, son ralentissement a été jugé suffisant, excluant toute infraction de sa part à l'article 2.5.5. b) de l'Annexe H du Code Sportif International de la FIA.

"Il était évident que le pilote s'est plié aux exigences de réduction significative de vitesse après la sortie des doubles drapeaux jaunes et s'est en conséquence conformé aux provisions de l'article 2.5.5. b) du Code Sportif International", peut-on lire dans la décision des commissaires. "Néanmoins, le point 7.1 des Notes du Directeur de course exige que les pilotes ne signent pas de temps significatif dans une situation de double drapeau jaune."

"Tenant compte du fait que la situation de drapeau jaune est intervenue au moment où le pilote débutait son premier tour de la séance et notant que le pilote était pleinement convaincu de ne pas avoir signé un temps au tour significatif car son tour chronométré suivant était approximativement 3,5 secondes plus rapide que celui où la situation de drapeau jaune est survenue, les commissaires sont satisfaits que le pilote ait respecté les règles pertinentes et n'infligent aucune sanction."

La cinquième place est la meilleure position de départ d'Alonso en Formule 1 depuis le funeste Grand Prix du Japon 2014. Il pilotait à l'époque pour Ferrari et avait abandonné au bout de deux tours sur problème technique, lors d'une épreuve très pluvieuse débutée sous Safety Car et bien entendu marquée par l'accident très grave de Jules Bianchi.

Lire aussi :

partages
commentaires
Bottas : "On ne m'a pas demandé de ralentir"
Article précédent

Bottas : "On ne m'a pas demandé de ralentir"

Article suivant

GP de Turquie F1 - Programme TV et guide d'avant-course

GP de Turquie F1 - Programme TV et guide d'avant-course
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021