Pérez veut une modification du vibreur au virage 8

partages
commentaires
Pérez veut une modification du vibreur au virage 8
24 juin 2017 à 07:40

Le pilote Force India a été le premier à heurter le mur ce week-end, dans l'enchaînement le plus étroit du circuit urbain de Bakou.

Les commissaires s'occupent de la voiture de Sergio Perez, Sahara Force India VJM10
Le crash de Sergio Perez, Sahara Force India VJM10
La voiture endommagée de Sergio Perez, Sahara Force India VJM10 est ramenée
Le crash de Sergio Perez, Sahara Force India VJM10
La voiture endommagée de Sergio Perez, Sahara Force India VJM10 est ramenée
La voiture accidentée de Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17
La voiture accidentée de Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS17

Parti à la faute lors de la première séance d'essais libres vendredi, Sergio Pérez souhaite une modification du vibreur au niveau du virage 8. Le pilote Force India a heurté le mur dans cette zone particulièrement étroite, après avoir été déstabilisé par un passage sur le vibreur intérieur. Dans la séance de l'après-midi, le pilote Renault Jolyon Palmer est lui aussi sorti de la piste à cet endroit, tandis que plusieurs autres ont pris l'échappatoire après avoir manqué leur freinage.

Vendredi soir, Pérez a fait savoir que les pilotes avaient manifesté leurs préoccupations lors du briefing, et que le directeur de course Charlie Whiting travaillait sur la recherche d'une solution.

"Le vibreur est assez difficile, et ce n'est pas facile à escalader pour nous", explique le Mexicain. "C'est assez étroit, et nous avons demandé à Charlie d'essayer de regarder ça, pour voir si nous pouvons le changer, car nous avons tous le sentiment que c'est plutôt étroit et très facile de faire une erreur."

"Je pense que le vibreur est un peu haut. Nous avons discuté du virage 8 avec Charlie, et je pense qu'il essaiera de voir s'il peut améliorer les choses. Il a dit qu'il essaierait de trouver un compromis. Il n'a pas dit quoi, mais je pense qu'il réfléchit pour voir quel est le meilleur compromis qu'il peut faire."

Dans le cas de Jolyon Palmer, le Britannique a reconnu qu'il avait surtout eu du mal à bien évaluer la distance de freinage et qu'il était parti à la faute en testant les limites du circuit azéri.

"Il y a beaucoup de virages à haute vitesse, et de grosses zones de freinage, mais on dirait que la marge pour la distance de freinage est très sensible par rapport à la pression de freinage", précise le pilote Renault. "On peut être sous contrôle, et en fait se sentir un peu lent, alors la fois suivante on attaque un peu plus et c'est trop. C'est sur le fil du rasoir avec les freins. J'étais un petit peu lent dans le virage 8, puis j'ai attaqué un peu plus au freinage et j'ai bloqué une roue, et je suis allé droit dans le mur. J'essayais juste d'attaquer un peu plus et j'ai bloqué la roue."

Article suivant
Honda a testé une évolution moteur avec Alonso

Article précédent

Honda a testé une évolution moteur avec Alonso

Article suivant

Renault dément la présence de Kubica lors d'essais libres

Renault dément la présence de Kubica lors d'essais libres
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Azerbaïdjan
Lieu Baku City Circuit
Pilotes Sergio Pérez Boutique , Jolyon Palmer
Équipes Force India , Renault F1 Team
Type d'article Actualités