De Silvestro - Montrer que je suis compétitive reste la clé

partages
commentaires
De Silvestro - Montrer que je suis compétitive reste la clé
31 mai 2014 à 12:15

Pilote de réserve chez Sauber depuis le début de la saison, Simona de Silvestro était présente sur les deux derniers Grand Prix en Espagne et à Monaco

Pilote de réserve chez Sauber depuis le début de la saison, Simona de Silvestro était présente sur les deux derniers Grand Prix en Espagne et à Monaco. La Suissesse prend son rôle très au sérieux et travaille fort pour tenter de devenir la première femme à rouler en Formule 1 depuis les années 1970.

Il y a quelques semaines, elle avait effectué un premier week-end d’essais avec l’écurie de Hinwil.

Une chance qu’elle aura de nouveau très prochainement

. Pour elle, le fait d’être une femme passe néanmoins au second plan. Elle ne peut cacher l’intérêt que cela peut provoquer par rapport à d’autres pilotes, mais elle estime que cette différence n’a finalement aucun impact dans ses objectifs et dans la manière dont elle est perçue en F1. Elle ne pense pas non plus avoir plus de difficultés dans son parcours vers la catégorie reine du fait d’être une femme.

« Si l’on regarde en karting, il y a peut-être 100 garçons qui courent et trois ou quatre filles. Le ratio est beaucoup plus petit », rappelle de Silvestro dans les colonnes d’Autosport. « De manière générale, atteindre le haut niveau en course automobile est difficile, que l’on soit un garçon ou une fille. Il faut faire ses preuves et il y a tellement de pilotes. Chaque pilote sur la planète veut aller en F1 et il y a seulement 22 baquets. »

« Je n’ai jamais trouvé que c’était plus difficile ou différent, car je pense que la chose importante est de prouver que l’on peut être rapide. Et si vous gagnez des courses ou que vous devancer les autres, on vous considère comme un pilote de course. »

La saison dernière, son podium décroché en IndyCar a confirmé son potentiel, alors que la jeune femme a franchi une à une les étapes de sa progression en sport automobile. Jusqu’à cette année où elle a pris le risque de quitter les Etats-Unis pour saisir l’opportunité de la Formule 1.

« Je ne pense pas qu’il y a de la pression ou de l’attente », rassure-t-elle. « Pour moi l’important est de montrer que je suis compétitive, et jusqu’à présent je pense que c’est ce que j’ai fait dans ma carrière. Jusqu’à l’IndyCar, j’ai toujours gagné des courses et je me suis toujours battue devant. Ce sont des critères importants, et si j’obtiens ma chance en F1 je veux faire la même chose : montrer que je peux être aussi rapide que des garçons. C’est la clé. »

Quant au fait de travailler pour une équipe dirigée elle-même par une femme, de Silvestro n’y voit qu’une coïncidence. « Je ne pense pas que ça m’aide. Je suis une fille, mais c’est la première fois que j’ai une patronne, donc c’est différent. Je ne pense pas que ça change quoi que ce soit, car au final je suis là pour travailler. »

Prochain article Formule 1
Hamilton joue l’apaisement avec Rosberg

Article précédent

Hamilton joue l’apaisement avec Rosberg

Article suivant

Ricciardo - Plus on est proche du mur, plus on va vite à Montréal

Ricciardo - Plus on est proche du mur, plus on va vite à Montréal
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Simona De Silvestro
Équipes Sauber
Type d'article Actualités