Vettel va attendre avant de baptiser son Aston Martin

En raison du manque de performance de son équipe après les deux premières courses de la saison, Sebastian Vettel choisit de repousser sa réflexion sur le surnom qu'il donnera à sa nouvelle Aston Martin.

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR22

Depuis sa première saison complète en Formule 1, en 2008, Sebastian Vettel donne systématiquement un surnom à ses voitures. Ayant remporté sa première victoire en catégorie reine au volant d'une Toro Rosso STR3 qu'il avait nommée Julie, le pilote allemand a ensuite été sacré Champion du monde avec Randy Mandy (2010), Kinky Kylie (2011), Abbey (2012) et Hungry Heidi (2013).

Lors de son passage chez Ferrari, de 2015 à 2020, Vettel s'est mis à utiliser des noms à consonance italienne, tels qu'Eva en 2015, Gina en 2017 et Lina en 2019. Enfin, à son arrivée chez Aston Martin, le pilote a fait un clin d’œil au conducteur d'Aston le plus célèbre de la planète, James Bond, en appelant sa voiture Honey Ryder, le personnage féminin du film James Bond contre Dr No incarné par Ursula Andress.

Mais cette année, l'Aston Martin AMR22 du quadruple Champion du monde n'a pas encore reçu de surnom, la faute à un test COVID positif ayant contraint Vettel à manquer les deux premières courses de la saison et à céder son volant à son compatriote Nico Hülkenberg. Désormais de retour dans le paddock, Vettel rompt avec la tradition en décidant de ne pas chercher de surnom dans l'immédiat, préférant d'abord se concentrer sur le manque de performance de son équipe.

"Nous allons attendre d'avoir un meilleur rythme, ensuite nous réfléchirons à un nom. Peut-être que nous prendrons un petit peu plus de temps que d'habitude", a indiqué Sebastian Vettel en marge du Grand Prix d'Australie.

Sebastian Vettel, Aston Martin

Sebastian Vettel, Aston Martin

Les deux premiers Grands Prix de la saison ont été difficiles pour Aston Martin puisque l'équipe britannique n'est pas parvenue à ouvrir son compteur à Sakhir et à Djeddah. Elle figure aujourd'hui à l'avant-dernière place du championnat, ne devançant que Williams. Bien que Vettel n'ait pas pris part à ces courses, l'Allemand ne s'est pas contenté d'un simple rôle de spectateur puisqu'il est resté impliqué dans le travail de son équipe.

"Il y a eu des courses où je me suis senti un peu malade et j'ai roulé mais ce n'était pas possible [à Bahreïn et en Arabie saoudite]", a déclaré Vettel. "C'était clairement la bonne décision. [C'était] étrange de regarder [les deux courses] mais, d'un autre côté, [c'était] aussi intéressant de voir cela de l'extérieur. Je pense que Nico s'est vraiment bien débrouillé en sautant [dans la voiture] et en faisant ce genre de boulot sans aucune préparation, évidemment. J'ai participé à toutes les réunions et à tous les briefings, j'ai écouté les pilotes tout le temps. J'ai essayé d'en tirer le meilleur parti mais c'était un peu étrange."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent La grille de départ du Grand Prix d'Australie
Article suivant LIVE F1 - Suivez le Grand Prix d'Australie en direct

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France