Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
41 jours
C
GP du Portugal
30 avr.
Prochain événement dans
52 jours
09 mai
Prochain événement dans
58 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
97 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
114 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
132 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
146 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
174 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
181 jours
12 sept.
Course dans
188 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
202 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
205 jours
10 oct.
Course dans
216 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
230 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
237 jours
07 nov.
Course dans
244 jours

Le clan Verstappen assume d'avoir dit non à Mercedes en 2014

Le scénario des dernières saisons aurait pu être bien différent si Verstappen avait choisi Mercedes et non Red Bull…

Le clan Verstappen assume d'avoir dit non à Mercedes en 2014

En 2014, Max Verstappen faisait sensation pour sa toute première campagne en monoplace. Juste après avoir été couronné Champion du monde de karting, le jeune Néerlandais s'illustrait en F3 Europe, alternant arrivées dans le top 5 et abandons avant d'enchaîner six victoires consécutives à Spa-Francorchamps et au Norisring.

Lire aussi :

Ces performances n'ont pas manqué d'attirer l'attention des écuries de Formule 1, notamment les deux top teams qu'étaient Mercedes et Red Bull, qui ont courtisé le jeune prodige. Le constructeur allemand, qui jouissait déjà d'un duo redoutable composé de Lewis Hamilton et Nico Rosberg, lui proposait un baquet en GP2 et des essais en Formule 1, soit un choix de carrière logique. Cependant, cette suggestion n'a pu rivaliser avec l'alléchant projet de Red Bull : placer Verstappen chez Toro Rosso en F1 dès 2015, à l'âge de 17 ans seulement. C'est ce qui s'est passé, avec le succès que l'on sait.

La carrière de Verstappen et les discussions tenues par son père Jos et son manager Raymond Vermeulen sont au cœur d'un nouveau documentaire sur la chaîne Ziggo Sport, "Whatever it takes", et ceux-ci n'ont manifestement aucun regret malgré l'incapacité de Verstappen à jouer le titre avec Red Bull tandis que Mercedes enchaîne les succès au championnat.

"Non, je pense que nous avons pris la bonne décision à l'époque", répond Vermeulen à Motorsport.com. "Nous continuons tous trois de soutenir pleinement cette décision. L'avenir nous dira si c'était la bonne. Je pense que chez Red Bull, Max a été super bien formé et super bien préparé à ses débuts en F1. Nous sommes chez Red Bull et nous nous y sentons vraiment à l'aise. Ce que l'avenir nous réserve, c'est l'avenir. Mais pour l'instant, nous sommes très satisfaits des choix que nous avons faits." Jos Verstappen ajoute : "À l'époque, avec les informations que nous avions, nous avons assurément fait le bon choix."

Max Verstappen, Toro Rosso et son père Jos Verstappen

Il n'empêche que le contraste est immense entre les deux écuries depuis que Red Bull a annoncé avoir recruté Verstappen le 12 août 2014 : la marque au taureau a remporté "seulement" 15 victoires par la suite, dont dix à l'actif du Néerlandais, tandis que Mercedes en a engrangé 93. De quoi être frustré ? "Non, pas vraiment", répond Jos Verstappen, lui-même ancien pilote de F1. "Je pense que c'est parfois un peu plus frustrant pour moi que pour Max, ou peut-être plus ou moins autant."

"Mais Max doit en tirer le maximum, évidemment. Nous sommes chez Red Bull, nous savons ce que nous devons faire. On peut être frustré, mais ça n'aide pas du tout, comme l'a déjà dit Max. Nous voulons tous que Max se batte pour le titre mondial, mais c'est aussi bien de travailler vers cet objectif ensemble. Il y a de la beauté là-dedans aussi. Espérons y parvenir chez Red Bull [en 2021]."

Et en ce qui concerne l'avenir, Verstappen dispose actuellement d'un contrat à long terme avec Red Bull et devrait donc courir pour l'équipe en 2022, alors que la motorisation de l'écurie pour cette saison-là demeure incertaine en raison du retrait de Honda prévu fin 2021. La marque au taureau a tout intérêt à convaincre sa star que son projet demeure bâti sur des bases solides ; là encore, le clan Verstappen va se concerter sans laisser le moindre détail au hasard.

"Bien sûr, le management de Red Bull nous tient bien informés de la situation, de ce qu'ils comptent faire et de leur objectif", indique Vermeulen. "Ce processus est en cours. Tout d'abord, une saison merveilleuse nous attend avec Honda. Nous sommes très optimistes quant à ce qui est prévu pour le moteur de l'an prochain. Mais nous sommes aussi très intéressés par ce qui va se passer à partir de 2022. Ils sont très ouverts et transparents vis-à-vis de Max à ce sujet. Nous attendons patiemment et sommes convaincus que la conclusion sera un succès."

Propos recueillis par Ronald Vording

partages
commentaires

Voir aussi :

Bilan 2020 - Le dernier tour de piste de Magnussen ?

Article précédent

Bilan 2020 - Le dernier tour de piste de Magnussen ?

Article suivant

Aston Martin dévoile son sponsor titre pour son retour en F1

Aston Martin dévoile son sponsor titre pour son retour en F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Jos Verstappen , Max Verstappen
Équipes Red Bull Racing , Mercedes
Auteur Benjamin Vinel
Pourquoi l'Aston Martin est plus qu'une "Mercedes verte" Prime

Pourquoi l'Aston Martin est plus qu'une "Mercedes verte"

Le lancement de la nouvelle Formule 1 d'Aston Martin était l'un des événements les plus attendus de l'intersaison, les fans se demandant quel serait le look de l'AMR21.

Les évolutions Williams qui pourraient inverser la tendance Prime

Les évolutions Williams qui pourraient inverser la tendance

Après avoir produit une voiture en progrès mais manqué les points l'an passé, Williams débute l'ère Dorilton Capital avec la FW43B et avec comme objectif de grimper dans la hiérarchie de la F1 dès 2021.

Formule 1
6 mars 2021
Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari Prime

Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari

La présentation de l'Aston Martin était sans doute la plus attendue cette saison, alors que les nombreux changements apportés à l'équipe s'étendent bien au-delà d'un simple travail de peinture sur la livrée. Mais il est vrai que l'équipe n'aura pas à opérer un redémarrage et peut construire sur de solides fondations.

Formule 1
4 mars 2021
Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso Prime

Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso

Depuis son retour en F1, Esteban Ocon a connu une période difficile. De nouveaux défis l'attendent, puisqu'il a été rejoint par le double Champion du monde Fernando Alonso dans la nouvelle équipe Alpine. STUART CODLING établit une feuille de route à suivre pour franchir ce cap avec succès.

Formule 1
3 mars 2021
L'évolution récente des volants de Formule 1 Prime

L'évolution récente des volants de Formule 1

Les volants de Formule 1 ont drastiquement changé au fil des années, les pilotes disposant désormais de plus de contrôle, ce qui leur permet d'apporter les changements les plus subtils et de prendre l'avantage sur leurs rivaux.

Formule 1
2 mars 2021
L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren Prime

L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren

L'accord conclu par McLaren avec MSP Sports Capital l'an dernier non seulement aide l'écurie à financer la rénovation de ses infrastructures, ce dont elle avait bien besoin, mais est également un signe de l'avenir de la Formule 1.

Formule 1
1 mars 2021
La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix Prime

La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix

Pour la beauté du geste avant l'interdiction définitive de nombreuses aides en 1994, Benetton voulait faire rouler en Grand Prix sa B193C en fin de saison 1993, ce qui aurait fait d'elle la première voiture à quatre roues directrices à prendre un départ en F1...

Formule 1
28 févr. 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021