Réactions
Formule 1 GP du Canada

Piastri : "Il fallait bien que je me sorte une première fois"

Oscar Piastri a vécu lors des qualifications du Grand Prix du Canada sa première grosse sortie de piste en F1. Il savait que ce moment désagréable arriverait tôt ou tard !

Oscar Piastri, McLaren MCL60

Il s'en serait évidemment bien passé, mais Oscar Piastri s'était quelque part préparé à vivre son premier accident coûteux en Formule 1. Après avoir accédé à la Q3 samedi lors des qualifications du Grand Prix du Canada, le rookie australien a terminé la séance dans le mur, parti à la faute sur une piste détrempée et sous une pluie qui redoublait. Il s'élancera tout de même huitième sur la grille de départ ce soir, juste derrière son coéquipier Lando Norris.

Si l'on excepte cette erreur dans des conditions particulièrement difficiles, le week-end du pilote McLaren est jusqu'à présent solide sur le plan de la performance. Il assume cette incartade qui constitue sa première grosse erreur en Formule 1, conscient de devoir en passer par là pour progresser.

"Je pense que le week-end a été raisonnablement encourageant", résume-t-il avant la course. "L'essentiel des qualifications a été bon, à l'exception de la Q3. Mais même en disant ça, je ne suis pas certain de ce qu'aurait été mon potentiel en Q3. C'est ma première grosse erreur et il fallait bien que je me sorte une première fois à un moment ou un autre. J'ai juste été trop agressif sur l'accélérateur, c'est tout. C'est une erreur facile, et c'est bien sûr dommage. Je suis désolé pour les mécaniciens qui ont plus de travail qu'ils n'en ont besoin. Mais dans l'ensemble, je suis assez content de la manière dont le week-end se déroule."

Il faut dire qu'en cette première partie de saison, Oscar Piastri s'est plutôt fait remarquer par sa capacité à ne pas commettre l'irréparable, une qualité qui était déjà la sienne dans les formules de promotion. "J'ai fait quelques tête-à-queue dans une F1, mais la dernière fois que j'ai heurté un mur ou que je me suis retrouvé coincé… c'était probablement en Formule Renault en 2019, quand je m'étais retrouvé bloqué dans les graviers. Ça fait donc un moment", confirme l'Australien.

Un point fort qu'il relativise, estiment qu'il doit aussi être en mesure d'aller chercher la limite plus rapidement dans un week-end de course, sans se montrer exagérément prudent.

"Globalement, surtout sur les circuits où on est allés comme l'Arabie saoudite, Bakou et Monaco, il est utile de construire la confiance tout au long du week-end, car on trouve la limite au bon moment et on ne la dépasse pas", explique-t-il. "Je pense que c'est quelque chose que j'ai essayé de faire tout au long de ma carrière aussi. Je pense qu'en course, j'essaie d'être plutôt raisonnable à certains endroits, peut-être même un peu trop prudent parfois. D'une certaine manière, je peux être un peu plus agressif. Mais je suis nouveau en F1 et j'essaie d'apprendre le plus possible."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Duels en qualifs : le point au Grand Prix du Canada 2023
Article suivant Villeneuve veut clore la "controverse inutile" du casque de son père

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France