Hamilton sur la piste glissante d'Istanbul : "C'est terrifiant"

Les pilotes de Formule 1 ont connu un manque d'adhérence sans précédent à Istanbul ce vendredi. Lewis Hamilton n'a pas apprécié l'expérience.

Hamilton sur la piste glissante d'Istanbul : "C'est terrifiant"
Charger le lecteur audio

Pour le retour de la Formule 1 sur l'Istanbul Park après neuf ans d'absence, les organisateurs du Grand Prix de Turquie ont mis les petits plats dans les grands en refaisant intégralement la surface de la piste. Cela partait certainement d'une bonne intention, mais aucune compétition n'a eu lieu sur la nouvelle surface avant les Essais Libres 1 ce matin, et les pilotes donnaient l'impression d'être en pneus slicks sur une piste humide. Certains peinaient même à rester à fond en ligne droite.

Lire aussi :

Les chronos ont donc été très lents, avec un meilleur temps de 1'35"077 pour Max Verstappen ce matin et 1'28"330 par le Néerlandais cet après-midi, bien loin du record du circuit établi par Juan Pablo Montoya en 1'24"770 en 2005. Lewis Hamilton, lui, n'a fait que 12 tours en EL1 avec un temps de 1'40"225, avant d'améliorer en 1'29"180 par la suite. Et il ne mâche pas ses mots sur l'expérience de pilotage qu'il a connue.

"C'était un peu un désastre aujourd'hui, à vrai dire", déplore le pilote Mercedes. "Ce circuit est absolument fantastique, et je ne comprends vraiment pas pourquoi ils dépensent des millions pour refaire la surface de la piste. Je sais qu'elle est là depuis longtemps, mais ils auraient sûrement pu se contenter de la nettoyer au lieu de gaspiller tout cet argent. Maintenant, la piste est pire que Portimão quand nous y avions la toute nouvelle surface."

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W11, Charles Leclerc, Ferrari SF1000

"Pour nous, les pneus ne fonctionnent pas, et ça se voit. C'est comme une patinoire. On ne prend pas le plaisir que l'on prendrait normalement à Istanbul, et je ne vois pas comment ça pourrait changer." D'autant qu'il n'y a pas de courses annexes pour déposer de la gomme ce week-end ; la F1 est seule en piste.

"C'est terrifiant tout du long. On dirait qu'il y a des portions humides partout, et comme on est en slicks, quand on accélère, on perd le contrôle si vite. C'est parce qu'on est bien en dessous de la fenêtre de température de ces pneus. Et sans que je sache pourquoi, cette surface est si lisse. Les circuits plus anciens ont une surface bien plus ouverte entre tous les cailloux (sic), cela fait fonctionner les pneus davantage. Là, c'est super fermé, plat et brillant, et j'imagine que l'huile suinte de l'asphalte. C'est de la merde, avec un grand M."

Hamilton regrette le choix de pneus conservateur réalisé par Pirelli, qui a emporté les trois composés les plus durs de sa gamme. Le manufacturier italien savait la piste turque particulièrement exigeante pour les gommes, mais n'avait manifestement pas été informé que la surface allait en être refaite… "Je n'ai absolument rien changé sur la voiture aujourd'hui, car si les pneus ne fonctionnent pas, on ne connaît pas le problème lié à l'équilibre. Il n'y a littéralement que les pneus. On passe d'un tour à l'autre, et tout d'un coup, on gagne une seconde parce que les pneus ont fonctionné dans deux virages", analyse l'Anglais.

Valtteri Bottas, qui s'est classé troisième juste devant son équipier en EL2, a pour sa part passé une meilleure journée. Lorsqu'il lui est demandé si son expérience du rallye l'a bien entraîné pour cette piste glissante, le Finlandais répond : "C'est clair que ça a aidé ! Au début, c'était très loin des standards de pilotage auxquels nous avons l'habitude en F1. Je me suis bien amusé, c'était vraiment fun."

Propos recueillis par Luke Smith et Adam Cooper

partages
commentaires

Voir aussi :

Les souffleries interdites en F1 à partir de 2030 ?
Article précédent

Les souffleries interdites en F1 à partir de 2030 ?

Article suivant

Verstappen : "Nous sommes à 5 secondes des temps qu'on devrait faire"

Verstappen : "Nous sommes à 5 secondes des temps qu'on devrait faire"
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021