Red Bull en tête d'une séance "peu représentative"

Si Max Verstappen a signé le meilleur temps des Essais Libres 2 du Grand Prix de Mexico avec une nette avance sur les pilotes Mercedes, son coéquipier Sergio Pérez a accordé peu de crédit à la hiérarchie du vendredi.

Red Bull en tête d'une séance "peu représentative"
Charger le lecteur audio

C'est en tête du classement que Max Verstappen a terminé la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix de Mexico, le temps de 1'17"301 du pilote Red Bull repoussant Valtteri Bottas et Lewis Hamilton à quatre et cinq dixièmes, respectivement. Il s'agit donc d'un début de week-end encourageant pour le double vainqueur de l'épreuve.

"C'était une bonne journée. Bien sûr, on essaie toujours d'améliorer la voiture, on essaie d'améliorer le comportement. Le circuit était très sale en EL1, c'était déjà un peu mieux en EL2. Il semble que la voiture fonctionne bien. Nous avons un bon feeling mais nous devrons aussi répondre présent [samedi]. Donc il y a plusieurs choses à surveiller. C'est un bon début de week-end", a déclaré Verstappen.

C'est souvent le cas lors des séances d'essais libres du vendredi, la hiérarchie du premier jour correspond rarement aux résultats de la course. Cependant, Sergio Pérez estime que la différence est beaucoup plus importante ce week-end en raison de l'état de la piste en EL1 et en EL2. Le coéquipier de Verstappen s'attend ainsi à voir les Mercedes se rapprocher du taureau rouge dès le samedi.

"Je ne pense pas que ce soit une journée représentative", a commenté Pérez à l'issue de la deuxième séance. "Tout sera un peu plus serré [samedi], ça sera intéressant à voir."

Devant son public, Pérez aura surtout à cœur de rendre une meilleure copie que celle du vendredi, entachée par un accident lors des premières minutes de la première séance. Alors qu'il venait de quitter le stade, le Mexicain a brusquement perdu le contrôle de sa RB16B, percutant les barrières et détruisant une partie de son aileron arrière, ce qui l'a immobilisé au stand pendant près d'une demi-heure.

"Je pense que nous n'avons pas perdu grand-chose", a-t-il affirmé. "C'est dommage d'avoir endommagé la voiture et ajouté du temps de travail [pour les mécaniciens] mais, à part ça, c'était une bonne journée. Je me sens plus à l'aise lors des longs relais que sur un tour, donc je pense qu'il y a de quoi améliorer la voiture sur un tour. Les écarts avec les Mercedes vont être très faibles [samedi], donc j'espère que nous serons capables de verrouiller cette première ligne."

Pérez n'est pas le seul membre de l'écurie au taureau rouge à s'attendre au réveil des Mercedes. Christian Horner, le directeur d'équipe, estime lui aussi que les pilotes de la marque à l'étoile en ont gardé sous le pied ce vendredi.

"C'était une bonne séance, les deux pilotes ont commencé à trouver un réglage leur convenant et les relais courts et longs avaient l'air raisonnables", a indiqué Horner sur Sky Sports à l'issue des EL2. "Je pense que les Mercedes gardent encore un peu de marge, nous n'avons pas encore vu leur plein potentiel pour le moment mais nous devons nous concentrer sur nous-mêmes."

Lire aussi :

partages
commentaires
Hamilton : Red Bull "trop rapide" pour une Mercedes manquant d'appui
Article précédent

Hamilton : Red Bull "trop rapide" pour une Mercedes manquant d'appui

Article suivant

La F1 prolonge son contrat avec le GP de Chine jusqu'en 2025

La F1 prolonge son contrat avec le GP de Chine jusqu'en 2025
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021