Course - Verstappen s'impose tranquillement devant Hamilton

Sans jamais avoir été inquiété, Max Verstappen remporte le Grand Prix de Mexico avec une confortable avance sur Lewis Hamilton et son coéquipier Sergio Pérez.

Course - Verstappen s'impose tranquillement devant Hamilton

Si les tribunes de l'Autódromo Hermanos Rodríguez n'ont cessé de scander le nom de leur héros, Sergio Pérez, tout au long du week-end du Grand Prix de Mexico, ce sont les Mercedes de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas qui ont été les plus impressionnantes jusqu'à présent. Distancée par Red Bull en essais libres, la marque à l'étoile a renversé la vapeur en qualifications, verrouillant la première ligne devant le taureau rouge. 

Lire aussi :

Les conditions sont parfaites pour la course, avec un grand soleil, 21°C dans l'air et 48°C sur la piste. Bottas occupe la pole position, le Finlandais devance Hamilton et Verstappen. À noter que cinq pilotes sont pénalisés : Lance Stroll, Esteban Ocon, Lando Norris, Yuki Tsunoda (changement de moteur) et George Russell (changement de boîte de vitesses). Compte tenu de la dégradation rapide des pneus tendres, 18 des 20 pilotes de la grille s'élancent en pneus mediums. Seuls Tsunoda et Ocon, respectivement 17e et 19e, ont fait confiance aux gommes à flancs rouges.

Carnage au départ

L'envol des pilotes Mercedes et Red Bull est bon, toutefois Max Verstappen utilise tout l'avantage de l'aspiration pour se porter à la hauteur de Bottas, qui laisse la porte ouverte à l'extérieur, sur le chemin vers le premier virage. Le Néerlandais retarde ensuite son freinage au maximum et sort du premier virage en tête du peloton. Derrière lui, c'est le chaos : Daniel Ricciardo se porte à l'intérieur de Pérez mais manque son freinage, touchant la roue arrière droite de Bottas et envoyant le Finlandais en tête-à-queue.

La fumée produite par le frottement des roues de Bottas contre le tarmac aveugle la plupart des autres pilotes, ce qui provoque un second accrochage. Ocon est pris en sandwich par Tsunoda et Mick Schumacher, qui se rabattent sur le pilote Alpine au même moment. Les deux pilotes sont propulsés dans les airs et abandonnent sur le champ.

La voiture de sécurité intervient pour permettre aux commissaires de nettoyer les débris de carbone. Bottas passe par les stands pour chausser les pneus durs, tout comme Ricciardo qui remplace également son museau brisé.

À la relance de la course, Verstappen se construit une avance de plus d'une seconde sur Hamilton, qui possède un matelas similaire sur Pérez. Pierre Gasly gagne une position après la mésaventure de Bottas et se charge de contenir les Ferrari de Charles Leclerc et Carlos Sainz. Outre Verstappen, Russell est le grand gagnant du départ puisque le pilote Williams a gagné sept places en moins de trois virages.

Dans les premiers tours sous drapeau vert, Verstappen s'adjuge record du tour sur record du tour, augmentant son avance sur Hamilton à 3,5 secondes au dixième tour. Le septuple Champion du monde n'est qu'un simple spectateur, se contenant d'indiquer à son stand que le Néerlandais est "rapide". Les positions du top 10 sont figées à l'exception de la neuvième place de Russell, conquise par Kimi Räikkönen. Le Britannique est ensuite dépassé par Fernando Alonso.

Les Canadiens Latifi et Stroll passent par les stands relativement tôt, après 14 tours seulement. Hamilton envisage lui aussi un arrêt précoce en raison de ses difficultés avec des pneus mediums en surchauffe. À l'inverse, Pérez ne cesse de gagner en confiance avec ses gommes au fil des tours et grignote son retard sur le pilote Mercedes.

Jusqu'au 30e tour, les hommes de tête se contentent de s'observer sans dégainer. Hamilton est quant à lui prêt à déposer les armes, jugeant Verstappen trop rapide pour être rattrapé et Pérez trop rapide pour être distancé. Finalement, le Britannique craque lors du tour en question et troque ses mediums pour des durs. Mais il ressort derrière Leclerc et est contraint de passer un tour complet dans l'air sale du pilote Ferrari.

Une fois dans l'air propre, le Britannique reprend jusqu'à deux secondes par tour au leader. Red Bull réagit en immobilisant Verstappen quatre boucles après l'arrêt de Hamilton. Reparti en durs, le Néerlandais ne compte plus que sept secondes d'avance sur son rival. Pérez s'arrête dix tours après Hamilton, en conséquence il repart avec neuf secondes de retard sur Hamilton mais avec des pneus bien plus frais que ceux du Britannique. Au même moment, Ricciardo effectue un deuxième arrêt, laissant la voie libre à Bottas. Mais lors du pitstop du Finlandais, un écrou récalcitrant le renvoie derrière son bourreau.

Dans une course très morne, le duel entre Hamilton et Pérez capte notre attention. Le pilote Mercedes n'est pas en mesure de revenir sur Verstappen, qui caracole en tête, et son rythme est inférieur à celui de Pérez, qui cherche à offrir le doublé à son employeur. Bien aidé par Norris, qui évolue devant Hamilton sur la piste, le Mexicain réduit l'écart à 2,5 secondes au 57e tour et à moins d'une seconde au cours des quatre boucles suivantes.

Mais une fois que Hamilton se débarrasse de Norris, Pérez perd un peu pied, laissant l'écart repasser au-dessus de la seconde au 64e tour, puis à deux secondes au 67e tour. Plus loin au classement, Mercedes rappelle Bottas au stand pour reprendre à Verstappen le point du meilleur tour. Le Finlandais repart derrière le leader, le dépasse, manque son tour rapide... et recommence sa tentative avec un nouvel arrêt au stand !

Sans trop forcer, Verstappen franchit la ligne d'arrivée en première position. Seize secondes plus tard, Hamilton et Pérez font de même. Gasly termine au pied du podium tandis que Sainz, qui a bénéficié de consignes pour passer devant son coéquipier Leclerc, n'est pas parvenu à rattraper le Français. Par conséquent, le Monégasque a de nouveau hérité de la cinquième place en fin de parcours. Sainz termine donc sixième, devant Vettel, Räikkönen, Alonso et Norris. Seulement quinzième, Bottas quitte Mexico avec le meilleur tour mais n'obtient pas le point bonus puisqu'il ne figure pas dans le top 10.

Mexico Grand Prix de Mexico 2021

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 Netherlands Max Verstappen Red Bull 71 1:38'39.086  
2 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 71 1:38'55.641 16.555
3 Mexico Sergio Pérez Red Bull 71 1:38'56.838 17.752
4 France Pierre Gasly AlphaTauri 71 1:39'42.931 1'03.845
5 Monaco Charles Leclerc Ferrari 71 1:40'00.123 1'21.037
6 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari 70 1 lap  
7 Germany Sebastian Vettel Aston Martin 70 1 lap  
8 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 70 1 lap  
9 Spain Fernando Alonso Alpine 70 1 lap  
10 United Kingdom Lando Norris McLaren 70 1 lap  
11 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 70 1 lap  
12 Australia Daniel Ricciardo McLaren 70 1 lap  
13 France Esteban Ocon Alpine 70 1 lap  
14 Canada Lance Stroll Aston Martin 69 2 laps  
15 Finland Valtteri Bottas Mercedes 69 2 laps  
16 United Kingdom George Russell Williams 69 2 laps  
17 Canada Nicholas Latifi Williams 69 2 laps  
18 Russian Federation Nikita Mazepin Haas 68 3 laps  
  Germany Mick Schumacher Haas 0    
  Japan Yuki Tsunoda AlphaTauri 0    

partages
commentaires
Live streaming - Suivez le GP de Mexico F1 en direct !
Article précédent

Live streaming - Suivez le GP de Mexico F1 en direct !

Article suivant

Sergio Pérez élu "Pilote du Jour" du GP de Mexico 2021

Sergio Pérez élu "Pilote du Jour" du GP de Mexico 2021
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021