Autobiographie - Aussie Grit, par Mark Webber

Le très attendu livre révélateur de Mark Webber est enfin sorti, et comme on l'attendrait de l'Australien au franc-parler, c'est une lecture géniale.

Il y avait beaucoup d'attentes en ce livre dans les semaines qui ont précédé sa sortie. L'équipe devait savoir que cela arriverait un jour ; d'après Webber, Red Bull Racing a mis une clause dans son contrat l'interdisant de publier un livre pendant douze mois.

Le livre est désormais sorti, et il est spectaculaire!

Sans surprise, Webber ne mâche pas ses mots. Il détaille comment il s'est rendu compte, certes pas assez vite, que la Team Webber n'avait pas les bonnes personnes parmi elle, chez Red Bull Racing. Les décideurs étaient dans la Team Seb, et la situation a atteint un point critique en Malaisie en 2013.

Mais comment est-ce qu'on passe de Queanbeyan à la F1?

À part le prologue qui fait office de teaser sur l'affaire Multi 21, le livre est organisé de façon très chronologique. Cela signifie qu'il offre un aperçu très intéressant de la bataille que Webber a mené avec sa famille et sa compagne Ann Neal pour devenir pilote de Formule 1.

Il est de notoriété publique que Webber n'a pas eu la tâche facile dans cette optique. Sa famille avait de l'argent, mais certainement pas assez pour aller de la Formule Ford australienne jusqu'en Formule 1.

Dans le livre, il décrit à quel point ce fut difficile. D'un appartement minuscule au Royaume-Uni, Neal et lui ont fait des allers-retours entre Europe et Australie, à la recherche de budget. Il y a également eu de nombreux sauvetages de dernière minute, à des moments où Webber avait plus ou moins abandonné et faisait ses valises pour rentrer en Australie.

Les difficultés rencontrées par Webber et Neal n'étaient pas qu'en piste ou dans des conseils d'administration, à la recherche de sponsors. Le livre détaille aussi les problèmes rencontrés lorsque leur relation professionnelle (Neal étant son manager) est devenue romantique, et le manque d'enthousiasme des parents de Webber de voir leur fils sortir avec une divorcée qui avait treize ans de plus et déjà un jeune fils.

Les relations brisées

Alors que Webber et Neal ont résolu les problèmes que posait leur relation, le livre relate les relations brisées entre Webber et les écuries pour lesquelles il a couru.

La première querelle a été avec Mercedes, la marque qui a offert à Webber son premier volant payé dans son programme de voitures de sport. Les choses se passaient bien jusqu'à ce que les voitures commencent à s'envoler au Mans lorsque Webber les pilotait. C'était déjà inquiétant, mais pour couronner le tout, Webber écrit dans le livre que l'équipe ne l'a pas cru au début, et même après avoir vu des images, l'a toujours tenu responsable de ces envols imprévisibles.

La relation entre Webber et Mercedes ne s'en est jamais vraiment remise, et s'est achevée dans une bataille juridique au sujet de son contrat.

Puis il y a eu la célèbre équipe Williams. Ce que Webber espérait comme la réalisation du rêve de toute une vie s'est avéré "le pire moment de ma carrière en F1".

Après une demi-saison seulement, Webber se rappelle avoir été appelé par Frank Williams et Patrick Head. Ils lui ont dit qu'ils étaient "énormément déçus" et que "nous t'avons pour une autre année, mais s'il y a moyen de ne pas t'avoir, ça nous irait".

À partir de la, la relation était finie. Webber avait aussi le sentiment que Nick Heidfeld obtenait un traitement préférentiel des ingénieurs... et ce n'était pas la dernière fois qu'il aurait cette impression à propos d'un Allemand qui travaille de l'autre côté du garage.

Vettel, un pion sur l'échiquier Red Bull

Webber ne mâche pas ses mots quand il en vient à Red Bull Racing. En détail, il décrit comment la relation entre l'équipe et lui s'est détériorée au fil des années après l'arrivée de Sebastian Vettel et comment Christian Horner, qu'il décrit comme impuissant au sein de l'écurie, n'a rien fait pour mettre fin aux agissements de Vettel et Helmut Marko.

Accuser l'équipe plutôt que Vettel est un thème récurrent dans le livre. Pour Webber, Vettel n'était qu'un pion sur l'échiquier, mais du côté des vainqueurs. Même après que l'Allemand lui a dit qu'il n'avait aucun respect pour lui en tant que personne, à la suite de son retournement de veste dans l'affaire Multi 21, Webber considère qu'il n'est que le porte-parole de Marko.

Webber va même au point d'admettre que Vettel était un meilleur pilote que lui. "Je peux dire avec une honnêteté absolue qu'il est un meilleur pilote de F1 complet que je ne l'ai jamais été," écrit l'Australien. "Seb n'était qu'un pion sur l'échiquier, tout comme moi, et la pression qu'il a eue pour obtenir des résultats doit avoir été intense."

En coulisses

En plus de tous les détails sur les controverses liées à Red Bull, le livre donne un aperçu amusant de la vie de Webber en tant que pilote de Grand Prix. Comme le fait qu'il porte la même paire de bottines de course toute l'année, la célèbre phrase de Flavio Briatore "putain Webber, je suis en train de parler, là", les burnouts d'Adrian Newey sur la pelouse de Christian Horner, la polémique de la faute de Michael Schumacher à Monaco en 2006 et les sorties la nuit à Tokyo avec des pilotes comme Lewis, Nico et Felipe.

Entre ça, les controverses d'équipe et ces crashs spectaculaires au Mans, il y a plein de bonnes choses à lire.

Est-ce un livre subjectif? Bien sûr. Est-ce un livre subjectif qui vaut le coup d'être lu? Absolument.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Commentaire
Tags autobiographie, livre