Ricciardo veut être "idéalement placé" pour jouer le titre 2024

Vivant une saison difficile chez McLaren, Daniel Ricciardo pense déjà à l'avenir.

Ricciardo veut être "idéalement placé" pour jouer le titre 2024

Zak Brown l'a récemment affirmé : McLaren se devra de jouer le titre en 2024 lorsque la structure de Woking aura mis à niveau ses infrastructures, avec notamment une nouvelle soufflerie qui sera enfin opérationnelle après avoir été retardée par la pandémie. L'écurie utilise l'ancienne soufflerie Toyota, à Cologne (Allemagne), depuis une décennie environ.

"Ce que je peux dire, c'est que nous aurons rattrapé notre retard d'ici 2024 avec toutes nos infrastructures, et plus particulièrement la soufflerie. Je crois que nous n'aurons aucune excuse pour la saison 2024", a déclaré Brown, PDG de McLaren Racing.

Lire aussi :

Daniel Ricciardo suivra ce dossier de près, lui qui végète en milieu de tableau depuis qu'il a quitté Red Bull Racing fin 2018, avec seulement deux podiums à se mettre sous la dent lors des 50 derniers Grands Prix, disputés en grande partie chez Renault. Or, avec un point et demi marqué en moyenne par course en 2017, puis trois en 2018, sept en 2019, douze l'an passé et quinze cette saison, McLaren est clairement sur une pente ascendante ; l'Australien a bien l'intention d'en profiter, même si les dernières marches seront les plus difficiles à monter.

"Je suis conscient que l'équipe est sur une très bonne trajectoire, mais il reste quelques obstacles qui vont probablement nous empêcher de nous battre pour le titre l'année prochaine, voire la suivante", analyse-t-il. "Mais c'est la réalité actuelle : la soufflerie est une pièce énorme du puzzle. C'est peut-être la dernière pièce manquante du puzzle pour l'équipe."

"Mon état d'esprit actuel est vraiment d'essayer de continuer à construire sur ma situation actuelle lors des deux prochaines années avec McLaren, dans l'espoir d'être idéalement placé pour cette saison 2024. Cela paraît fou d'en parler avec tant d'avance. Mais il faut parfois réfléchir ainsi."

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M

Ricciardo ne cache pas avoir dû revoir ses objectifs à la baisse depuis qu'il a quitté Red Bull, lui qui n'a pas gagné depuis plus de trois ans et le Grand Prix de Monaco 2018, mais il parvient à rester motivé malgré tout. "D'une certaine manière, il faut changer un petit peu", explique-t-il. "Il faut créer différentes victoires dans son esprit, qu'une victoire ne soit pas forcément toujours la première place. L'an dernier, une victoire chez Renault, c'était faire un podium avec cette voiture. Je savais que si j'étais capable de faire ça, j'en tirerais cette satisfaction. En fin de compte, il n'y a rien de mieux que gagner, c'est pour ça que je me suis engagé là-dedans quand j'étais jeune et que j'ai essayé de faire tout ça."

"Je sais qu'on ne gagne que si on est dans ce top team ou peut-être dans ces quatre voitures par an. Sinon, il faut se fixer d'autres objectifs pour garder une cote élevée et rester motivé. C'est probablement le seul sport au monde qui ait un pourcentage de victoire si faible. Dans un sport d'équipe, on gagne 50% du temps. Alors qu'en F1, je ne sais pas, mon taux de victoire est sûrement de 2% [en réalité 3,5%, ndlr]. C'est fou. On trouve d'autres manières de prendre du plaisir, j'imagine."

Cependant, une chose est sûre : si McLaren parvient à faire son retour parmi les top teams, Ricciardo devra afficher un meilleur niveau qu'actuellement pour avoir la moindre chance de titre, puisqu'il évolue presque constamment dans l'ombre de son jeune coéquipier Lando Norris. Ce dernier a déjà marqué 113 points en onze Grands Prix ; Ricciardo, qui ne l'a dominé en performance qu'au Portugal, n'a inscrit que 50 unités en 2021. Du haut de ses 32 ans, il estime toutefois avoir la capacité mentale de gérer cette situation délicate.

"Ne vous méprenez pas, je fais de mon mieux ! Je veux toute la gloire dès maintenant !" sourit le pilote McLaren. "Mais j'imagine que cette expérience me fait comprendre que c'est un vrai processus. J'imagine qu'avec l'âge, la sagesse et probablement la maturité, je gagne en sang-froid par rapport à quand j'étais plus jeune : je m'attendais à tout avoir, et ça ne venait pas. [Avec cette mentalité], j'aurais probablement piqué quelques colères et pété les plombs, pour le dire ainsi."

"C'est pourquoi être ici depuis un moment désormais m'aide un peu à respirer un bon coup, prendre du recul, passer les choses en revue et comprendre qu'il y a une raison pour laquelle ça ne se passe pas super bien en ce moment. Il faut que je trouve des réponses plutôt que de lever les bras en l'air et de laisser tomber."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
Red Bull ne pouvait se résoudre à sacrifier le développement 2021

Article précédent

Red Bull ne pouvait se résoudre à sacrifier le développement 2021

Article suivant

L'ambitieux plan d'Alfa Romeo peut attirer des top pilotes

L'ambitieux plan d'Alfa Romeo peut attirer des top pilotes
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021