Leclerc : "On aurait dû échanger les positions"

Charles Leclerc est revenu sur la tactique mise en place par Ferrari lors du Grand Prix de Russie, assurant que le plan était bel et bien d'inverser les positions entre les deux monoplaces rouges.

Leclerc : "On aurait dû échanger les positions"

Parti en pole position pour la quatrième fois consécutive, Charles Leclerc redoutait l'envol à Sotchi, et les événements lui ont donné raison. Le Monégasque est ressorti deuxième après le premier freinage, derrière son coéquipier Sebastian Vettel. Le premier relais s'est alors transformé en palabres par radios interposées, la Scuderia cherchant comment "rendre" à son pilote la position de tête. Une consigne a d'abord été passée à l'Allemand pour qu'il s'efface, sans qu'il n'obtempère, avant que la stratégie de la Scuderia ne permette une inversion des positions plus subtiles, quoique. Mais une fois ce plan exécuté, patatras ! Vettel s'est immobilisé en piste suite à une défaillance moteur, provoquant la neutralisation de la course par VSC et offrant un arrêt "gratuit" aux deux Mercedes. 

Lire aussi :

Interrogé à l'arrivée de la course sur les nombreuses discussions du premier relais, une semaine seulement après un autre imbroglio interne à Singapour, Charles Leclerc a fait part de son incompréhension, assurant que le plan prévu lors du briefing matinal était de donner l'aspiration à son coéquipier, mais pas de voir celui-ci le doubler ou se maintenir devant. "J'aurai toujours confiance en l'équipe", promet Leclerc, "mais la tactique était bien sûr que je donne l'aspiration pour que nous soyons premier et deuxième au bout de la ligne droite, ce qui est arrivé. Ensuite, je ne sais pas. Je dois parler avec l'équipe pour mieux connaître la situation."

"Je devais juste essayer d'aider Seb [à doubler Hamilton], le laisser passer ou rester devant, et ensuite on aurait dû échanger [les positions]", martèle-t-il. "Je ne sais pas quelle est la raison pour laquelle on n'a pas échangé [les positions], mais dans tous les cas ça n'aurait rien changé. C'est dommage que les deux voitures ne soient pas sur le podium. [...] Il faut en discuter pour comprendre quelle est la décision derrière. Après le Safety Car, je ne sais pas si on aurait dû rester en piste ou si on a bien fait de s'arrêter, mais avec les pneus mediums ça aurait quand même été compliqué. C'est comme ça, on n'a pas eu de chance aujourd'hui. J'ai juste été très raisonnable [à la radio], j'ai fait savoir à l'équipe que j'avais fait tout ce qui m'avait été demandé, c'est tout. Je voulais juste savoir quand on allait respecter la prochaine partie du plan."

Ferrari enfin plus régulier

Charles Leclerc, Ferrari SF90

Le Monégasque, victorieux à Spa-Francorchamps puis Monza, ne cache pas sa frustration après une troisième place loin de ses attentes en Russie. Néanmoins, il souligne le bond en avant confirmé de son équipe sur le plan de la performance dans cette deuxième partie de saison. "Au moins nous sommes assez réguliers, c'est bien d'être encore sur le podium", fait-il remarquer. "C'est dommage pour l'équipe de ne pas avoir une deuxième auto ici. De notre côté, c'est une course acceptable, les Mercedes sont toujours très rapides sur les longs relais, beaucoup plus qu'en qualifications, donc nous devons travailler là-dessus et essayer de comprendre pour améliorer notre voiture en vue des prochains Grands Prix."

"Nous étions plutôt rapides", ajoute Leclerc. "Nous avions vraiment le rythme pour terminer devant Valtteri [Bottas] mais c'est assez compliqué de suivre les autres. J'étais environ 1"5 derrière lui et à chaque fois ça surchauffait et c'était difficile. Être troisième, c'est le meilleur résultat possible avec la voiture de sécurité, malheureusement."

partages
commentaires
Hamilton "inspiré" par la force de Mercedes pour revenir
Article précédent

Hamilton "inspiré" par la force de Mercedes pour revenir

Article suivant

Bottas victime de McLaren mais bourreau de Ferrari

Bottas victime de McLaren mais bourreau de Ferrari
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021