Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
3 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
24 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
38 jours

Pérez se méfie du jeune loup Ocon

partages
commentaires
Pérez se méfie du jeune loup Ocon
Par :
19 févr. 2017 à 11:45

Pour la première fois de sa carrière, Sergio Pérez va faire équipe avec un pilote plus jeune que lui. Le Mexicain est toutefois bien loin d'abaisser sa garde.

Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Esteban Ocon, Force India
Esteban Ocon, Sahara Force India F1 VJM08
Sergio Perez, Sahara Force India F1
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09 et Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team R.S.16 au départ
Sergio Perez, Sahara Force India F1
Nico Hülkenberg, Renault F1 Team
Sergio Pérez, McLaren MP4-28
Fernando Alonso, McLaren MP4-31 et Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09

Sergio Pérez a précédemment été associé à Kamui Kobayashi, Jenson Button et Nico Hülkenberg, trois coéquipiers face auxquels il n'a pas démérité. Le défi sera tout autre face à un Esteban Ocon âgé de 20 ans, qui fait toutefois partie des espoirs les plus prometteurs de la F1. Le protégé de Mercedes a notamment remporté des titres en F3 Europe et en GP3 quand il évoluait dans les catégories junior, et a effectué des débuts convaincants chez Manor l'an passé.

"Je lui ai parfois parlé, mais je ne le connais pas bien", commente Pérez au sujet de son nouvel équipier dans les colonnes de F1 Racing. "Ce sera intéressant de travailler avec un nouveau coéquipier, et ce sera la première fois que je travaille avec quelqu'un de plus jeune que moi. Je pense qu'il a la bonne attitude, la bonne mentalité, et il sera un atout pour l'écurie, donc j'espère que nous allons continuer à faire progresser l'équipe."

"J'ai toujours été le plus jeune, mais maintenant, ça va être différent. Mais Esteban est très estimé, il a les qualités nécessaires et peut être vraiment rapide."

Pourquoi Pérez a refusé Renault

Les chemins de Pérez et d'Ocon auraient toutefois pu ne pas se croiser. En effet, le pilote mexicain était courtisé par Renault pour la saison 2017, mais a préféré effectuer une quatrième saison au sein d'une écurie Force India qui a inscrit 173 points en 2016, à comparer aux huit maigres unités du losange.

"La raison pour laquelle je n'y suis pas allé, c'est parce qu'avec une nouvelle génération de voitures, c'est important de voir où se situe tout le monde", indique Pérez. "J'ai connu une très mauvaise expérience avec McLaren et la réglementation ne changeait pas énormément, donc il faut que mon prochain transfert soit vraiment solide pour le bien de ma carrière."

Comme toujours sur le marché des transferts, les décisions des uns ont un impact crucial sur les perspectives d'avenir des autres. Après avoir essuyé le refus de Pérez, Renault a jeté son dévolu sur... son coéquipier, Nico Hülkenberg, qui a préféré tenter l'aventure avec un constructeur plutôt que de rester dans la petite équipe Force India.

"C'est certainement un risque", commente Pérez, "mais je pense que c'est bien tenté de la part de Nico. Cela pourrait bien tourner pour lui."

Retour chez McLaren ?

En 2013, c'est Sergio Pérez qui effectuait un choix de carrière ambitieux et peut-être risqué, s'emparant du baquet de Lewis Hamilton chez McLaren. Remplacé au bout d'une saison, celui qui évolue chez Force India depuis lors n'a pas de regrets.

"Cela a mis ma carrière dans une situation difficile, mais sans cette décision, je ne serais pas le pilote que je suis aujourd'hui. Je suis reconnaissant envers McLaren ; ce fut une très belle opportunité d'apprendre comment ils travaillent et à quel point un top team est différent. Donc j'en suis content."

Pérez serait-il prêt à faire son retour à Woking si l'occasion se présentait ? "S'ils avaient une voiture compétitive et pouvaient me donner l'opportunité de me battre pour pour le titre, sans hésiter."

Article suivant
Hülkenberg - Être leader de l'équipe, "ce n'est pas si important"

Article précédent

Hülkenberg - Être leader de l'équipe, "ce n'est pas si important"

Article suivant

Diaporama - Quand la colère de Vettel inonde les ondes

Diaporama - Quand la colère de Vettel inonde les ondes
Charger les commentaires