Formule 1
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
39 jours
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
67 jours
27 août
-
30 août
EL1 dans
95 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
102 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
116 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
123 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
137 jours
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
158 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
172 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
186 jours

Pour Kubica, les F1 auront déjà évolué avant le début de saison

partages
commentaires
Pour Kubica, les F1 auront déjà évolué avant le début de saison
Par :
17 mai 2020 à 13:09

Le pilote de développement Alfa Romeo estime que les écuries ont réorienté leur travail afin de s'adapter à la situation actuelle, au point que les F1 prévues pour le Grand Prix d'Australie auront déjà été supplantées par des modèles évolués lorsque le championnat pourra débuter.

L'ensemble de la grille se trouve pour le moment dans une position d'observation dans l'attente du début de la saison 2020 de Formule 1. Certains, comme Robert Kubica, savent que quelle que soit la manière dont celle-ci se matérialisera, cette reprise ne se traduira pas par du temps en piste : le pilote polonais est désormais en charge du programme de développement du simulateur Alfa Romeo, afin d'épargner les pilotes titulaires. Ce travail ne peut cependant être mené à bien que lorsque l'équipe tourne à plein régime avec le personnel et les infrastructures d'Hinwil ouvertes.

Dès lors, c'est en qualité d'observateur avisé que l'ex-titulaire Williams apporte son point de vue sur la dynamique qui pourrait être enclenchée si cette saison venait à ne compter qu'une dizaine d'événements. Et selon lui, un championnat condensé ne serait pas forcément synonyme de saison au rabais, de par l'incertitude sportive qu'il générerait.

"Je pense que les forces en présence dans un championnat s'établissent très tôt", indique-t-il ainsi dans un entretien accordé à Motorsport.com. "Clairement, ce qui manque à un passionné de F1 quand il y a une domination absolue et que l'on sait déjà en septembre qui va gagner le championnat, c'est une belle bagarre jusqu'à la dernière course. […] Si la F1 arrive à faire en sorte qu'un championnat plus condensé devienne plus compétitif pour tout le monde et plus serré, ce sera mieux pour tout le monde."

Lire aussi :

Une remarque qui rappelle celle faite régulièrement concernant l'importance de la fiabilité en particulier dans une saison au cours de laquelle chaque résultat pourrait compter encore plus. Par ailleurs, tout avantage technique pris par une équipe avant le début de la saison pourrait être encore plus difficile à combler pour les rivaux, ou inspirer des choix de directions différents en vue de l'attribution des ressources 2021, du fait de la fenêtre de développement plus faible dont disposeront les teams en retard pour refaire celui-ci.

"Étant donné que les équipes sont aujourd'hui fermées et que personne ne travaille, je pense que quand ça repartira, la façon de travailler et la manière de mener le développement seront différentes. Le développement représente une grande part de la F1 pendant l’année et ce sera une approche différente", estime Robert Kubica.

Lire aussi :

"Dernièrement, en ayant beaucoup de courses, la F1 a changé : les top teams essaient d'apporter de petites améliorations à chaque course, ou en tout cas fréquemment. Par le passé, quand je suis arrivé en F1, il y avait 16 courses : il y avait la voiture qui commençait en Australie ou à Bahreïn, puis le premier gros package de développement − on les appelait souvent les 'voitures B' − arrivait à Barcelone, pour la première course européenne."

Un fonctionnement forcément différent

Aujourd'hui, les choses ont un peu changé, analyse celui qui a intégré le plateau en 2006 avec BMW, déjà basé à Hinwil sur les bases posées par Sauber. "On en reviendra probablement un peu à la mentalité d'il y a 15 ans", estime-t-il ainsi de manière illustrée. "La course, ce n'est pas seulement le dimanche. La vraie course, celle des équipes, se fait tous les jours à l'usine, en soufflerie, dans les départements R&D, et l'exécution se fait le dimanche. Le dimanche, on peut perdre une course, mais pas la gagner. Si l'on arrive le dimanche et que la voiture n'est pas performante, on ne l'invente pas à ce moment-là. On peut en revanche perdre le Grand Prix : si l'on a une voiture performante et que l'on ne fait pas son travail à 100%, on peut le perdre. Mais souvent, les vraies personnes qui permettent de le gagner ne se voient pas, ce sont celles qui travaillent au siège. Ces gens seront probablement orientés un peu différemment, je présume."

Par ailleurs, les packages qui étaient prévus pour les premières courses de la saison 2020 sont déjà prêts puisque le travail a malgré tout continué tant que les usines n'ont pas été fermées. "Quand on va reprendre, les voitures seront probablement déjà différentes de ce qu'elles auraient dû être en Australie, ce sera une année un peu étrange", sourit Kubica, qui sait que les forces et faiblesses de chaque équipe seront encore plus difficiles à lire que d'habitude. "Je pense ceci dit que les forces en présence se verront quand même", modère-t-il cependant. "Le fait est qu'avec l'évolution de la situation et le report du nouveau règlement, ce qui va se passer cette année, même si c'est une année étrange, va en grande partie se renouveler l'année prochaine."

Lire aussi :

Ce sera donc un travail très important que de bien travailler sur les modèles 2020. "Beaucoup d'équipes qui travaillaient probablement déjà sur 2021 avec le nouveau règlement et tous ceux qui étaient concentrés sur le nouveau règlement vont recommencer à travailler sur la voiture actuelle", estime le pilote Alfa Romeo. "Il y a beaucoup de choses qui doivent se réajuster et se rééquilibrer dans le travail."

Avec Léna Buffa

Propos recueillis par Roberto Chinchero

Article suivant
Singapour 2008 : Briatore dénonce le "Conseil Mondial Mickey Mouse"

Article précédent

Singapour 2008 : Briatore dénonce le "Conseil Mondial Mickey Mouse"

Article suivant

Le top 3 va "faire face à des défis" pour atteindre le plafond

Le top 3 va "faire face à des défis" pour atteindre le plafond
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica
Équipes Alfa Romeo
Auteur Guillaume Navarro