Aston Martin, un défi qu'il aurait été "facile de fuir"

Pour le nouveau responsable de l'écurie Aston Martin en F1, Mike Krack, il aurait été simple de ne pas relever le défi de mener une structure dans une période compliquée.

Lance Stroll, Aston Martin AMR22

Aston Martin est la seule équipe dont le compteur est resté à zéro en ce début de campagne 2022, la structure nouvellement dirigée par Mike Krack étant aux prises avec un important problème de marsouinage qui l'empêche de pouvoir exploiter son package. Quatre incidents différents ont impliqué les deux pilotes de l'écurie, Sebastian Vettel et Lance Stroll, lors du Grand Prix d'Australie, les dégâts en résultant ne faisant qu'ajouter aux difficultés du constructeur britannique.

Au sortir d'une saison 2021 compliquée, l'ambition était grande pour Aston Martin de profiter de la nouvelle réglementation technique pour rebondir en 2022. D'autant plus qu'en interne, d'importants changements sont en cours, notamment avec la croissance de ses effectifs et le déménagement prochain dans une nouvelle usine. Mike Krack a déclaré qu'il savait avant même de prendre ses fonctions que cela pouvait ne pas faciliter la tâche de la structure.

"J'avais beaucoup de questions lorsque j'ai été approché pour ce poste, et lorsque j'ai obtenu les réponses à ces questions, j'ai su que cela allait être un gros défi", a-t-il déclaré. "Il aurait été facile de le fuir. Je ne m'attendais donc pas à ce que ce soit facile."

"Je dois dire que les trois premières courses n'ont pas été simples, vraiment. Je veux dire, en fin de compte, la F1 reste la F1, c'est dur. Vous devez avoir une voiture rapide, vous ne devez pas faire d'erreurs, vous devez avoir de bons pilotes. Donc tout n'est pas au point pour le moment. Nous devons vraiment travailler dur pour y arriver. En fin de compte, il n'y a rien de magique."

Mike Krack salue Sebastian Vettel à Melbourne

Mike Krack salue Sebastian Vettel à Melbourne

Krack reconnaît par ailleurs toujours être en phase d'apprentissage au sein de son écurie, après avoir passé peu de temps à Silverstone depuis son arrivée officielle en mars, en raison d'un calendrier déjà très chargé entre les essais hivernaux et le début de la saison. "Vous devez clairement identifier qui travaille sur quel processus, qui fait quoi", a-t-il déclaré.

"Il est évident que lorsque vous voyagez pour la course, vous avez un peu moins de recul que si vous passiez, par exemple, trois mois à l'usine pour commencer. Je pense que ça fait six ou sept semaines à présent. Mais c'est à moi de prendre les mesures nécessaires pour parler à un maximum de personnes, essayer d'identifier où nous en sommes, ce que nous devons améliorer et aller de l'avant. Encore une fois, je ne suis pas le genre de gars qui cherche des excuses ici."

En tout cas, pour Krack, l'arrivée récente du nouveau directeur technique Dan Fallows, dont le préavis à la suite de son départ de Red Bull Racing a pris fin après avoir été embauché en juin dernier, est bénéfique pour l'équipe. "Nous avons une autre nouvelle recrue avec Dan, vous êtes probablement au courant, donc nous allons devoir nous réunir et identifier clairement comment nous développons la voiture, comment nous développons la performance, et comment nous développons la structure de l'équipe..."

"Pour identifier une faiblesse, je pense que c'est clairement la performance de la voiture, et la manière dont nous devons améliorer cela est une chose sur laquelle nous devrons encore nous pencher dans les prochaines semaines."

Lire aussi :

Article précédent Silverstone se délecte de ventes "sans précédent" pour le Grand Prix
Article suivant Alfa Romeo va lancer un nouveau plancher à Imola

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France