Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
8 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
29 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
43 jours

Le drapeau d'avertissement ne changera rien selon Leclerc

partages
commentaires
Le drapeau d'avertissement ne changera rien selon Leclerc
Par :
20 sept. 2019 à 08:08

Charles Leclerc ne croit pas en un changement profond de mentalité des pilotes en piste, qui serait provoqué par le recours de la direction de course au drapeau noir et blanc pour les avertir.

Lui-même visé par un drapeau noir et blanc à Monza, en guise d'avertissement, Charles Leclerc ne craint pas de voir les manœuvres dépassant les limites se multiplier en piste. Le recours à ce système, voulu par la direction de course depuis quelques Grands Prix, pose question dans la manière d'aborder le combat roue contre roue et va dans le sens de ce qu'ont demandé plusieurs acteurs ces derniers mois, à savoir une plus grande liberté pour défendre et attaquer. En Italie, Leclerc a flirté avec les limites lorsqu'il a dû résister aux assauts de Lewis Hamilton, mais le pilote Ferrari ne croit pas au fait que les pilotes imaginent désormais disposer d'une sorte de joker avant d'être sanctionnés. 

"Au final, je ne pense pas que ça changera quoi que ce soit", estime le Monégasque. "Franchement, on ne sait jamais si l'on va prendre un drapeau noir et blanc ou une pénalité. Mais je n'ai pas encore parlé aux commissaires pour comprendre la différence entre le drapeau et une pénalité, et pour savoir quand ils les utiliseront dans des situations différentes. J'ai besoin de clarifier ça."

Lire aussi :

Il y a deux semaines, le duel âpre entre Leclerc et Hamilton avait fait parler, et d'abord étonné le quintuple Champion du monde. Ce dernier avait ainsi questionné l'évolution des règles, non pas pour s'en plaindre mais pour comprendre ce qui était désormais toléré ou non afin d'adapter éventuellement son pilotage lors des prochaines échéances. Dans cette confrontation qui avait vu le pilote Mercedes contraint de freiner dans l'herbe in extremis, Leclerc reconnaît qu'il ne maîtrisait pas la totalité des éléments, tout en se défendant d'avoir franchi la ligne rouge. 

"Je pense que c'est de la course à la dure", explique-t-il. "J'étais totalement conscient de ce que je faisais dans la voiture. Je pense qu'à ce moment particulier du point de freinage, je ne savais probablement pas complètement qu'il était à droite. Mais dans l'ensemble, je voulais courir correctement, ce que j'ai fait. J'ai changé mon approche après l'Autriche. De la part des commissaires, il était assez clair de pouvoir courir de manière un peu plus rude."

"Je ne pense pas que Lewis soit inquiet, car il est très fort mentalement", ajoute Leclerc quant à d'éventuelles joutes futures avec le Britannique. "Je ne pense pas que ça le préoccupe. Comme je l'ai dit, en Autriche, en voyant Max [Verstappen] se battre contre moi ainsi et en voyant la décision des commissaires, j'étais surpris, donc j'ai modifié mon approche. Ce sera peut-être exactement pareil pour Lewis. Peut-être qu'il s'attendait à une pénalité et qu'il pourrait changer son approche à partir de maintenant, car il voit que l'on peut courir de façon rugueuse. Je ne sais pas, les prochains Grands Prix nous le diront."

Article suivant
Pas de pénalité moteur pour Kvyat à Singapour

Article précédent

Pas de pénalité moteur pour Kvyat à Singapour

Article suivant

La poussière de freins, un plus gros problème que la pollution

La poussière de freins, un plus gros problème que la pollution
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine