Première journée agitée pour McLaren

Des problèmes moteur ont perturbé le roulage de Lando Norris et de Daniel Ricciardo au Grand Prix de Russie. Si la répétition de l'exploit de Monza n'est pas au programme, Norris sent qu'un nouveau podium est possible.

Première journée agitée pour McLaren

Pour la première journée d'essais du Grand Prix de Russie, les McLaren de Lando Norris et Daniel Ricciardo se sont montrées timides, laissant Ferrari et AlphaTauri se placer juste derrière les redoutables Mercedes, qui ont fait de l'autodrome de Sotchi leur jardin. Quatrième en EL2, Norris s'est fait surprendre à la fin de la première séance en partant brusquement en tête-à-queue dans la voie d'entrée des stands. Plus de peur que de mal pour le Britannique.

"Je peux dire que ce n'était pas de ma faute, il s'est passé quelque chose avec le moteur", a expliqué le pilote McLaren. "Bien sûr, ce n'est pas idéal puisque j'ai endommagé l'aileron avant, ce n'est pas ce que nous souhaitons. Dans l'ensemble, la journée a été faite de hauts et de bas. Nous avons eu pas mal de difficultés en EL1 mais nous avons fait quelques changements sur la voiture pour la deuxième séance, et nous nous sommes améliorés."

Lire aussi :

Bien que Norris ait reconnu que les MCL35M n'étaient "pas aussi compétitives qu'à Monza", les cartes pourraient être redistribuées en qualifications en raison des grosses averses qui se préparent à tomber sur Sotchi. La pluie a tendance à niveler les performances des monoplaces et à mettre plus en avant les talents du pilote. Norris l'avait démontré en étant dans la course pour la pole position à Spa-Francorchamps avant de connaître un accident en Q3. Une nouvelle séance qualificative humide lui permettrait ainsi de clore définitivement le chapitre belge.

"Ça va surement être humide, et j'aime rouler sous la pluie", a poursuivi Norris. "Je sens qu'il y a quelque chose d'inachevé après ce qui s'est passé à Spa, donc j'ai hâte. Il devrait pleuvoir énormément. Nous avons vu qu'il était impossible de rouler lorsqu'il y avait trop de pluie, donc attendons de voir. Nous ne savons pas ce que la [direction de course] va faire avec les qualifications, si elles auront lieu demain ou dimanche matin."

Au-delà de la pluie, le pilote McLaren a une carte à jouer ce week-end à la suite des pénalités de Charles Leclerc et de Max Verstappen. Tous deux ont monté un quatrième moteur et s'élanceront depuis le fond de la grille dimanche après-midi. Privé de deux sérieux concurrents pour le podium, Norris s'attend à voir le pilote Red Bull remonter jusqu'aux avant-postes mais ne ferme pas la porte à une arrivée dans le top 3.

"Je pense que [les Red Bull] sont clairement plus rapides que nous ce week-end, c'est un peu un retour à la normale. Mais nous ne sommes pas si loin. Nous pouvons les garder derrière nous, ce n'est pas le meilleur circuit pour dépasser mais ça reste possible. Je m'attends à ce que [Verstappen] remonte mais nous avons une opportunité de finir une place devant et de marquer plus de points, c'est l'objectif", a-t-il conclu.

Ricciardo touché par un problème moteur

Le vendredi de Daniel Ricciardo a été davantage pénible. Le vainqueur du Grand Prix d'Italie a échoué à entrer dans le top 10 en EL1 et en EL2 et a connu un problème mécanique lors de la séance de l'après-midi. McLaren a été dans l'obligation de monter un autre moteur (sans déclencher une pénalité), ce qui a fait perdre à l'Australien 20 minutes de roulage au total.

Lire aussi :

Devant ce démarrage difficile, Ricciardo est resté optimiste en déclarant : "Je suis certain que les choses reviendront dans l'ordre. C'était un vendredi assez agité. Mais j'imagine qu'il faut voir le verre à moitié plein, c'est mieux [d'avoir des problèmes] aujourd'hui que samedi ou dimanche. J'espère que tout cela est derrière nous".

"Mais on ne peut pas le nier, [le problème moteur] a affecté notre journée, et lorsque nous avons pris la piste, il y avait des [drapeaux] jaunes et rouges. Lorsque j'essayais de faire un temps, je tombais sur des pilotes chargés en essence. C'était désordonné, ça a vraiment perturbé les EL2. Je pense que le week-end va encore être perturbé mais pour tout le monde j'espère, pas seulement pour moi. On verra ce que demain nous offrira, des parapluies je pense."

En osmose avec sa MCL35M sur les longues lignes droites de Monza, Ricciardo a avoué ne pas être "suffisamment à l'aise" avec sa monture dans l'autodrome de Sotchi. "Ça ne sert à rien de prendre des pincettes, c'était une journée difficile", a martelé le pilote. "Je pense qu'en plus de ça, certaines choses ont joué en notre défaveur aujourd'hui. Je n'étais pas suffisamment à l'aise avec la voiture. Nous pouvons faire mieux que ça, mais nous devons encore franchir des étapes sans prendre en compte les perturbations du jour."

partages
commentaires

Voir aussi :

Verstappen s'attend à une remontée plus dure qu'en 2018

Article précédent

Verstappen s'attend à une remontée plus dure qu'en 2018

Article suivant

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021