Vettel : "On m'oubliera très vite, et je trouve ça sain"

Sebastian Vettel n'est pas accro à la célébrité, loin de là. Et s'il prend du plaisir en Formule 1, il est enthousiaste à l'idée de retomber dans un relatif anonymat.

Vettel : "On m'oubliera très vite, et je trouve ça sain"

Quatre titres mondiaux, 57 pole positions, 53 victoires en Grand Prix… Rares sont les pilotes de Formule 1 qui peuvent se targuer d'un palmarès aussi impressionnant que celui de Sebastian Vettel. Et pourtant, le nouveau pilote Aston Martin reste sur une saison 2020 particulièrement difficile chez Ferrari où, ayant déjà connaissance de son départ prochain, il n'a marqué que 33 points face aux 98 unités engrangées par son jeune coéquipier Charles Leclerc.

Lire aussi :

Il n'en fallait pas davantage pour que son talent soit remis en question par certains, dans un sport où les performances récentes influencent énormément la réputation des pilotes, mais Vettel n'en a cure, préférant se concentrer sur la saison à venir avec sa nouvelle écurie.

"En toute honnêteté, l'année entière a été difficile", reconnaît l'Allemand. "J'y ai beaucoup pensé alors. Je ne suis évidemment pas content de la façon dont la saison dernière s'est passée en matière de performance – uniquement mon niveau de performance – mais je pense l'avoir accepté et je n'ai aucun regret. Je sais que ce n'était pas au niveau de mes exigences. Ce que disent ou – désolé ! [il s'adresse aux journalistes, ndlr] – écrivent les gens ne m'a jamais vraiment importé. C'est pourquoi je trouve important d'être en paix avec moi-même. Je suis très enthousiaste pour cette année, et j'ai moi-même des attentes très, très élevées, bien sûr."

Sebastian Vettel, Aston Martin Racing

Surtout, à plus long terme, Vettel s'attend à tomber dans l'oubli une fois qu'il aura quitté la Formule 1. Et s'écarter du feu des projecteurs lui sied à merveille, lui qui est le seul pilote de F1 à demeurer absent des réseaux sociaux.

"Ce que pensent les gens ne m'intéresse pas. Il s'agit davantage de faire mes preuves envers l'équipe, envers moi-même, plutôt qu'envers les autres. Notre monde évolue très vite, et c'est nécessaire, c'est sain et c'est bien. Sinon, on reste toujours coincé dans le passé et on continue de dire que Juan Manuel Fangio est le messie des pilotes automobiles. Aucun doute, il était exceptionnel. Mais si vous demandez aujourd'hui à un ado de 15 ans qui est Juan Manuel Fangio, je ne pense pas qu'il ou elle le sache. C'est bien. Le temps passe", estime Vettel, qui est passionné par l'Histoire de la Formule 1. Il est vrai, à l'échelle francophone, que l'expression "se prendre pour Fangio", jadis populaire, n'est plus très utilisée de nos jours.

"Actuellement, Fangio a probablement été célèbre plus longtemps que n'importe lequel d'entre nous ne le sera, quel que soit le nombre de victoires. Et c'est bien. Mais c'est bien d'avancer et de passer à autre chose. Je suis donc certain que quand je dirai au revoir à la Formule 1, on m'oubliera très vite, et ce n'est pas grave. Je trouve ça sain. C'est pourquoi donner tort aux gens n'est pas si important pour moi : je me concentre vraiment sur moi-même et sur ce que j'ai à faire."

Mais s'il évoque la fin de sa carrière, Vettel est loin de l'envisager pour l'heure. Aston Martin vise le sacre d'ici trois à cinq ans, et le quadruple Champion du monde a bien l'intention d'en être. Lorsqu'il lui est demandé s'il est capable de remporter un nouveau titre, le vétéran de 33 ans assure : "Je pense qu'oui, je ne suis clairement pas trop vieux. Il y a des pilotes moins jeunes qui rejoignent la grille maintenant. Je ne pense pas que ce soit une question d'âge, plutôt d'avoir la bonne voiture et la bonne écurie autour de soi."

"Je pense avoir ça en moi. Je l'ai toujours eu, et remporter le titre mondial était probablement un grand soulagement, de savoir que j'en étais capable. Depuis lors, je ne vois pas vraiment pourquoi je n'en serais plus capable. Niveau âge, je pense avoir encore beaucoup de temps devant moi, mais en toute honnêteté, cela dépend un peu des circonstances, de comment vont se passer les choses dans un avenir proche."

Propos recueillis par Luke Smith 

partages
commentaires

Voir aussi :

L'ex-pilote de F1 Christian Klien pilotera en DTM en 2021

Article précédent

L'ex-pilote de F1 Christian Klien pilotera en DTM en 2021

Article suivant

Les trois exemples à suivre si Ferrari veut retrouver les sommets

Les trois exemples à suivre si Ferrari veut retrouver les sommets
Charger les commentaires
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021