Renault accepterait une écurie "partenaire" mais pas cliente en F1

Renault se montrera particulièrement sélectif à l'avenir dans le cas où une écurie souhaiterait disposer de ses unités de puissance en Formule 1.

Renault accepterait une écurie "partenaire" mais pas cliente en F1

À partir de la saison prochaine, Renault n'aura plus d'écurie cliente en Formule 1 puisque McLaren va se tourner vers les unités de puissance Mercedes. Seule l'écurie d'usine – rebaptisée Alpine F1 Team – disposera alors des blocs conçus à Viry-Châtillon, alors qu'il y a deux ans encore Renault fournissait deux clients (Red Bull et McLaren) en plus de sa propre structure. Ce scénario ne déplaît toutefois pas à Cyril Abiteboul, qui estime que la relation client entre le motoriste et une autre écurie n'apporte aucun bénéfice au Losange. Le directeur de Renault F1 n'exclut toutefois pas une future collaboration, à condition qu'elle soit plus étroite et prenne davantage la forme d'un véritable partenariat, afin qu'une plus-value technique se fasse sentir.

"Ce doit être davantage une équipe partenaire qu'une équipe cliente", confirme le Français. "Un client ne vous apporte rien. Un partenaire peut peut-être vous apporter une certaine valeur, qui peut vous aider à atteindre un objectif sportif et commercial. Nous savons que la transaction [financière] est de toute manière réglementée, donc c'est principalement avec une perspective sportive et technique que nous étudierions l'opportunité."

Lire aussi :

Dans l'immédiat, aucune écurie n'est en quête d'un motoriste mais la situation pourrait changer dès la fin de saison 2021, en fonction de la décision de Honda. La marque japonaise est engagée en Formule 1 jusqu'à cette échéance mais n'a encore pris aucune décision quant à la poursuite de son programme.

Avant même qu'une telle éventualité ne se présente, et que Red Bull Racing se retrouve sans motoriste, Abiteboul ferme la porte. "Red Bull est une équipe d'usine avec Honda", estime-t-il. "Je pense que la première chose, c'est que Honda décide de son propre engagement, de sa propre stratégie en F1. Nous avons été avec Red Bull, ça n'a pas fonctionné."

Le terme "d'usine" employé par le directeur de Renault F1 peut surprendre, lui qui a justement estimé que Red Bull était passé à côté de quelque chose ces dernières années en n'allant pas plus loin dans ses relations avec un motoriste, notamment lors de la collaboration houleuse avec Renault de 2014 à 2018. Il insiste toutefois sur le fait de devoir désormais faire travailler en collaboration maximum les départements châssis et moteur.

"On m'a demandé pourquoi Red Bull avait des difficultés, et mon avis est que l'une des raisons à cela vient du fait qu'ils ont déjà rejeté cette possibilité d'avoir davantage d'intégration", précise Abiteboul. "Nous avons progressé entre Viry et Enstone. Nous avons un engagement à long terme en F1 et désormais, nous avons assuré le fait de pouvoir penser à ce que nous voulons faire pour une perspective de relation client ou partenaire. S'il y a une opportunité forte de partenariat, nous la saisirons. Je doute que ça puisse être avec Red Bull."

partages
commentaires
Virages à fond avec 5 g en latéral : voici ce que réserve le Mugello

Article précédent

Virages à fond avec 5 g en latéral : voici ce que réserve le Mugello

Article suivant

Imola planche sur l'accueil de 13 000 spectateurs

Imola planche sur l'accueil de 13 000 spectateurs
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Tags cyril abiteboul
Auteur Basile Davoine
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021
Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins Prime

Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins

Aston Martin peut-elle se sortir du trou dans lequel la réglementation aérodynamique de 2021 l'a envoyée ? Cette question, l'écurie britannique ne peut pas encore y répondre. En revanche, les récentes performances de Mercedes offrent un signe d'encouragement.

Formule 1
11 avr. 2021