Vers des F1 aux formes encore plus extrêmes en 2023 ?

La compréhension de plus en plus importante des F1 version 2022 devrait amener à des solutions de carrosserie plus extrêmes encore l'année prochaine.

Vers des F1 aux formes encore plus extrêmes en 2023 ?
Charger le lecteur audio

Les règlements plus restrictifs de la Formule 1 pour cette année ont fait craindre que toutes les voitures ne se ressemblent. Les concepteurs ayant moins de possibilités de sortir des sentiers battus pour trouver des solutions innovantes, la probabilité était de voir apparaître une grille de machines à effet de sol similaires.

Les choses ne se sont pourtant pas passées ainsi, l'une des différences les plus flagrantes entre les équipes étant leurs designs en matière de pontons. Au début de l'année, il y avait une grande variété de concepts, avec notamment les solutions "inwash" de Ferrari, "downwash" de Red Bull et "zéro ponton" de Mercedes, toutes à des extrémités différentes du spectre.

Au fur et à mesure de l'avancée de la saison, les équipes ont mieux compris quelles idées fonctionnaient le mieux et l'on assiste progressivement à une convergence générale des concepts. Cette évolution a été déclenchée par la prise de conscience que les performances des voitures 2022 ne dépendent pas uniquement de la façon dont le flux d'air peut être géré dans la zone cruciale du plancher.

Au contraire, les équipes sont arrivées à la conclusion que la forme de la carrosserie est un outil tout aussi précieux à utiliser lorsqu'il s'agit de renforcer les performances du plancher et du diffuseur. Cela signifie qu'à mesure que les constructeurs se penchent sur leurs F1 2023, l'accent sera mis sur la recherche de formes de carrosserie encore plus agressives. Et des carrosseries variées sont l'un des meilleurs moyens de différencier les voitures.

Le directeur sportif d'Alpine, Alan Permane, a déclaré que les teams avaient été assez limités dans ce qu'il était possible de faire évoluer cette année, en raison d'éléments essentiels comme les radiateurs et les échappements qui ne peuvent être déplacés sur le court terme. Mais si les équipes décident dès maintenant de déplacer ces composants en vue de 2023, cela pourrait ouvrir la porte à des solutions plus originales pour la saison prochaine.

Fernando Alonso, Alpine A522

Fernando Alonso, Alpine A522

"Nous trouvons encore beaucoup de gains avec le plancher, la carrosserie supérieure et des choses comme ça", a expliqué Permane à propos des facteurs de performance des voitures actuelles. "Je pense que ce que nous apprenons cette année conduira inévitablement à des exemples plus extrêmes l'année prochaine. Là où nous sommes limités par la configuration des radiateurs, des échappements et d'autres choses de ce genre cette année, bien sûr, tout cela pourra être changé pour l'année prochaine."

Le directeur technique de McLaren, James Key, a ajouté que la valeur du travail sur l'ensemble de la carrosserie avait en fait grandi lorsque les équipes ont réalisé qu'elles étaient si limitées dans ce qu'elles pouvaient faire ailleurs sur leurs voitures. "Ç'a été un véritable exercice d'apprentissage, parce que nous avons nettement moins d'outils à gérer et à cause de cela, nous utilisons des outils différents", a-t-il déclaré.

"La carrosserie a donc pris de l'importance. C'est l'un des rares domaines où l'on dispose d'une grande liberté. Même si nous aurions pu faire des choses similaires l'année dernière, il s'agissait d'un élément beaucoup plus modeste par rapport au bargeboard, à la grille du diffuseur et à ce genre de choses. Tout cela a disparu, alors il faut passer à la couche suivante. Donc la carrosserie joue assurément un rôle."

La solution unique "zéro ponton" de Mercedes a fait l'objet de beaucoup d'attention, et différents points de vue ont été avancés selon lesquels l'impact de la carrosserie sur le flux d'air vers le plancher a joué un rôle dans ses problèmes cette année. La marque allemande insiste sur le fait que le design de ses pontons n'est pas à l'origine de ses difficultés, mais Key affirme que la circulation de l'air autour de la carrosserie est un élément essentiel de la performance de la génération actuelle des F1.

George Russell, Mercedes W13

George Russell, Mercedes W13

"Ce que vous faites avec vos pontons complète ce que vous essayez de faire en dessous, à bien des égards", a ajouté Key. "Il y a toujours des idées différentes. Regardez Ferrari, ils ont toujours [un système où l'air passe dans des "tunnels" sur le dessus des pontons] et c'est quand même une voiture très rapide. Donc je pense qu'il y a encore un certain niveau d'immaturité avec ces règles."

"Il y a encore beaucoup à apprendre et il n'y a pas de pratique convenue sur la façon de concevoir un plancher ou un ponton. Il y a encore de la diversité, et je ne suis pas sûr que cela se tasse l'année prochaine non plus. Oui, tout tourne autour du plancher, mais tout ce qui est fait autour et est connecté à lui, comme la carrosserie, la suspension, etc., est là d'une certaine manière pour le compléter."

Ce qui sera fascinant à voir, c'est précisément ce que feront les équipes avec les modèles de l'année prochaine. Les possibilités d'être agressif produiront-elles des variations plus importantes entre les constructeurs, ou finiront-ils par converger vers des idées similaires ? Nous ne le saurons pas avant le lancement de la saison 2023.

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Leclerc : Aucun problème avec la voiture lors du crash du Castellet
Article précédent

Leclerc : Aucun problème avec la voiture lors du crash du Castellet

Article suivant

Les pilotes de F1 veulent garder Vettel à la tête du GPDA

Les pilotes de F1 veulent garder Vettel à la tête du GPDA