Räikkönen pas effrayé par les bosses d'Austin

Au sujet des nombreuses bosses du circuit d'Austin, Kimi Räikkönen se rassure en prenant exemple sur la course MotoGP s'étant tenue sur le même tracé il y a deux semaines.

Räikkönen pas effrayé par les bosses d'Austin

Ce week-end, la Formule 1 revient aux États-Unis pour la première fois depuis 2019. Le circuit d'Austin fait son retour au calendrier et il est accompagné de ses célèbres bosses. En raison de l'instabilité du terrain sur lequel le tracé texan a été conçu, les ondulations du tarmac sont omniprésentes et peuvent difficilement être corrigées. Cette année cependant, les bosses occupent une place beaucoup plus importante dans le débat à la suite du Grand Prix des Amériques MotoGP, qui s'est tenu début octobre.

Les pilotes deux roues ont fortement critiqué l'état du circuit tout au long du week-end, allant jusqu'à évoquer l'annulation de l'épreuve pour raison de sécurité. Si le week-end s'est finalement déroulé sans encombres, les pilotes n'ont pas décoléré et ont obtenu un resurfaçage de la piste pour l'an prochain. 

C'est désormais au tour de la Formule 1 de dompter les bosses d'Austin. Des travaux ont été réalisés ce mois-ci pour lisser la piste mais ils n'ont pas éliminé toutes les imperfections du circuit. Ainsi, Pierre Gasly se prépare à vivre un week-end "compliqué".

Lire aussi :

À l'inverse, Kimi Räikkönen n'est pas inquiété par les bosses. Interrogé en conférence de presse, le vainqueur de l'édition 2018 du Grand Prix des États-Unis ne s'attend pas à vivre un calvaire car le MotoGP est parvenu à organiser une course malgré un niveau de sécurité beaucoup plus faible. 

"[Les bosses] sont là tous les ans, elles sont un peu plus prononcées lors de certaines années et un peu moins lors d'autres", analyse Räikkönen. "Vous savez, ce n'est pas comme si nous n'avions pas de bosses sur les autres circuits. Évidemment, certaines pistes sont plus lisses parce qu'elles ont peut-être été resurfacées mais ça devrait aller. Si les gars du MotoGP arrivent à faire la course [à Austin], ça ne devrait nous poser aucun problème. Je suis sûr que c'est beaucoup plus effrayant de rouler sur une bosse avec deux roues qu'avec nos voitures, surtout avec l'appui aérodynamique. On les sentira mais ça ira."

Fernando Alonso rejoint l'avis de son ancien rival pour le titre mondial. L'Espagnol estime que le circuit d'Austin est davantage adapté à la Formule 1 et compte sur les récents travaux pour ménager ses vertèbres.

"Je pense que c'est un très bon circuit pour la performance d'une F1, l'aérodynamique de ces voitures convient parfaitement au premier secteur et aux virages rapides", commente le pilote Alpine. "Il y a quelques bosses, oui. C'était très bosselé il y a deux semaines en MotoGP, ils ont effectué quelques travaux à certains endroits donc je m'attends à de meilleures conditions lorsque nous prendrons la piste. Mais les bosses font aussi partie du caractère du circuit."

partages
commentaires

Voir aussi :

Haas ne verrait pas l'arrivée d'Andretti en F1 comme une menace
Article précédent

Haas ne verrait pas l'arrivée d'Andretti en F1 comme une menace

Article suivant

Bottas n'a pas vu Mercedes réaliser de "gros progrès" en 2021

Bottas n'a pas vu Mercedes réaliser de "gros progrès" en 2021
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021