Uralkali attaque les administrateurs de Force India en justice

L'entreprise russe Uralkali déclare attaquer en justice les administrateurs qui ont organisé le rachat de l'écurie Force India.

Uralkali attaque les administrateurs de Force India en justice
Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11
Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11
Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11 sur la grille
Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11 sur la grille
Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11 sur la grille
Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11
Sergio Perez, Racing Point Force India VJM11
Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11
Esteban Ocon, Racing Point Force India VJM11

Uralkali est lié à Dmitry Mazepin, père du pilote GP3 Nikita Mazepin, et a tenté d'acquérir l'équipe après le placement sous administration de Force India fin juillet.

C'est toutefois un consortium mené par Lawrence Stroll, père du pilote Williams Lance Stroll, qui l'a emporté. Uralkali émet désormais des doutes quant au processus d'administration, et affirme avoir porté plainte auprès de la Haute Cour de justice d'Angleterre.

Lire aussi :

Dans un communiqué parvenu à Motorsport.com, Uralkali mentionne les "réponses inadéquates" des administrateurs – Geoff Rowley et Jason Baker de FRP Advisory LLP – quant à l'insuccès de son offre. Selon la compagnie, l'administrateur a confirmé que l'offre choisie – celle du consortium mené par Stroll – était "significativement inférieure", et Uralkali estime que "l'offre la plus élevée aurait dû l'emporter".

Uralkali affirme que le processus d'administration a été marqué par "des déformations et un manque de transparence" et "a échoué à maximiser le prix de vente au bénéfice des créanciers, des actionnaires et des autres parties prenantes".

Une offre supérieure à 100 millions

Uralkali affirme avoir fait "une offre extrêmement généreuse pour acquérir la compagnie, ainsi que ses actifs et ses fonds", laquelle serait comprise entre 101,5M£ et 122M£ (entre 113,5M€ et 136,5M€).

Cela aurait pleinement satisfait les créanciers, parmi lesquels le motoriste Mercedes, et aurait également couvert les coûts des administrateurs tout en soutenant un programme de développement de cinq ans, d'après la société.

Uralkali ajoute qu'après ces paiements, il serait resté plus de 45 millions d'euros pour l'unique actionnaire de Force India, à savoir Orange India Holdings Sarl. Cela aurait été sujet aux termes de la saisie imposée par la Haute Cour de justice en faveur de 13 banques indiennes.

Les administrateurs ont établi un accord d'exclusivité avec le consortium mené par Stroll, qui a ensuite fait l'acquisition des actifs et réinscrit l'écurie en tant que Racing Point Force India.

Uralkali, qui produit des engrais à base de potasse dans le monde entier, espérait se faire connaître en rachetant Force India, puisque l'entreprise est présente dans 20 des 21 pays qui accueillent la Formule 1.

"À cause de ces inquiétudes et des coûts de notre offre, ainsi que de la perte d'immenses revenus commerciaux potentiels, Uralkali n'a d'autre option que de lancer cette procédure et de demander des dommages et intérêts conséquentes", déclare Paul James Ostling, qui fait partie du conseil d'administration d'Uralkali depuis sept ans et a mené le projet de l'offre pour Force India.

Une déclaration des administrateurs, parvenue à Motorsport.com, prend note du communiqué d'Uralkali mais affirme ne pas être conscient de ces récriminations et défend ses propres actions.

"Nous n'avons reçu aucune revendication de la sorte, et de ce que nous savons, la Cour non plus", indiquent les administrateurs. "Si cette revendication est faite, nous nous défendrons avec vigueur. Nous avons rempli notre rôle statutaire en tant qu'administrateurs au fil de ce processus et avons atteint une solution très satisfaisante pour toutes les parties prenantes. Nous nous défendrons avec vigueur face à toute action légale à notre encontre, et avons bon espoir qu'elle ne donnerait pas suite."

partages
commentaires
La F1 rétablit l'ancien Live Timing via une application

Article précédent

La F1 rétablit l'ancien Live Timing via une application

Article suivant

Selon Haas, les troisièmes voitures "fausseraient" la F1

Selon Haas, les troisièmes voitures "fausseraient" la F1
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021