Verstappen s'attend à une remontée plus dure qu'en 2018

Max Verstappen s'élancera du fond de grille ce dimanche et s'attend à une course compliquée.

Verstappen s'attend à une remontée plus dure qu'en 2018
Charger le lecteur audio

Au Grand Prix de Russie 2018, Max Verstappen avait pris le départ depuis la 19e place sur la grille au volant de sa Red Bull-Renault après avoir changé d'unité de puissance, mais s'était hissé au 13e rang dès le premier tour avant de mener la course pendant plus de 20 boucles à la faveur d'une stratégie efficace à un arrêt, se classant finalement cinquième.

L'édition 2021 pourrait-elle connaître un scénario similaire ? Déjà condamné à trois places de pénalité sur la grille pour son accrochage avec Lewis Hamilton à Monza, Verstappen a été équipé d'une nouvelle unité de puissance, ce qui va le reléguer en fond de grille ce dimanche. Il aurait été possible d'avoir une sanction moindre, en ne changeant que quelques éléments, mais pour Red Bull, ça n'avait pas de sens.

Lire aussi :

"Mercedes étant si compétitif ici, disons que nous finissons troisième en qualifications", théorise Helmut Marko, conseiller sportif de Red Bull, auprès de Motorsport.com. "Plus trois, ça fait sixième, donc 16e, car nous aurions pu n'avoir que dix places de pénalité avec le changement, nous avions ce choix. Mais entre 16e et 20e, il n'y a pas de différence. Nous avons donc choisi de tout prendre."

Et bien qu'il dispose d'une monoplace particulièrement compétitive – manifestement la plus rapide sur la majorité des tracés, mais pas forcément à Sotchi –, Verstappen s'attend à une course plus difficile qu'il y a trois ans.

"Bien sûr, en 2018, l'écart avec le milieu de peloton était un peu plus grand, alors naturellement je pense qu'il sera un peu plus difficile de remonter", estime le Néerlandais au micro de Sky Sports F1. "Il faut prendre la pénalité de toute façon, et si nous ne l'avions pas prise ici, nous l'aurions prise ailleurs. Nous nous sommes dit que nous allions décider de le faire ici et essayer d'en tirer le meilleur en course."

Les qualifications seront assurément perturbées par la pluie ce week-end, tandis qu'une grande incertitude règne quant à la météo pour dimanche. "Nous allons tout prendre en compte, notamment la météo pour demain", ajoute Verstappen. "Nous essayons juste de faire la meilleure voiture possible pour ce week-end, une fois que nous avons décidé de prendre ce moteur. J'espère que cela va porter ses fruits, mais attendons d'abord de voir quelle sera la météo."

"Les qualifications n'importent pas pour nous", confirme Marko. "Nous allons donc nous concentrer sur les réglages pour la course. Tout dépend du déroulement de la course, y aura-t-il une voiture de sécurité ou non ? En même temps, personne ne pensait que l'on puisse dépasser à Zandvoort, et Pérez est remonté à la huitième place, je crois, avec un arrêt supplémentaire. Je pense que beaucoup de choses sont possibles."

Une chose est sûre : avec son nouveau groupe propulseur, Verstappen n'aura pas besoin de gérer la mécanique d'ici la fin de la saison, prédit Marko… sauf défaillance imprévue, évidemment.

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Gasly : "On va mettre les K-Way" pour les qualifications
Article précédent

Gasly : "On va mettre les K-Way" pour les qualifications

Article suivant

Première journée agitée pour McLaren

Première journée agitée pour McLaren
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021