Red Bull : Le retrait des suspensions illégales n'explique pas notre forme

partages
commentaires
Red Bull : Le retrait des suspensions illégales n'explique pas notre forme
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
28 mars 2017 à 10:32

Red Bull ne pense pas que l'interdiction de certains systèmes de suspension ait contribué à placer l'équipe derrière Ferrari et Mercedes lors du Grand Prix d'Australie.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, devant Esteban Ocon, Force India VJM10
Christian Horner, team principal Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, devant Felipe Massa, Williams FW40
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, devant Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13

Daniel Ricciardo et Max Verstappen n'ont pas pu se battre pour la victoire à l'Albert Park, des problèmes de réglages et un manque de puissance les ayant placés à une demi-seconde du rythme de Mercedes.

Le directeur de Red Bull, Christian Horner, estime que le retard sur les leaders se partage de façon égale entre son châssis et son moteur, et tempère l'impact de l'interdiction de certains systèmes de suspension par la FIA pendant l'hiver.

Avant les essais de pré-saison, la FIA a lutté contre certains systèmes de suspension sophistiqués, ce qui a obligé Mercedes et Red Bull à retirer de leur voiture des concepts évalués pour 2017.

Interrogé sur les suspicions selon lesquelles le retrait de ce système a coûté particulièrement cher à Red Bull, car elle avait un dispositif plus complexe, Horner déclare : "Je ne crois pas."

"Le système de suspension qui a été interdit était quelque chose que nous avons cherché à développer pendant l'hiver. Et, pour être honnête, même si nous avions pu l'utiliser, il n'aurait pas eu sa place sur la voiture en raison du poids. Nous roulons dans les faits comme nous roulions les saisons précédentes."

Réduire l'écart

Avec un week-end à domicile à oublier pour Ricciardo – en raison d'une sortie de piste en qualifications et d'un problème de réservoir d'essence qui l'a mis hors course –, Verstappen n'a pu mieux faire que cinquième.

Même si Red Bull a été largement perçu comme la principale menace pour Mercedes cette année, sa forme pendant les tests et en Australie s'est avérée être une déception.

Mais Horner garde l'espoir que l'écart avec les avant-postes puisse être rapidement comblé, surtout avec l'amélioration du moteur prévue par Renault. "Pour être honnête avec vous, Mercedes n'était pas si loin – probablement à une demi-seconde, je pense. Ferrari a été très impressionnant ici et possédait probablement la voiture la plus rapide."

"Nous avons sans aucun doute la troisième voiture la plus rapide et nous devons trouver une bonne demi-seconde pour être dans ce combat avec les voitures devant nous. Max a mis la pression sur Kimi toute la course, mais nous n'avions pas le rythme de Vettel ou de Hamilton."

"Je pense qu'il est toujours tôt. Les règlements sont toujours très peu matures. Nous avons choisi un concept différent. Je crois qu'il y a un vrai bon potentiel de développement au niveau du concept que nous avons."

"Il y a beaucoup de positif à retirer de l'Australie, sur une piste où nous n'avons pas été compétitifs lors des deux dernières saisons. Je suis sûr que nous pouvons bâtir sur cela pour les courses à venir."

Article suivant
Bottas satisfait de ses débuts chez Mercedes à Melbourne

Article précédent

Bottas satisfait de ses débuts chez Mercedes à Melbourne

Article suivant

Sainz : Williams et Haas étaient plus rapides à Melbourne

Sainz : Williams et Haas étaient plus rapides à Melbourne
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing Boutique
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités