C'était un 24 novembre : le record de Vettel, les adieux de Webber

Il y a sept ans jour pour jour, le Grand Prix du Brésil marquait la fin d'une ère.

C'était un 24 novembre : le record de Vettel, les adieux de Webber

Le 24 novembre 2013, les moteurs V8 prenaient la piste en Grand Prix pour la dernière fois : Interlagos accueillait la dernière course de l'ère des groupes propulseurs atmosphériques avant l'arrivée des unités de puissance turbo hybrides en 2014. Course sans enjeu au championnat : Sebastian Vettel avait déjà une avance de 150 points sur Fernando Alonso, ayant été couronné dès le Grand Prix d'Inde. Le pilote Red Bull pouvait néanmoins remporter une historique neuvième victoire consécutive, tandis que son coéquipier Mark Webber, pour sa dernière apparition en Formule 1, avait à cœur d'obtenir son premier succès de la saison.

Lire aussi :

En qualifications, sous la pluie brésilienne, Webber n'était toutefois que quatrième à plus d'une seconde de son partenaire, ce dernier en pole position pour la neuvième fois de l'année. La course, elle, a été menée et dominée de bout en bout par Vettel, ce malgré un arrêt au stand lors duquel il a perdu une petite dizaine de secondes. Franchissant la ligne d'arrivée avec plus de dix secondes d'avance sur ses rivaux, l'Allemand a égalé un record vieux de 60 ans : les neuf victoires consécutives d'Alberto Ascari de 1952 à 1953. Il a aussi établi une nouvelle référence de 397 points en une saison, laquelle allait être surpassée par Lewis Hamilton en 2018 (408) puis en 2019 (413).

Webber, quant à lui, a chuté à la cinquième place au départ mais n'a pas tardé à dépasser Lewis Hamilton, Fernando Alonso et Nico Rosberg pour s'emparer de la deuxième position au 13e tour et ne plus la lâcher. L'Australien s'est offert un tour d'honneur unique en enlevant son casque, parcourant ses derniers kilomètres les cheveux au vent… même si ses tympans en ont souffert !

"Ce n'est pas facile d'enlever le HANS du casque, j'ai passé la moitié du tour à essayer de le détacher du côté gauche", relatait Webber juste après l'arrivée. "J'y suis finalement parvenu mais les voitures font un sacré boucan quand on n'a pas de casque, je peux vous le dire ! Il y a toutes les vibrations et on entend beaucoup de choses qu'on ne veut pas entendre, d'où le casque, ça c'est clair."

"Dans ce sport, ce n'est pas toujours facile de montrer la personne qui se trouve derrière le volant. On peut le faire dans bien d'autres sports, mais en Formule 1 on a toujours le casque, donc c'était sympa de revenir aux stands tête nue."

"C'est un vrai plaisir pour moi de finir la course d'aujourd'hui ainsi, sur le podium avec deux pilotes qui peuvent être considérés comme les meilleurs de cette génération [Sebastian Vettel et Fernando Alonso, ndlr]. Je les tiens en très haute estime."

Mark Webber s'est ensuite tourné vers l'Endurance chez Porsche, avec le titre mondial à la clé en 2015, avant de prendre sa retraite fin 2016 à l'âge de 40 ans.

Podium : le vainqueur Sebastian Vettel, Red Bull Racing, le second Mark Webber, Red Bull Racing, le troisième Fernando Alonso, Ferrari

partages
commentaires

Voir aussi :

Pourquoi Mercedes ne pas va précipiter le remplacement de Wolff

Article précédent

Pourquoi Mercedes ne pas va précipiter le remplacement de Wolff

Article suivant

Sainz : "Très peu de pilotes" battraient Hamilton chez Mercedes

Sainz : "Très peu de pilotes" battraient Hamilton chez Mercedes
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021