Même après 22 GP, Mercedes n'a pas tout compris à la W13

Au moment de tirer un premier bilan de la saison 2022, l'écurie Mercedes a reconnu qu'elle ne comprenait toujours pas complètement les faiblesses de la W13.

Même après 22 GP, Mercedes n'a pas tout compris à la W13
Charger le lecteur audio

Elle aura beau être entrée dans le club des monoplaces vainqueurs de Grand Prix et avoir offert à George Russell son premier succès en F1, la Mercedes W13 restera comme la voiture qui aura fait tomber le constructeur du piédestal sur lequel il était juché depuis 2014 et le début de l'ère turbo hybride.

Cette Formule 1 issue de la nouvelle réglementation technique semblait prometteuse sur le papier, avec un concept à pontons très compacts dévoilé lors de la seconde sessions d'essais hivernaux, à Bahreïn. Toutefois, rapidement, des difficultés sont apparues aussi bien dans la gestion des rebonds et du marsouinage que dans le domaine de la traînée aérodynamique qui ont toute l'année joué contre les ambitions des femmes et des hommes de Brackley et Brixworth.

Même si des progrès ont été faits à la fois dans la compréhension des faiblesses du châssis et dans l'amélioration de ses performances via le développement, au point que jouer la victoire au mérite a été possible lors de certaines courses de la fin d'année, le GP d'Abu Dhabi aura eu l'apparence d'un brutal retour sur terre, Lewis Hamilton et George Russell ayant été impuissants face aux Red Bull et aux Ferrari aussi bien en qualifications qu'en course.

Au sein du staff Mercedes, on ne cache d'ailleurs pas qu'au-delà de la question des performances, la compréhension des tenants et aboutissants de ce qui a rendu la W13 si compliquée à faire fonctionner n'est toujours pas pleine et entière : "Je ne pense pas que l'on puisse vraiment affirmer aujourd'hui, ou même pendant l'hiver, que nous savons tout sur la W13", a ainsi expliqué James Vowles, le stratège en chef de l'Étoile, dans la vidéo de débriefing de l'ultime GP de l'année.

"Il y a eu des hauts et des bas, c'est vrai, et c'est ce que je voulais dire en disant qu'il y a des éléments sur cette voiture que nous pensons comprendre et d'autres qui ne sont pas encore totalement expliqués. Mais si vous regardez la direction à suivre, les écarts avec l'avant, en particulier en rythme de course, nous avons fait d'énormes progrès et ce n'est possible qu'en comprenant où se situent les problèmes, en travaillant dessus et en agissant en tant qu'équipe."

L'un des plus gros défauts de la W13 ne résiderait pas tant dans le concept en lui-même que dans le fait que pour le faire fonctionner à plein, il fallait la faire rouler au plus près du sol, la rendant alors particulièrement vulnérable au marsouinage, et au phénomène de rebond en général. Pour la W14, un changement d'approche est attendu mais Mercedes ne veut pas oublier le gouffre qui le séparait encore des meilleurs à Yas Marina.

Lewis Hamilton, Mercedes W13

Lewis Hamilton, Mercedes W13

"La confiance que nous avons [pour 2023] réside dans le fait que nous avons maintenant nos propres outils, nos outils de soufflerie, nos outils de développement, nos outils de performance, ici au sein de l'organisation, qui produisent des performances supérieures à ceux de nos concurrents, et cela nous permet de progresser davantage par rapport à eux", a ajouté Vowles.

"Cependant, il y a encore des lacunes et Abu Dhabi l'a bien montré. Il faut les combler pendant l'hiver et je pense que nous avons un très bon processus et un bon système en place pour le faire. Le développement que vous avez vu au cours de la saison se poursuivra pendant l'hiver et je pense que nous serons dans une très bonne position l'année prochaine."

En dépit de cette saison sans titre, le technicien britannique estime que l'équipe Mercedes s'est renforcée : "Nous sommes une équipe habituée au succès, habituée à gagner, habituée à être en tête et ça n'a pas été le cas. Et cela a vraiment changé l'organisation pour le mieux. Nous sommes bien meilleurs grâce à cela, et ce sont les caractères qui se sont forgés et nous nous sommes forgés nous-mêmes grâce à cela."

"C'était un défi, il n'y a aucun doute là-dessus. Nous n'étions pas dans une position dans laquelle nous avions l'habitude de nous trouver et il a fallu faire en sorte de s'adapter pour aller de l'avant – et nous l'avons fait. Je pense que nous avons démontré, si on compare le début et la fin de la saison, à quel point nous avons progressé."

"Cette équipe a dû se serrer les coudes comme jamais auparavant. Il serait très facile dans ces circonstances, en ces temps difficiles, de se désunir mais nous ne l'avons pas fait. Les pilotes se sont serrés les coudes, et je suis sûr que nous avons le meilleur duo de pilotes sur la grille. Nous avons deux pilotes incroyables qui se poussent l'un l'autre mais qui travaillent en équipe pour améliorer la voiture."

"Nous avons des équipes à Brixworth et à Brackley, ainsi qu'au circuit, qui travaillent ensemble avec un seul objectif en tête, et ce n'est plus nécessairement de gagner. Il s'agit de s'assurer que nous comprenons le package que nous avons, afin que nous retrouvions nos habitudes de victoire l'année prochaine."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

Alfa Romeo : Battre Aston Martin fait une différence sur le budget 2023

Ocon : Battre Alonso, une "belle satisfaction"