Lowe : "Stroll est arrivé en F1 trop tôt"

partages
commentaires
Lowe :
Par :
25 janv. 2019 à 08:31

Deuxième plus jeune pilote de l'Histoire de la Formule 1, Lance Stroll a-t-il débarqué trop tôt dans l'élite ? C'est en tout cas l'avis de Paddy Lowe, directeur technique chez Williams.

C'est à 18 ans, 4 mois et 26 jours que Lance Stroll a fait ses débuts en Formule 1 au Grand Prix d'Australie 2017. Fort d'un titre en F3 Europe la saison précédente, il n'avait pas d'expérience en GP3 ni en GP2 ; il avait toutefois pu se préparer grâce à un intensif programme d'essais au volant de la Williams FW36 de 2014 aux quatre coins du monde, financé par son père milliardaire, Lawrence Stroll.

Lire aussi :

Outre un étonnant podium à Bakou, la première saison du jeune Stroll dans la catégorie reine du sport automobile s'est avérée quelque peu difficile, surtout par rapport au très constant vétéran qu'était son coéquipier Felipe Massa, avec sept arrivées dans les points pour l'un contre 13 pour son aîné. L'an dernier, cependant, Stroll s'est montré plutôt à son avantage face au rookie Sergey Sirotkin, inscrivant six des sept unités de Williams – même si c'est bien le Russe qui avait l'avantage en qualifications, en lui infligeant un 13-8 dans cet exercice.

"À l'issue de la deuxième année de Lance en Formule 1, avec le recul, je pense qu'il est arrivé en F1 trop tôt", déclare Paddy Lowe pour le média Racer. "Il y a un certain nombre de raisons à ça, mais je pense qu'il aurait été mieux pour lui d'arriver un an plus tard, quand il était mieux préparé."

Paddy Lowe, directeur technique de Williams, Lance Stroll, Williams
Lance Stroll, Williams FW41

"2017 a été une année extrêmement dure pour lui, mais nous l'avons vu faire un véritable pas en avant pour 2018. Il était alors bien plus compétitif, particulièrement en qualifications – c'était un point faible pour lui l'année précédente. Mais il a complètement transformé son approche en qualifications cette année, et cela a joué en sa faveur. Il a également gagné en confiance en tant que pilote, et par conséquent obtenu de meilleurs résultats."

Stroll : "J'ai été plus constant"

Le principal intéressé, quant à lui, juge avoir fait preuve de davantage de régularité, mais estime ne pas avoir pu réellement le démontrer en raison d'une Williams qui, lors de 13 des 21 Grands Prix au programme en 2018, était la monoplace la plus lente.

"J'ai sans aucun doute été plus constant", affirme Stroll pour Motorsport.com. "Les mauvaises performances et les erreurs étaient moins graves qu'en 2017. À l'époque, quand j'avais un temps fort, c'était vraiment bon et quand je peinais, j'étais vraiment en grande difficulté. Maintenant, je suis un peu plus constant."

"Mais c'est dominé par le fait que nous n'étions pas compétitifs ; or, un pilote ne peut agir que dans une certaine mesure, que ce soit en qualifications ou en course." Chez Force India (écurie rachetée par un consortium à la tête duquel on retrouve son père), le Québécois devrait disposer d'un bolide plus favorable à l'obtention de bons résultats et pourra faire ses preuves face à la valeur sûre qu'est Sergio Pérez.

Propos recueillis par Edd Straw

Lance Stroll, Racing Point Force India VJM11

Article suivant
Ce prodige de Renault qui a le titre pour mission en 2019

Article précédent

Ce prodige de Renault qui a le titre pour mission en 2019

Article suivant

Renault face à un timing "très serré" pour sa F1 2019

Renault face à un timing "très serré" pour sa F1 2019
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lance Stroll Boutique
Équipes Williams
Auteur Benjamin Vinel