Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
13 jours

Button - Ross Brawn serait "fantastique" pour gérer les règlements

partages
commentaires
Button - Ross Brawn serait "fantastique" pour gérer les règlements
Par :
21 avr. 2016 à 10:00

Pour Jenson Button, Ross Brawn serait la personne idéale pour prendre en main de manière indépendante les questions réglementaires de la F1.

Jenson Button, McLaren MP4-31
Ross Brawn, Mercedes AMG F1
Ross Brawn, Mercedes AMG F1 ; Stefano Domenicali, Ferrari ; Eric Boullier, Lotus F1 Team ; John Booth, Marussia F1 Team ; Cyril Abiteboul, Caterham F1 Team
Ross Brawn, Mercedes AMG F1
Jenson Button, McLaren MP4-31
Jenson Button, McLaren MP4-31
Jenson Button, McLaren MP4-31
Jenson Button, McLaren et Fernando Alonso, McLaren
Jenson Button, McLaren MP4-31
Jenson Button, McLaren
Arrêt aux stands pour Jenson Button, McLaren MP4-31
Jenson Button, McLaren MP4-31
Jenson Button, McLaren avec les médias

Depuis 2013, le fonctionnement de la Formule 1 implique l’ensemble des parties prenantes de la discipline, dont les équipes qui ont une voie importante au chapitre à la fois en détenant le tiers des voix du Groupe Stratégique et près de la moitié de celles de la Commission F1.

Or, les questions réglementaires cristallisent les difficultés d’un tel fonctionnement, dont la lourdeur conduit parfois à des blocages importants qui ont par exemple empêché, après le GP d’Australie, de changer le format des qualifications alors qu’il n’avait aucun soutien ou presque.

Dans ce contexte, les discussions sur les futurs règlements ne sont pas simples et certains espèrent un retour à une réglementation qui soit entre les mains d’une seule et même instance, ce qui a longtemps été le cas avec la FIA.

"On n'aura jamais toutes les équipes d’accord sur une réglementation, jamais, mais le problème est qu’en ce moment on a besoin d’avoir toutes les équipes d’accord", constate Jenson Button, qui court en Formule 1 depuis 2000, auprès d'ESPN. "En ce moment, c’est très compliqué et la FIA a dit qu’elle devrait possiblement avoir un contrôle total sur les règlements, ce qui est peut-être le cas, peut-être."

La solution, pour lui, serait de faire appel à une personnalité extérieure au paddock afin qu’elle soit en charge de l’élaboration du règlement, ce qui permettrait de retirer cette tâche aux acteurs qui ont chacun des motivations, des intérêts ou des velléités différents.

"Mon équipe n’aime pas quand je parle comme je parle, mais parfois il faut quelqu’un en dehors de la discipline. Tant qu’ils ont la bonne direction et qu’ils ont une compréhension du sport et l’aide d’experts dans certains domaines de la discipline, de la voiture et aérodynamiquement, peut-être que les décisions doivent être prises par quelqu’un d’autre qui n’est pas impliqué dans la discipline."

Pour occuper une telle fonction, un homme a déjà été cité : il s’agit de Ross Brawn, l’ancien directeur technique de Benetton, Ferrari et directeur de Brawn GP et Mercedes. Button est favorable à cette idée, même s’il doute de l’envie de son ancien patron. "Ouais, Ross serait super. Je pense que Ross serait fantastique, je pense que tout le monde croit en Ross et ce qu’il a réussi. Tant qu’il a intérêt à le faire, mais je ne suis pas sûr qu’il voudrait, il apprécie sa pêche je suis sûr."

"Nous ne voulons pas changer le monde"

Ces dernières semaines, les pilotes de F1 ont fait preuve d’un esprit de corps et de révolte face aux difficultés de catégorie reine, en cherchant à faire valoir leur volonté pour tenter de peser dans la balance par le biais d’une lettre ouverte publiée par le GPDA, l’Association des Pilotes de Grands Prix.

"En tant que pilote, nous ne voulons pas changer le monde, nous sommes justes très sensibles concernant ce que nous faisons et nous aimons notre sport. Surtout les plus vieux, nous étions là quand nous sortions de la voiture et que nous étions étourdis parce que c’était très physique. C’était à quel point vos couilles étaient grosses (sic) dans les virages à hautes vitesses et à quel point votre cou était fort et maintenant c’est une situation très différente."

Et parmi les revendications fortes, un retour à des monoplaces plus physiques, plus difficiles à piloter, qui pourraient voir le jour en 2017 si le projet de nouvelle réglementation entre bien en vigueur. "Techniquement, les voitures sont plus avancées et prennent beaucoup d'énergie au cerveau mais il y a beaucoup d’autres choses qui manquent."

"Je pense que nos opinions sont valables, on ne va jamais changer les règles sur les commentaires des pilotes j’imagine, je comprends complètement parce que nous sommes très émotionnels concernant nos commentaires et l’aspect business des choses n’est pas de notre domaine. Mais en tant que pilotes nous voulons aider autant que possible à mettre ce sport dans une bonne position afin que nous l’aimions et que les fans l’aiment, parce que sans fans le sport n’existe pas."

Article suivant
La protection de cockpit de Red Bull utilisée dès 2017 ?

Article précédent

La protection de cockpit de Red Bull utilisée dès 2017 ?

Article suivant

Ferrari - L’écart avec Mercedes est seulement d’un dixième

Ferrari - L’écart avec Mercedes est seulement d’un dixième
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button Boutique
Équipes McLaren Boutique
Auteur Fabien Gaillard