Formule 1 GP du Canada

Horner répond à Allison sur la "régression" de Red Bull

Christian Horner a répondu au directeur technique de Mercedes, James Allison, selon lequel l'amélioration apportée par Red Bull à Imola était peut-être "une régression".

Christian Horner

Durant le week-end du Grand Prix du Canada, alors qu'il est apparu que la Red Bull RB20 était à la peine sur les vibreurs du tracé de Montréal, comme deux semaines plutôt à Monaco, le directeur technique de Mercedes James Allison a suggéré que les relatives difficultés récentes rencontrées par l'écurie autrichienne pouvaient venir des évolutions apportées à Imola. 

"Je suppose que dès qu'il y aura une plage intéressante de virages rapides, [les évolutions] redeviendront utiles, mais il semble que leur amélioration ait été une régression", avait ainsi lancé le technicien britannique. "On croise les doigts pour que cela les mette vraiment en difficulté."

"Ce genre de choses [une évolution qui ne fonctionne pas] rend la vie difficile, parce que dès que vous ne faites plus confiance à vos outils, vous devez revenir en arrière et vous perdez beaucoup de temps. Le temps est votre meilleur ami, sa perte est votre pire ennemie."

Toutefois, quelques jours plus tard, la victoire sur le Circuit Gilles-Villeneuve est revenue à Max Verstappen, au volant de la RB20, au terme d'une course disputée dans des conditions changeantes. Cela a encouragé Christian Horner, le directeur de Red Bull, à répondre à Allison : "Même avec notre régression, nous avons réussi à battre leur amélioration. C'était une course gratifiante à remporter."

Comme à Imola, donc, les difficultés ont été surmontées par la structure basée à Milton Keynes pour l'emporter. Deux succès en trois courses, autant dire une belle moisson malgré tout alors que se profilent désormais des circuits plus conventionnels et où la performance aérodynamique aura plus d'importance, à commencer par Barcelone la semaine prochaine. 

Photo by: Mark Sutton / Motorsport Images

"Les dernières courses ont été plus difficiles pour nous, mais nous avons tout de même réussi à en gagner deux sur trois. Nous avons décroché la pole à Imola, et nous avons réussi à égaler le temps de la pole ici, avec une voiture dont les deux pilotes ressentent les faiblesses. Il faut donc se concentrer sur cet aspect pour voir si nous pouvons y remédier."

"Nous savons qu'il y aura des circuits plus tard dans l'année, comme Singapour, où cela [les problèmes de suspension] pourrait être un facteur. Mais nous nous attendons vraiment à ce que Ferrari, McLaren - et Mercedes qui est entrée dans cette fenêtre ce week-end - soient compétitifs sur tous les circuits. Je pense donc que même si nous avons remporté six des neuf courses, nous devrons être au top de notre forme pour continuer à creuser l'écart."

En dépit de sa propre remarque incluant Mercedes, Horner estime malgré tout qu'il faudra attendre pour confirmer si la marque allemande est bien revenue aux affaires : "Les Mercedes se sont toujours bien comportées sur les circuits verts et il n'y a pas de virages à haute vitesse [à Montréal]. Le changement d'asphalte a donc probablement joué en leur faveur. Nous allons donc voir sur les trois prochains circuits s'il s'agit d'une véritable forme ou d'un cas unique."

Avec Jonathan Noble

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Ferrari boucle deux jours d'essais Pirelli au Mugello
Article suivant Entretien Bruno Famin : "Plein de raisons d'être au Mans pour Alpine"

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France