Accord avec Red Bull ou non, Renault se concentrera sur Alpine

Renault est bien conscient que motoriser Red Bull et AlphaTauri pourrait être une nécessité à partir de 2022, mais le Losange donnera la priorité à la stratégie de son écurie d'usine, rebaptisée Alpine dès l'an prochain.

Accord avec Red Bull ou non, Renault se concentrera sur Alpine

Red Bull Racing et la Scuderia AlphaTauri sont désormais sans partenaire moteur à moyen terme, Honda ayant annoncé son retrait de la compétition au terme de la saison 2021. Les options se font rares pour les deux écuries de la marque au taureau et sont au nombre de trois. Mercedes motorisera déjà quatre équipes l'an prochain et verrait probablement d'un mauvais œil le fait de fournir ses groupes propulseurs à son principal rival, tandis que Ferrari équipe actuellement trois teams et souffre d'un déficit de performance qui ne rend probablement pas cette option attractive aux yeux de Red Bull – d'autant que les moteurs sont désormais gelés chaque saison avec des développements simplement annuels.

Lire aussi :

Reste Renault, qui n'aura plus de client en 2021, McLaren rejoignant le giron Mercedes. C'est avec le Losange que Red Bull a remporté quatre titres mondiaux consécutifs de 2010 à 2013, mais le même succès n'avait pas été au rendez-vous au début de l'ère hybride, et le divorce entre les deux parties n'avait clairement pas été le plus amical qui soit. Or, le Règlement Sportif impose, si une écurie ne peut trouver de motoriste, que celui qui a le moins de clients (y compris sa propre équipe) la prenne en charge. Ce rôle reviendrait donc à Renault.

Cyril Abiteboul, directeur de la structure basée à Enstone et à Viry-Châtillon, ne compte toutefois pas se laisser décontenancer par une telle perspective. "Aucun tiers ne va avoir d'impact sur notre stratégie", déclare Abiteboul à Motorsport.com. "Notre stratégie est claire, nous sommes ici pour notre écurie d'usine, et nous sommes une écurie d'usine parce que l'on ne gagne pas grand-chose à être fournisseur moteur. Être fournisseur moteur en F1 n'est pas rentable, et l'annonce de Honda le démontre peut-être. Nous nous en sommes rendu compte en 2014 lorsque nous avons pris la décision de revenir en tant qu'écurie à part entière ; peut-être que Honda s'est posé une question similaire et a pris une décision différente."

"Notre programme est centré autour de notre écurie, en particulier autour de la marque Alpine, et cela ne va pas changer. Si nous avons certaines obligations, nous nous y plierons, mais tous nos efforts, tout ce que nous faisons devrait tourner autour de cet objectif stratégique : être en mesure de gagner des courses pour contribuer à la montée en puissance de la marque Alpine."

Le Français émet l'idée qu'une entité différente prenne la suite des unités de puissance Honda qui, après de premières années difficiles, ont nettement rattrapé leur retard sur la concurrence : "J'imagine qu'une autre solution [pour Red Bull] serait de trouver quelqu'un qui acquerrait la propriété intellectuelle de Honda. Je suis sûr que des idées de ce genre ont été suggérées. Quiconque part d'une feuille blanche ne sera certainement pas prêt pour 2022, c'est absolument clair."

Directeur de Red Bull Racing, Christian Horner a confirmé la semaine dernière que Renault représentait une option sérieuse, se montrant inhabituellement élogieux vis-à-vis de la marque française.

"Nous devons désormais commencer à réfléchir à un partenaire moteur pour 2022", indique Horner auprès de Servus TV. "Il nous faut de la clarté d'ici la fin de l'année. Bien sûr, nous devons envisager toutes les possibilités, toutes les options. Mais en fin de compte, M. Mateschitz [propriétaire de Red Bull, ndlr] doit décider comment procéder. Mais il est important pour nous d'avoir suffisamment de puissance pour menacer Mercedes dans les années à venir."

"Bien sûr, je comprends pourquoi les gens partent du principe que nous allons parler à Renault. Depuis notre séparation, Renault a changé. Les nouveaux dirigeants [dont le nouveau PDG Luca de Meo, ndlr] apportent un souffle nouveau et des changements. Les choses avancent."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires

Voir aussi :

Kimi Räikkönen en passe de rempiler chez Alfa Romeo

Article précédent

Kimi Räikkönen en passe de rempiler chez Alfa Romeo

Article suivant

Ilott n'est pas sur la liste pour un baquet chez Haas

Ilott n'est pas sur la liste pour un baquet chez Haas
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021