Ocon s'est trop concentré sur son pilotage, pas assez sur la Renault

Esteban Ocon fait son autocritique à l'issue de sa troisième saison complète en Formule 1, qu'il a disputée avec Renault.

Ocon s'est trop concentré sur son pilotage, pas assez sur la Renault

Le retour d'Esteban Ocon en Formule 1 après une année en tant que pilote de réserve Mercedes peut être considéré comme une déception. Le Français a dû attendre le tout dernier Grand Prix de la campagne 2020 pour battre Daniel Ricciardo sur le sec en qualifications et n'a marqué que 62 points face aux 119 unités engrangées par son coéquipier, certes handicapé par quatre abandons – seuls trois pilotes en ont connu davantage. Forcément, la comparaison est douloureuse.

Lire aussi :

Ocon a néanmoins réalisé une progression intéressante au fil de la saison. Sur les huit premiers Grands Prix, il accusait 0"312 de retard sur Ricciardo, en moyenne, sur le sec ; sur les neuf derniers, ce déficit a chuté à 0"099. Et, bien sûr, il a signé une superbe deuxième place au Grand Prix de Sakhir. Ces résultats, selon lui, étaient le fruit d'une nouvelle approche.

"Nous expérimentions de plus en plus de mon côté par rapport au début de l'année", analyse Ocon. "Au début, j'essayais de m'occuper de mon pilotage, de tout ce que je faisais en piste. Malheureusement, en Formule 1, on gagne plus de temps [au tour] en travaillant étroitement avec ses ingénieurs et en travaillant plus sur la voiture car, au final, ça donne la confiance. Le pilotage, ça vient avec."

Esteban Ocon, Renault F1

"Finalement, je pense que nous avons fait ça bien mieux en fin d'année, et j'étais plus content de la voiture. Je n'ai jamais été aussi content de la voiture cette saison qu'au Grand Prix de Bahreïn. C'est là que la voiture avait l'air très forte. Je pense que nous touchions quelque chose du doigt, et c'était vraiment la bonne manière de faire et la bonne progression."

Ocon a notamment été pris de court par la différence marquée entre la Renault R.S.20 et les autres F1 qu'il a précédemment pilotées. "Globalement, la voiture ne fonctionne pas de la même manière que la Mercedes que j'ai pilotée en essais ou que la Force India. Elles ne sont pas pareilles et n'ont pas les mêmes caractéristiques. On ne prend pas le virage pareil, c'est un peu différent. L'approche et la manière de régler la voiture ne sont pas pareilles."

"J'ai donc dû réapprendre des choses que je pensais déjà savoir. Je croyais que j'allais revenir et faire les choses de la même façon que chez Force India, que la voiture soit adaptée à moi, mais ce n'est pas le cas. Toutes les voitures sont différentes. Voilà, c'est quelque chose que j'ai appris : il faut trouver la meilleure manière de la régler pour aller plus vite. Clairement, c'est quelque chose que nous avons de mieux en mieux compris au fil de l'année", conclut le Normand.

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires
La décision de 2007 à l'origine de l'empire Mercedes

Article précédent

La décision de 2007 à l'origine de l'empire Mercedes

Article suivant

Contrat Hamilton : Mercedes n'a "jamais joué la carte Russell"

Contrat Hamilton : Mercedes n'a "jamais joué la carte Russell"
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021