Ricciardo - Ferrari est "assez proche du rythme de Mercedes"

partages
commentaires
Ricciardo - Ferrari est
Par : Glenn Freeman
9 mars 2017 à 18:57

Au terme de sa dernière journée de roulage, Daniel Ricciardo tire un bilan mitigé : s’il juge que la RB13 dispose d’un très bon potentiel, suffisant pour rivaliser avec Mercedes et Ferrari, il estime qu’il n’a pas encore été exploité.

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13, quitte les stands
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Christian Horner, Team Principal, Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13

Son dernier roulage avant Melbourne aura aussi été le plus long pour lui depuis le début des essais hivernaux puisque l’Australien a parcouru 128 fois le tracé de Barcelona-Catalunya ce jeudi, portant son total final à 337 tours, soit 1569 km, en quatre journées.

Quand vient l'heure de jauger les progrès faits sur la Red Bull RB13, Ricciardo ne se montre pas totalement satisfait, et attend beaucoup de la dernière journée de ces tests. "Les progrès ont été bons [depuis le début des tests] mais aujourd’hui nous avons été un peu embrouillés avec quelques réglages. Espérons que nous aurons des réponses ce soir."

"Heureusement, Max est dans la voiture demain. Je pense que nous avons besoin d’une journée supplémentaire pour vraiment comprendre mieux la voiture et ensuite [il y aura] Melbourne. D’une certaine façon, je suis content que les tests soient terminés, parce que je voudrais courir."

La concurrence, et particulièrement Ferrari, semble d’ores et déjà en ordre de bataille même s’il est difficile de tirer des conclusions des temps effectués par les uns et les autres à cause des programmes différents, d’autant plus quand le jeu du ralentissement volontaire est aussi visible que celui de Sebastian Vettel ce jeudi matin.

Mais le quadruple vainqueur de Grands Prix assure que Red Bull n’est pas loin du duo : "Notre véritable rythme est plus proche mais nous ne sommes tout à fait à leur niveau. Nous pouvons y parvenir, mais ce n'est pas encore le cas. Dans deux semaines avec un peu de chance."

"Nous n’avons assurément pas encore montré le [même] rythme [que] Ferrari, donc si on met des points de référence ce soir, on pourrait dire que Ferrari est, pour l’instant, le challenger le plus proche [de Mercedes], je pense que c’est juste. Donc, oui, nous l’avons [le potentiel], mais il faut toujours le trouver."

Quand il est évoqué le fait que, durant la journée, quand Vettel et lui étaient sur des longs relais et dans la même zone du circuit, il n’est pas parvenu à rester dans le rythme de la SF70H, il répond : "Ferrari est rapide, ils ont été rapides pendant tous les tests. Ils ont montré cela sur les longs relais aussi. Je ne pense pas que nous ayons été rapides aujourd’hui. Nous aurons quelques réponses sur ça, nous n’avions pas le rythme aujourd’hui."

"Ferrari semble fort. Je pense que pour l’instant, ils sont assez proches du rythme de Mercedes. Donc ça va rendre les choses intéressantes. Et je pense que nous serons là, je sens que cette voiture a ça en elle, il faut juste le trouver. Demain, ça sera important pour la comprendre un peu plus. Je ne pilote pas, mais avec Max ça sera intéressant."

Des évolutions pour Melbourne

Au moment de se projeter vers la première épreuve de l’année, qui aura lieu entre le 24 et le 26 mars, à domicile, dans l’Albert Park de Melbourne, le numéro 3 explique que des évolutions auront déjà fait leur apparition sur sa monoplace : "L’unité de puissance et la voiture auront de nouvelles petites pièces. […] C’est toujours un peu aléatoire, mais je pense que nous serons dans une meilleure situation en compétition."

Justement, est-il inquiet des problèmes de fiabilité du bloc Renault ? "Oui et non. Oui parce que c’est toujours au fond de votre esprit, mais en même temps non, je ne peux rien y faire. Max a eu des problèmes de fiabilité hier, mais aujourd’hui j’ai fait 130 tours presque, donc ça ne m’est pas venu à l’esprit. Je pense que ça ira."

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

Affiche F1 "Deux Légendes" - Mansell/Senna, GP de Grande-Bretagne 1991
Affiche F1 "Deux Légendes" - Mansell/Senna, GP de Grande-Bretagne 1991, sur Motorstore.com
Article suivant
Stroll engrange longs relais et expérience

Article précédent

Stroll engrange longs relais et expérience

Article suivant

Kvyat et Toro Rosso "pas loin" d'une simulation de course

Kvyat et Toro Rosso "pas loin" d'une simulation de course
Charger les commentaires