Stats - 42 victoires pour un Vettel toujours modeste

Grâce à sa victoire au Grand Prix de Singapour 2015, la 42e de sa carrière, Sebastian Vettel s'est emparé de la troisième place de l'Histoire au nombre de victoires, une position qu'il détenait auparavant à égalité avec Ayrton Senna.

Par conséquent, il n'y a plus qu'Alain Prost (51 succès) et Michael Schumacher (91 victoires) devant Sebastian Vettel sur les tablettes de statistiques.

Certes, avec 27,63% de victoires, Vettel fait mieux que tout autre pilote actuel, mais a du pain sur la planche avant d'égaler les exploits de Jim Clark (34,72%), Alberto Ascari (40,63%) ou Juan Manuel Fangio (47,06%), qui couraient il est vrai à une époque peut-être moins compétitive que notre ère.

Reste qu'à l'âge de 28 ans, le pilote allemand a l'avenir devant lui pour obtenir les 50 victoires qui lui manquent afin de dépasser l'idole de sa jeunesse et devenir le pilote le plus victorieux de tous les temps.

"Je pense que je me considérerais comme le pilote le plus chanceux du monde si je devais remporter autant de victoires que Michael," confie Vettel. "Je pense, pour être honnête, que Prost est plus ou moins en vue. J'ai 28 ans donc je ne suis plus le plus jeune, surtout si les jeunes commencent à courir à 17 ans maintenant."

Si on a 23 virages à Singapour, je suis au premier virage et Michael au virage 23

Sebastian Vettel

"Mais Michael, c'est juste ridicule : le nombre de victoires, le nombre de poles, le nombre de meilleurs tours en course. Je pense que pour toutes les statistiques, c'est à lui qu'on se compare, et je pense que c'est encore loin. Donc si on a 23 virages à Singapour, je considère que je suis au premier virage et Michael au virage 23."

"Je ne m'intéresse pas vraiment à ça. Je prends beaucoup de plaisir. Je pense que je peux me considérer très chanceux de la façon dont les choses ont tourné. J'ai toujours eu une voiture plus ou moins compétitive, une équipe compétitive, donc si cela continue ainsi, alors je pourrai me considérer très chanceux."

Schumacher 1996 - Vettel 2015 : incomparable?

Grâce à cette troisième victoire lors de sa première saison au sein de la Scuderia, Vettel fait aussi bien que son compatriote, qui avait également signé trois succès chez Ferrari en 1996. C'est toutefois incomparable, affirme le quadruple Champion du Monde.

"Je ne pense pas qu'on puisse faire cette comparaison," relativise-t-il. "Et pour être juste, je pense que la voiture qu'il avait en 1996 était bien pire que celle que nous avons cette année, ce qui montre à nouveau quel grand pilote c'était."

Le plus important, c'est de s'amuser et d'être payé à le faire

Sebastian Vettel

Il n'y a pas qu'au nombre de victoires que Vettel bouscule les statistiques : avec 46 pole positions, il est déjà quatrième de la hiérarchie historique, bien que devancé de peu par Lewis Hamilton, et il ne lui en faut que 23 de plus pour dépasser Schumacher. Mais le jeune Allemand ne pense pas aux records et préfère prendre du plaisir en piste.

"C'est impossible de prédire l'avenir. Je pense que nous sommes sur la bonne voie avec l'équipe, Kimi [Räikkönen] et moi, donc je pense que nous avons des années devant nous dont nous pourrons profiter. D'une certaine façon, on peut oublier les statistiques ; je pense que le plus important, c'est de s'amuser dans la vie et d'être payé à le faire. Ça, c'est génial," conclut-il.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités
Tags statistiques, victoires