Les pilotes Haas sont prudemment optimistes pour la saison 2020

Après une saison 2019 très difficile, Haas a travaillé à la résolution de ses problèmes en conditions de course, et ses pilotes se veulent optimistes après les tests hivernaux.

Les pilotes Haas sont prudemment optimistes pour la saison 2020

Malgré une voiture intrinsèquement rapide en 2019, comme en témoignait notamment une belle qualification en Austalie, Haas a vécu une saison difficile à cause d'une monoplace ne parvenant pas à se placer dans la bonne fenêtre d'utilisation des gommes. Romain Grosjean avait poussé son équipe à revenir à la spécification de Melbourne en cours de saison, mais le retard était trop important et le résultat a été une neuvième place au championnat. C'est pour cela que le team américain a essentiellement travaillé sur les longs relais lors des tests hivernaux, espérant ainsi régler les problèmes de dégradation des pneus, et Grosjean est satisfait de sa monoplace.

"[Elle] constitue clairement une belle progression", assure le Français. "Nous avons eu plusieurs réunions positives avec les ingénieurs après les essais et nous avons parcouru tout ce que nous avions accompli. C'était compilé sur trois documents Excel, il y avait beaucoup de tests, et nous avons coché quasiment toute la liste, avec des résultats très intéressants. Je pense qu'en cela, ça a été très bon et nous sommes mieux préparés que nous l'avons jamais été."

Lire aussi :

Kevin Magnussen approuve le sentiment de son coéquipier, mais reste prudent car il se souvient d'un optimisme similaire l'an dernier : "Nous sommes encore une jeune équipe, et l'expérience est gagnée de manière très rapide. Chaque année, nous arrivons mieux préparés. Cette année, c'est pareil. L'an dernier, nous avons vécu une saison durant laquelle nous avons dû hausser notre niveau, et nous avons passé une bonne partie de la saison à faire des recherches et à se préparer pour cette année, en nous assurant de ne pas suivre le même schéma qu'en 2019."

Leur directeur, Günther Steiner, n'hésitait pas à parler de malédiction à Melbourne, après un double abandon en 2018 à la suite de problèmes dans les stands, puis d'une mésaventure similaire en 2019 qui avait coûté sa course à Grosjean. L'Italien espérait donc que son équipe pouvait enfin se repentir de ses erreurs et vaincre ses difficultés en Australie, mais le week-end a par la suite été annulé à cause du coronavirus.

"Nous sommes toujours arrivés avec une bonne préparation ici, et des erreurs se produisaient", expliquait-il dans la semaine précédant la course. "Il y a deux ans, nous avons raté les deux [arrêts], c'était vraiment de la malchance, et l'an dernier, je pense qu'ils ont été perturbés par la pression. Nous espérons que c'est terminé, car en 2018, après les erreurs ici, nous n'en avons fait aucune et à notre retour en 2019, nous avons recommencé. L'an dernier, [c'était] la même chose, nous n'avons pas eu de problème après. Nous semblons maudits ici, mais nous espérons pouvoir vaincre [la malédiction] cette année."

Avec Luke Smith

partages
commentaires
Les 20 F1 pilotées par Nelson Piquet en Grand Prix

Article précédent

Les 20 F1 pilotées par Nelson Piquet en Grand Prix

Article suivant

L'inactivité des écuries F1 pourrait être prolongée

L'inactivité des écuries F1 pourrait être prolongée
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean , Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Auteur Emmanuel Touzot
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021
Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins Prime

Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins

Aston Martin peut-elle se sortir du trou dans lequel la réglementation aérodynamique de 2021 l'a envoyée ? Cette question, l'écurie britannique ne peut pas encore y répondre. En revanche, les récentes performances de Mercedes offrent un signe d'encouragement.

Formule 1
11 avr. 2021