McLaren répond à Ferrari : les arguments "ne tiennent pas"

Pour le PDG de McLaren, Zak Brown, les arguments de Ferrari contre une réduction encore plus importante du plafond budgétaire sont contradictoires et "ne tiennent pas".

McLaren répond à Ferrari : les arguments "ne tiennent pas"

Ferrari a clairement marqué son opposition au projet de nouvelle réduction du plafond budgétaire de la Formule 1 en dessous des 145 millions de dollars, quand d'autres structures comme McLaren se sont montrées favorables à un abaissement à 100 millions. S'exprimant pour le Guardian ce jeudi, Mattia Binotto, le directeur de la Scuderia, a expliqué ne pas vouloir se séparer d'une partie de son personnel ou avoir à le déployer dans d'autres disciplines des sports mécaniques, certaines sources suggérant que Maranello songe, en disant cela, au WEC ou à l'IndyCar.

Mais pour Zak Brown, le dirigeant de McLaren, la position de Ferrari n'est pas compatible avec l'urgence financière créée par la crise liée à la pandémie de COVID-19. "Nous sommes dans une situation où, si la Formule 1 conserve ses vieilles habitudes, nous allons tous faire face à un risque extrême pour l'avenir du championnat", a déclaré l'Américain pour une sélection de médias, dont Motorsport.com.

Lire aussi :

"Et je pense non seulement que si nous réfléchissons à l'avenir et que nous nous adaptons à notre époque, nous pourrons survivre à ce qui se passe en ce moment, mais je pense aussi qu'en fin de compte le sport pourra prospérer et que nous y gagnerons tous. Je suis pour un débat sain. Mais je crois que les commentaires que je peux voir ne tiennent pas, se contredisent et ne reflètent pas exactement ce que je pense être la réalité."

Pour Brown, l'argument selon lequel une baisse du plafond budgétaire à 125 millions de dollars ferait perdre à la Formule 1 sa place de pinacle du sport automobile n'a pas de sens. Il est également agacé par les suggestions selon lesquelles les équipes ne sont pas là uniquement pour faire des bénéfices. "Malheureusement, il n'y a pas beaucoup d'équipes, si tant est qu'il y en ait, qui font des bénéfices. Je ne crois pas que les personnes impliquées dans la Formule 1 s'y impliquent pour faire du profit : je pense qu'ils sont là pour apporter de la valeur à la marque. Chaque écurie a différentes raisons d'être en F1. Et une grande partie de ces raisons est d'apporter de la valeur à d'autres entreprises, que ce soit dans le secteur des boissons ou des voitures de route."

"C'est vivre dans le déni"

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL34 and Sebastian Vettel, Ferrari SF90

Zak Brown s'est également dit sans voix face aux propos de Binotto appelant la F1 à prendre son temps pour décider de mesures de réduction des coûts. Il estime qu'une telle position n'a pas de sens à une époque où les gouvernements s'empressent de prendre des mesures d'urgences pour sauver l'économie mondiale. "Je suis presque à court d'idées pour répondre à ça", a-t-il d'abord indiqué.

"Je pense que nous reconnaissons tous qu'à l'époque moderne, nous traversons actuellement la plus grande crise que le monde ait jamais connue. Vous avez des pays qui ferment. Vous avez des industries qui ferment, et ne pas être pressé de faire face à ce qui se passe, je pense que c'est une erreur majeure. C'est vivre dans le déni. Je crois que vous constaterez que presque tous les présidents, premiers ministres ou PDG du monde entier sont pressés de s'attaquer de front à ce problème."

Brown estime que la majorité des autres écuries soutiennent la position de McLaren selon laquelle le plafond budgétaire doit être abaissé davantage, et il est convaincu que les dirigeants du sport agiront au nom de ce que la plupart des équipes souhaitent plutôt que de s'incliner devant la position de Ferrari. "En fin de compte, c'est à la FIA et à la F1 de soutenir cette position, mais je ne pense pas qu'ils pourront résister, et mettre leur veto [...], s'il y a un alignement sur ce qui est proposé."

Avec Jonathan Noble 

partages
commentaires
Quand Schumacher dépassait Senna et tenait Alonso en respect

Article précédent

Quand Schumacher dépassait Senna et tenait Alonso en respect

Article suivant

La F1 dispose désormais de 1,4 milliard de dollars en cash

La F1 dispose désormais de 1,4 milliard de dollars en cash
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021