Exclu - Carlos Sainz : J'étais certain que le Dakar 2015 serait difficile

partages
commentaires
Exclu - Carlos Sainz : J'étais certain que le Dakar 2015 serait difficile
8 févr. 2015 à 14:00

ToileF1 n'a pas seulement parlé essais hivernaux à Jerez, cette semaine

ToileF1 n'a pas seulement parlé essais hivernaux à Jerez, cette semaine. Alors que Carlos Sainz surveillait de près les débuts de son fils chez Toro Rosso, difficile de ne pas être tenté par le fait de revenir avec le Matador sur l'édition 2015 du Dakar, disputée avec Peugeot!

Le Double Champion du Monde WRC et vainqueur du Dakar 2010 était qui plus est heureux de papoter d'autre chose que de F1 dans l'hospitalité Red Bull...

Carlos, après ce Dakar 2015, vous devez avoir des sentiments partagés? Peugeot arrivait avec une certaine ambition et une grande médiatisation, mais cette aventure ne s'est pas terminée comme vous l'auriez souhaité cette année… Ce que vous avez vu de ce projet lors de cette édition vous donne-t-il tout de même de la confiance pour vous réengager en 2016?

"Nous savions que le rallye allait être dur pour nous, mais je pense que l'équipe a fait du bon travail pour faire rallier l'arrivée à deux autos. Malheureusement, j'ai eu cet accident sur la cinquième journée et je n'ai pas pu en voir le bout.

Maintenant, le plus important est de regarder vers le futur; de nous assurer que nous faisons les bonnes choses et réalisons les bons pas en avant en préparant la voiture pour l'an prochain. Il faudra accorder du temps à de vrais bons tests et à une bonne préparation".

Parlons-en, de la préparation. On entend parler du Dakar tous les jours pendant un mois, mais que se passe-t-il dans les coulisses le reste de l'année? Comment êtes-vous impliqué au quotidien avec le team?

"Globalement, le Dakar nécessite beaucoup d'essais. Il faut une voiture très élaborée. Pour cela, il faut beaucoup rouler avec l'auto; la seule chance est de réaliser du kilométrage. C'est pour ça que je dis que cette année, nous devons nous assurer de beaucoup rouler. Idéalement, il faudrait faire une course avant le Dakar".

De quel type de course parle-t-on? Une manche de nature endurante?

"Oui. Il faudrait chercher une course sur laquelle on pourrait faire du vrai rallye pendant 5 ou 6 jours; de cette manière, on pourrait bien plus rouler, et particulièrement où l'on pourrait faire des changements sur la voiture. Ce serait très important".

Tous les programmes auxquels vous avez pris part ont été très professionnels, très cotés. Qu'est-ce qui a fait que vous avez pensé que Peugeot vous proposait ce type de niveau de projet?

"Je pense que nous avons eu des difficultés aux débuts, mais ce qu'ils ont fait ces deux derniers mois a vraiment été fantastique. Ils poussent beaucoup; ils ont bien préparé l'auto sur cette dernière paire de mois; je dirais que pour moi, ce fut surprenant. D'un autre côté, ils ont probablement pensé que ce serait plus facile, et évidemment, ça ne l'a pas été…"

…Et vous, vous le pensiez?

"Non! Pas moi! Je connais très bien le Dakar! [sourire malicieux]. J'ai été sur trois ou quatre projets différents, et je sais à quel point c'est difficile. J'étais certain que ça allait être très difficile avec le peu de temps dont nous disposions.

Prochain article Formule 1
Mateschitz - Réduire l'écart avec Mercedes serait déjà un succès

Article précédent

Mateschitz - Réduire l'écart avec Mercedes serait déjà un succès

Article suivant

Haas imagine une livrée jaune pour ses monoplaces

Haas imagine une livrée jaune pour ses monoplaces

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Carlos Sainz
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités