Haas et les règles 2021 : "Ils n'arrivent à s'accorder sur rien"

partages
commentaires
Haas et les règles 2021 :
Par : Adam Cooper
Co-auteur: Guillaume Navarro
6 nov. 2018 à 16:29

Les efforts faits par les propriétaires d'équipes F1 pour sauver leurs structures ont "épargné" Liberty Media d'une "lutte" pour empêcher celles-ci de disparaitre de la grille, estime Gene Haas.

Nez et aileron avant de la monoplace de Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18.
Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11
Racing Point Force India VJM11 : vue arrière
Romain Grosjean, Haas F1 Team, et Haas F1 team
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18, devant Sergey Sirotkin, Williams FW41, Brendon Hartley, Toro Rosso STR13, et Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Zak Brown, PDG et directeur exécutif de McLaren Racing et Lawrence Stroll, propriétaire de Racing Point Force India
Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-18
Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11

Cet été, Lawrence Stroll et un groupe d'investisseurs ont sauvé Force India après le placement sous administration de l'équipe et enregistré une "nouvelle" équipe, Racing Point Force India, à compter du Grand Prix de Belgique.

Ces dernières années, les trois nouvelles équipes F1 créées en 2010 (HRT, Virgin et Lotus) ont toutes mis la clé sous la porte. Les deux dernières citées avaient déjà connu des aventures administratives en changeant de nom et devenant respectivement Marussia et Caterham. Par ailleurs, l'équipe Lotus d'Enstone a connu des soucis financiers avant d'être reprise par Renault et de devenir la structure d'usine du constructeur français en 2016.

Un business difficilement rentable pour les teams F1

Haas, qui dispose d'une grande équipe en NASCAR (Stewart-Haas Racing) en lutte pour la Cup 2018, estime que la F1 doit une fière chandelle à ceux qui ont fait les efforts pour empêcher coûte que coûte leur équipe de couler.

"C'est le mauvais côté [du monde] de la course", commente-t-il pour Motorsport.com. "On voit des gens dépenser des fortunes dans la course et repartir sans rien. C'est assez commun, et il faut le faire pour l'amour du sport. Les promoteurs s'attendent à gagner de l'argent en tant que business. Les circuits s'attendent à gagner de l'argent en tant que business. Et on dirait qu'un propriétaire d'équipe ne devrait jamais en gagner… Ce business model, nous ne savons pas comment il s'est mis en place. En NASCAR, les propriétaires disent : 'tous les autres gagnent de l'argent, alors pourquoi ne devrions-nous pas aussi nous en faire ? [Mais] je pense que les choses changent, car en NASCAR, beaucoup d'équipes disparaissent."

Lire aussi :

Sans le dire de manière directe, Haas suggère que la perte d'une ou plusieurs équipes en F1 aurait au moins le bénéfice de forcer les instances dirigeantes de la F1 à réellement proposer un nouveaux modèle économique permettant aux équipes de pouvoir vivre sereinement.

"Force India a failli quitter la partie", poursuit Gene Haas. "Si Lawrence Stroll n'avait pas pris le contrôle et les avait sauvés, ou [Hans Rausing] Sauber… Ces équipes ne seraient plus là. Le fait qu'elles aient été sauvées a épargné à Liberty Media d'avoir à lutter. Si quelques-unes de ces équipes devaient abandonner, alors ils pousseraient en avant le sujet de savoir comment financer les équipes."

Règles 2021 : "Ils n'arrivent à s'entendre sur rien"

Haas estime par ailleurs qu'il n'y a pas de progrès en cours dans les discussions destinées à faire évoluer les règles de la F1 pour 2021.

"Ils ne parviennent à se mettre d'accord sur rien : ils n'arrivent pas à s'entendre sur les moteurs, sur les règlements… Mais c'est assez typique de la F1 et de quand l'on réunit un comité", s'amuse-t-il avec recul. "C'est comme essayer de faire passer 10 personnes à travers une porte : ça ne marche juste pas.

Lire aussi :

Haas s'était par ailleurs positionné contre l'attribution de primes de performance à Racing Point India pour son palmarès sous l'identité Force India, du fait que les Accords Concorde prévoient qu'une équipe doit demeurer une entité sans discontinuer pour en bénéficier. Même s'il est évident que Haas ne désire pas voir le plateau s'affaiblir, le team regrette que des exceptions soient faites au point de ne finalement plus donner beaucoup de sens au cadre des règles mises en place.

"Nous ne souhaitons pas que Force India s'en aille mais nous avons tout fait selon les règles. Et nous ne voulons clairement pas que quelqu'un d'autre puisse aller sur le côté et faire tout ce que ce que nous avons fait pendant deux ans et dépasser la file. Notre litige est sur le fait que la FOM est entrée en jeu et a dit : 'voici comment ça va se passer'. Et nous avons dit : 'non, il semble que ce soit en conflit avec ce que nous comprenons [des règles]', et nous aimerions juste que ce soit mis en application. Nous voulons un retour de la FOM sur ce qu'ils ont à dire [sur le sujet] et qu'ils nous expliquent cela d'une manière compréhensible pour nous."

Article suivant
La combustion d'huile, un "retour en arrière" pour la F1

Article précédent

La combustion d'huile, un "retour en arrière" pour la F1

Article suivant

Hamilton : Je ne sais pas si je me serais remis d'une défaite en 2008

Hamilton : Je ne sais pas si je me serais remis d'une défaite en 2008
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Équipes Force India , Haas F1 Team , Racing Point Force India
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités