Vettel : plus d'alchimie avec Ferrari, pas de place chez Red Bull

Sebastian Vettel va-t-il quitter la Formule 1 par la petite porte ?

Vettel : plus d'alchimie avec Ferrari, pas de place chez Red Bull

À l'issue du premier Grand Prix de la saison, Sebastian Vettel est décidément dans une situation des plus inconfortables. Le quadruple Champion du monde, bien qu'étant l'un des pilotes les plus victorieux de l'Histoire de Ferrari, n'est toujours pas parvenu à mener la Scuderia au titre ; cette dernière va désormais faire du jeune prodige Charles Leclerc son leader pour l'avenir et n'a même pas souhaité renouveler le contrat de Vettel pour 2021. De quoi aborder la saison actuelle avec une ambiance quelque peu gênante au sein de l'équipe, qui plus est quand la SF1000 n'est pas au niveau, au point que Vettel la qualifie d'inconduisible…

Lire aussi :

"Leur relation est terminée", analyse Mark Webber, nonuple vainqueur en Grand Prix et coéquipier de Vettel chez Red Bull de 2009 à 2013, dans le podcast Fast Lane. "L'alchimie n'est plus là, le mariage est fini. Sebastian est en rouge, il pilote une voiture rouge mais il ne pense plus qu'à lui. Dans certains scénarios, on préférerait que ce soit déjà terminé, car c'est comme si c'était le cas. Sebastian était dépourvu de sa dynamique après la course. Plus tôt il partira, mieux ce sera pour tout le monde."

Webber est particulièrement étonné par la manière dont Ferrari a décidé de se séparer de Vettel : "Je pense que cela a surpris la plupart d'entre nous, Sebastian plus que quiconque. Même la façon dont ça lui a été annoncé, par téléphone, sans faire l'effort de le lui dire en face… Clairement, la dynamique de cette relation n'était pas saine, et ils ont pensé qu'il valait mieux ne pas continuer. Ce n'est pas comme s'ils avaient proposé un contrat d'un an et que Seb en voulait un qui soit davantage sur le long-terme. Ferrari n'envisageait même pas cette possibilité."

Les options de Vettel pour rester en Formule 1 semblent se raréfier, notamment au sein des top teams. Mercedes ne semble pas considérer cette piste sérieusement, et l'Allemand pourrait être contraint à une année sabbatique, voire à une retraite anticipée.

"Il doit récupérer son énergie, se réinventer et sortir Maranello de son esprit pour ce faire", poursuit Webber. "Sa relation avec Ferrari est devenue un cercle vicieux en ce sens. Mais je ne pense pas que sa carrière soit terminée. Je pense qu'il a encore une chance d'avoir quelque chose en 2022. Qui sait, peut-être 2021 chez Red Bull ?"

Sebastian Vettel, Red Bull Racing, Christian Horner, Team Principal, Red Bull Racing, Adrian Newey, directeur technique, Red Bull Racing et leur équipe fêtent le titre mondial

Il est vrai que Vettel a appelé Helmut Marko, conseiller de Red Bull en sport automobile, dès qu'il a appris que Ferrari allait l'écarter – bien que l'intéressé affirme s'être contenté de demander des conseils à son ancien mentor. Quoi qu'il en soit, la porte Red Bull est manifestement fermée, elle aussi.

Max Verstappen ne verrait pourtant pas d'inconvénient à faire équipe avec celui qui a remporté quatre titres mondiaux consécutifs pour l'écurie anglo-autrichienne et qui pourrait représenter un apport d'expérience bienvenu. "J'ai déjà eu ça avec Daniel [Ricciardo] au sein de l'équipe, et cela fonctionnait bien. Mais ce n'est évidemment pas moi qui décide", indique Verstappen au micro de Servus TV. Quant à savoir qui serait le coéqupier le plus plaisant entre Vettel et Alexander Albon : "Je n'ai jamais travaillé avec Sebastian. Je n'en sais donc rien. Je ne pense pas qu'il y aurait de problème."

Cependant, c'est le directeur d'équipe Christian Horner qui tue dans l'œuf toute possibilité d'un retour de Vettel à Milton Keynes, réaffirmant au passage sa confiance à Albon. "Nous avons tant de souvenirs d'exception avec Sebastian", reconnaît le Britannique dans la même interview. "Trente-huit victoires ensemble, les quatre titres. Nous avons connu des moments incroyables dans cette période de sa carrière. S'il part, ce sera dommage pour la F1."

"Or, le temps s'écoule en permanence. Nous ne sommes qu'à la première course, nous avons deux pilotes qui font du super travail. Il est difficile de voir comment nous pourrions l'accueillir, car nous ne nous attendions pas à ce qu'il soit sur le marché. Nous ne nous serions jamais attendus à ce que Ferrari fasse preuve d'une telle impolitesse en ne lui proposant pas un nouveau contrat." Il n'empêche que Red Bull, manifestement, ne veut pas faire de telles politesses à son ancien héros pour autant.

partages
commentaires
Pourquoi les Mercedes noires ne surchauffent pas

Article précédent

Pourquoi les Mercedes noires ne surchauffent pas

Article suivant

Alonso : "Je suis conscient de ce que sera 2021"

Alonso : "Je suis conscient de ce que sera 2021"
Charger les commentaires
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021