Ericsson : L'IndyCar est un "objectif réaliste" en plus du rôle en F1

partages
commentaires
Ericsson : L'IndyCar est un
Scott Mitchell
Par : Scott Mitchell
10 oct. 2018 à 07:03

Marcus Ericsson est en discussion avec des écuries d'IndyCar alors qu'il vise une campagne complète aux États-Unis en plus de son rôle de troisième pilote Sauber en Formule 1.

Ericsson va perdre son baquet de titulaire chez Sauber à la fin de la saison, Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi allant former un tout nouveau duo pour la structure suisse l'année prochaine.

Le Suédois, qui compte 93 départs en Grand Prix dont 77 avec Sauber, restera pilote de réserve de l'écurie d'Hinwil et aura un rôle d'ambassadeur, mais il veut continuer la compétition avant un éventuel retour en F1 en 2020. Il a décrit l'IndyCar comme étant l'option "la plus attirante" et il serait ouvert à effectuer un programme complet, incluant même les ovales.

Lire aussi :

Interrogé par Motorsport.com sur le caractère réaliste de cette possibilité, Ericsson a répondu : "Nous discutons avec quelques équipes là-bas et je pense qu'il s'agit d'un objectif réaliste. Nous sommes aussi en discussion avec des équipes dans d'autres catégories également."

"De mon côté, je veux courir au plus haut niveau possible parce que je me vois revenir en Formule 1 à l'avenir également. Pour pouvoir revenir en F1, je veux rester en monoplace et dans des voitures rapides. L'IndyCar est la meilleure discipline pour le faire."

Selon les informations de Motorsport.com, Ericsson est en lice dans une équipe qui n'aurait pas besoin qu'il apporte des fonds. Les trois structures de pointe de la discipline américaine que sont Andretti Autosport, Chip Ganassi Racing et Team Penske ont d'ores et déjà confirmé leurs line-ups pour 2019. Deux des trois autres équipes gagnantes de la saison 2018, Rahal Letterman Lanigan Racing et Dale Coyne Racing, semblent également avoir finalisé les choses.

Cependant, Schmidt Peterson Motorsports ne compte que James Hinchcliffe, le retour éventuel de Robert Wickens étant pour le moment dans l'incertitude suite à son terrible accident de Pocono en août. Des équipes comme Carlin ou Juncos Racing ne peuvent quant à elle qu'envisager qu'un pilote apportant des fonds.

Lire aussi :

La popularité grandissante de l'IndyCar implique que plusieurs nouvelles écuries potentielles puissent probablement avoir besoin de budgets venant des pilotes. "Je m'y suis toujours intéressé et ai pensé que c'était vraiment cool, et la course là-bas est extraordinaire", poursuit Ericsson.

"Ça a l'air tellement fun et quand on parle à d'autres pilotes ou à des gens qui sont là-bas, ils semblent aimer ça, ils disent que les courses sont super, que l'atmosphère est super et que la discipline est sur une pente ascendante."

Ericsson ne sait pas s'il pourra tester une monoplace d'ici la fin de la saison F1 mais n'est pas pressé de fixer ses plans pour 2019. Il affirme également qu'un retour au Japon, où il a remporté le titre de Formule 3 en 2009, figurait également au rang des possibilités, après avoir admis que la Super Formula était "également une option".

Le pilote au numéro 9 a déclaré qu'il "sauterait" sur toute bonne opportunité de disputer les 24 Heures du Mans et, même si sa priorité est de rester en monoplace, il n'envisage pas encore sérieusement la Formule E. "[La FE] est assurément une des options. C'est intéressant à plusieurs égards, mais pour rester dans un pilote style F1, ce n'est peut-être pas la meilleure. La FE est plus un choix de carrière. Il y a d'autres options qui peuvent vous maintenir dans le radar de la F1 et vous faire revenir ici."

Article suivant
Photos - Quand les F1 vintage envahissent Suzuka

Article précédent

Photos - Quand les F1 vintage envahissent Suzuka

Article suivant

Wolff : Bottas subit un "contrecoup" mental lié à son rôle actuel

Wolff : Bottas subit un "contrecoup" mental lié à son rôle actuel
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , IndyCar
Pilotes Marcus Ericsson
Équipes Sauber
Auteur Scott Mitchell
Type d'article Actualités