Après les qualifs, ils ont dit...

Après les qualifications du Grand Prix d'Italie à Monza et la pole position signée par Kimi Räikkönen, retour pêle-mêle sur quelques réactions des autres acteurs de la journée.

Après les qualifs, ils ont dit...
Charger le lecteur audio

Valtteri Bottas (Mercedes), 4e : "Aujourd'hui, c'était difficile. Nous avons testé de nouveaux réglages en EL3, c'était mieux dans les virages mais nous perdions de la performance au freinage. Il devenait très facile de commettre des erreurs et de bloquer les roues. C'était mieux en qualifications, mais j'ai perdu une demi-seconde en bloquant mes roues au premier virage en Q3. Je ne suis pas très à l'aise au volant de la voiture. C'est un circuit très rapide avec peu d'appui mais de gros freinages, beaucoup de vibreurs, et il faut de la stabilité pour les virages rapides dans le dernier secteur."

Lire aussi :

Carlos Sainz (Renault), 7e : "C’est un cadeau d’anniversaire qui me ravit et je suis très heureux. Avant les qualifications, nous avons changé l’aileron arrière. Nous étions donc un peu dans l’inconnu, mais notre rythme était bon d’entrée et nous avons un peu joué avec l’aspiration pour profiter au maximum de cet élément ayant plus d’appuis. Aujourd’hui, j’étais beaucoup plus à l’aise au volant et la stratégie en Q3 était parfaite. Nous avons renversé la tendance de Spa en trouvant davantage de performance et cela rend le résultat final du jour très satisfaisant. L’équipe a travaillé très dur et nous sommes bien placés pour nous battre pour les points demain."

Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS 18, devant Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS 18

Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS 18, devant Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS 18

Photo de: Sam Bloxham / LAT Images

Nico Hülkenberg (Renault), 14e : "Comme nous avions les pénalités à l’esprit, nous n’avons pas beaucoup roulé en Q2. Notre position de départ nous offre une certaine flexibilité dans notre choix de pneumatiques et l’exploitation des différents composés, mais nous devons rester réalistes : cela ne sera pas facile. Le peloton était extrêmement serré aujourd’hui et même si les dépassements ne sont pas impossibles ici, ils ne sont pas simples non plus. Je veux seulement connaître une course propre et essayer de gagner autant de places que possible."

Brendon Hartley (Toro Rosso), 18e : "La voiture n'était pas trop mal, l'équipe a fait du très bon travail pour avoir une voiture qui nous plaît à Pierre [Gasly] et moi, mais c'est incroyablement serré en milieu de tableau. C'est frustrant que je sois du mauvais côté. Cela va me donner du pain sur la planche pour demain, j'espère que la météo va pimenter tout ça."

Marcus Ericsson, Sauber C37

Marcus Ericsson, Sauber C37

Photo de: Manuel Goria / Sutton Images

Marcus Ericsson (Alfa Romeo Sauber), 19e : "Je vais bien. C'est incroyable de se tirer indemne d'un tel crash. On est un peu secoué, mais le truc, c'est qu'on veut reprendre la piste d'emblée. Si l'on ne reprend pas la piste le lendemain, on risque d'y penser un peu plus. C'était bien de reprendre le volant aujourd'hui. On a vu que Charles [Leclerc] essayait des choses en EL2 pour assurer que ça fonctionne à 100%, et nous avons travaillé davantage hier soir. Aujourd'hui, ça fonctionne très bien. Je savais que j'avais la pénalité, mais nous espérions quand même passer en Q2. Nous devons analyser les raisons de ce résultat décevant. Je vais me battre demain."

Les autres réactions :

partages
commentaires
Verstappen : Un moteur Renault plus rapide mais toujours insuffisant
Article précédent

Verstappen : Un moteur Renault plus rapide mais toujours insuffisant

Article suivant

Bottas prêt à accepter des consignes de Mercedes

Bottas prêt à accepter des consignes de Mercedes
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021