Pourquoi Rowland a quitté Renault

partages
commentaires
Pourquoi Rowland a quitté Renault
Par :
30 juin 2018 à 08:45

Cet hiver, tout comme Robert Kubica et Sergey Sirotkin, Oliver Rowland a quitté Renault Sport F1 Team pour rejoindre Williams Racing. Le Britannique explique pourquoi.

Oliver Rowland, Renault E20 F1
Oliver Rowland, Williams FW41
Oliver Rowland, Williams
Oliver Rowland, Williams FW41
Oliver Rowland, Williams FW41
Oliver Rowland, Williams FW41

Parmi les pilotes qui couraient en formules de promotion l'an passé mais n'ont pas atteint la Formule 1, Oliver Rowland est celui qui a marqué le plus de points de Super Licence avec 63 unités au compteur, grâce à des performances constantes. 

"J’ai un très bon palmarès en sport auto", souligne Rowland, qui court actuellement chez Manor en LMP1, pour Motorsport.com. "En Eurocup FR2.0, j’ai fait troisième et deuxième, j’ai gagné en Formule Renault 3.5, j’ai fait troisième en F2. J’ai toujours été là, constant. Ce n’est qu’en FR3.5 que j’étais dans une équipe véritablement capable de gagner, Fortec était une très bonne équipe, probablement la meilleure. Quand je suis parti chez DAMS [en F2], ils étaient en grande difficulté et j’ai dû les hisser au niveau qui est censé être le leur."

Pourtant, celui qui a fait des débuts tardifs en karting à 18 ans ne semble pas se rapprocher de l'élite. Rowland faisait pourtant partie de la Renault Sport Academy en 2016 et est devenu pilote de développement pour l'écurie au losange l'année suivante, mais a ensuite quitté Enstone à destination de Grove, tout comme Robert Kubica et Sergey Sirotkin, deux autres pilotes d'essais Renault.

"Je pense que ce n’est qu’une coïncidence !" sourit Rowland. "Renault a pris l’approche de l’expérience face à la jeunesse. Ils sont honnêtes, ils vous le disent en face : si je voulais rester et faire le travail de réserve sur le simulateur, ça ne posait pas de problème, mais je n’avais pas de chance d’être en Formule 1, donc ce n’était pas une bonne chose. Au moins ont-ils été honnêtes à ce sujet, et ils l’ont probablement été avec les autres aussi, c’est pourquoi nous sommes tous partis."

"Qui sait ? Avec le marché des pilotes et Ricciardo, Sainz pourrait être de retour chez Red Bull. S’il y a un baquet qui se libère, je pense qu’ils choisiront quand même l’expérience, donc ce n’est pas le meilleur endroit où se trouver quand on est un jeune pilote."

Objectif F1 2019

La décision de Rowland semble déjà porter ses fruits. Le jeune pilote Williams a eu le mois dernier une opportunité que Renault ne lui avait jamais octroyée : une journée d'essais au volant d'une Formule 1 contemporaine, la FW41. L'Anglais a-t-il de véritables chances d'obtenir un baquet, alors que Lance Stroll et Sergey Sirotkin peinent à faire leurs preuves au volant d'une monoplace rétive ?

"C’est toujours intéressant !" s'exclame Rowland lorsque nous évoquons les difficultés des titulaires. "Je ne dirais pas que j’aie une vraie chance pour l’instant, mais j’ai fait du très bon travail à Barcelone, je m’entends bien avec l’équipe, il faut que je fasse de nouveau du bon travail à Budapest [lors des prochains essais]. Ensuite, nous devons essayer de passer à l’étape suivante, que je sois plus impliqué au sein de l’équipe afin de me positionner pour le baquet en 2019."

Article suivant
Pérez critique le manque d'uniformité des vibreurs en F1

Article précédent

Pérez critique le manque d'uniformité des vibreurs en F1

Article suivant

Mercedes loue la "bonne décision" de Red Bull avec Honda

Mercedes loue la "bonne décision" de Red Bull avec Honda
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Oliver Rowland
Équipes Williams , DAMS , Fortec Motorsports , Renault F1 Team
Auteur Benjamin Vinel
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu