Des écuries demandent une enquête sur la relation Haas/Ferrari

partages
commentaires
Des écuries demandent une enquête sur la relation Haas/Ferrari
Par : Edd Straw
Co-auteur: Scott Mitchell
28 mars 2018 à 10:21

Après des performances notables lors des essais hivernaux et du Grand Prix d'Australie, Force India et McLaren souhaitent que la relation technique que Haas entretient avec Ferrari fasse l'objet d'une enquête.

Otmar Szafnauer, directeur des opérations de Force India
Günther Steiner, Team Prinicipal, Haas F1 Team
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer, Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, au départ
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 au stand
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR13 et Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, devant Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 Tag Heuer, et Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, au départ
Les commissaires dégagent la voiture de Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, du circuit
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18 Ferrari, sort de sa voiture et abandonne

Suite à des essais hivernaux prometteurs, l'écurie de Kannapolis a largement confirmé être, en ce début de saison, la quatrième force du plateau en sécurisant la troisième ligne de la grille de départ, derrière les monoplaces non accidentées et non pénalisées des top teams.

En course, alors que Kevin Magnussen et Romain Grosjean semblaient en lice pour le top 5, des arrêts au stand ratés ont mis fin au parcours des deux hommes à deux tours d'intervalle.

Ces performances ont soulevé des interrogations sur la relation de travail entretenue par Haas avec la Scuderia Ferrari, qui est son partenaire technique et qui lui fournit des pièces tout en permettant à Dallara, constructeur du châssis de l'écurie américaine, de se servir de sa soufflerie.

Le Règlement Sportif de la F1 interdit strictement la transmission ou la réception d'informations sur des pièces que les écuries sont censées produire elles-mêmes, ceci afin d'éviter que du personnel soit utilisé sur plusieurs projets.

Le directeur d'exploitation de Force India, Otmar Szafnauer, souhaite que l'application de ces règles fasse l'objet de discussions lors de la prochaine réunion du Groupe Stratégique F1. "Je ne sais pas comment ils font cela, c'est magique. Ça n'a jamais été fait avant en Formule 1."

"Je ne sais pas comment il peut être bien que quelqu'un qui est dans la discipline depuis deux ans sans ressources puisse produire une voiture [comme cela]... est-ce par magie ? Si c'est le cas, je veux la baguette magique."

Des propos qui ne sont pas sans rappeler la remarque de Fernando Alonso, pilote McLaren, à Melbourne, sur le fait que la Haas était une "réplique de la Ferrari" de l'an passé. Zak Brown, le directeur exécutif de la structure de Woking, a pour sa part ajouté qu'il s'agissait de "quelque chose qui devait être examiné attentivement".

Si le dirigeant américain a admis n'avoir "aucune preuve" que Haas ne respecte pas les règles, il déclare cependant : "Nous savons tous qu'ils ont une alliance très étroite avec Ferrari et je pense qu'il faut juste s'assurer qu'elle ne le soit pas trop. Il pourrait y avoir une influence, il y a assurément des pièces de la voiture qui semblent très similaires à la voiture de l'année dernière. Mais c'est aux ingénieurs et à la FIA de se pencher dessus plus attentivement."

Romain Grosjean a pour sa part expliqué que l'utilisation des suspensions avant de Ferrari, qui est autorisée par la réglementation, dictait naturellement les grandes lignes du design aérodynamique en raison de la façon dont les flux circulent vers le reste de la monoplace. 

Brown et Szafnauer ont affirmé, dans le même temps, que plusieurs écuries soutiendraient une démarche de clarification concernant l'accord Haas/Ferrari. Le responsable Force India ajoutait vouloir que la FIA explique le processus afin de garantir que les lignes directrices sont bien respectées.

"Toutes les surfaces aérodynamiques doivent être vôtres", a expliqué Szafnauer. "Si ce n'est pas le cas, je ne sais pas comment on peut le dire sans que l'on commence à enquêter. L'examen dit seulement que cela rentre dans les cases de la réglementation."

"Est-ce votre [idée] ou celle de quelqu'un d'autre ? C'est la vraie question. Et je n'en connais pas la réponse. Peut-être que c'est la leur, c'est juste suspect ; comment pouvez-vous acquérir cette connaissance sans histoire et sans les bons outils et les bonnes personnes ?"

Interrogé par Motorsport.com sur ces questions plus tôt lors du week-end australien, Günther Steiner, directeur de Haas, a déclaré : "Nous avons une équipe qui peut être fière de ce qui est accompli en ce moment. Nous ne faisons rien que nous ne devrions pas faire ou que n'est pas autorisé."

Avec Edd Straw et Scott Mitchell

Prochain article Formule 1
Comment Hamilton a perdu le GP d'Australie face à Vettel

Article précédent

Comment Hamilton a perdu le GP d'Australie face à Vettel

Article suivant

Pneus : Choix similaires pour Mercedes, Ferrari et Red Bull à Bahreïn

Pneus : Choix similaires pour Mercedes, Ferrari et Red Bull à Bahreïn

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari Boutique , McLaren , Force India , Haas F1 Team
Auteur Edd Straw
Type d'article Actualités