L'avenir de Vettel est "bien sûr" lié au règlement 2021

Le quadruple Champion du monde ne cache pas que la réglementation 2021 jouera un rôle déterminant dans sa volonté de poursuivre ou non sa carrière en Formule 1 au-delà de son actuel contrat chez Ferrari.

L'avenir de Vettel est "bien sûr" lié au règlement 2021

Lorsqu'il a perdu sa victoire au Grand Prix du Canada le mois dernier suite à une pénalité pour une manœuvre face à Lewis Hamilton, Sebastian Vettel a critiqué la décision et ce qu'était devenue la F1, estimant qu'elle était trop réglementée. Alors que de grands changements techniques, sportifs et financiers sont toujours en discussion pour la saison 2021, les pilotes ont été sollicités pour faire valoir leur point de vue, et Vettel espère qu'une direction satisfaisante sera adoptée. Au point que celle-ci pourrait conditionner le fait qu'il reste ou non en Formule 1 ? "Bien sûr, oui", admet-il avant d'en dire davantage.

Lire aussi :

"J'ai encore besoin de voir ça d'une manière où je trouve les voitures excitantes, la formule enthousiasmante", précise-t-il. "Le temps file, évidemment. C'est bien que nous soyons consultés. Nous avons donné notre avis et nous le donnerons à nouveau. J'espère que la F1 prendra le bon tournant pour grandir, pour nous permettre de courir, de nous défier nous-mêmes et d'explorer nos capacités."

Les F1 actuelles sont "trop lourdes"

Sebastian Vettel, Ferrari SF90, devant Max Verstappen, Red Bull Racing RB15

Présent en F1 depuis 2007, Vettel a conquis ses quatre titres mondiaux entre 2010 et 2013 avec Red Bull Racing, avant de rejoindre Ferrari. Son bail actuel à Maranello prendra fin à l'issue de la saison 2020, et son avenir fait l'objet de spéculations avec en toile de fond les erreurs qu'il a pu commettre sous la pression ces dernières années, et encore récemment. Certains imaginent même un possible retour de l'Allemand chez Red Bull, mais l'intéressé se dit toujours heureux au sein de la Scuderia, mettant davantage son avenir entre ses propres mains.

Depuis le début de l'ère hybride en 2014, Vettel a parfois critiqué sévèrement la F1, et il conserve aujourd'hui un avis mitigé sur les monoplaces mises entre les mains des pilotes. "À haute vitesse, c'est ce qui se fait de mieux", souligne-t-il. "À basse vitesse… je ne dirais pas qu'elles sont dernières de la classe ! Mais elles sont trop lourdes. C'est quelque chose que je n'aime pas. Je pense que la première F1 que j'ai connue était très excitante à n'importe quelle vitesse. Et la course était un sprint, c'était génial car on pouvait repousser ses propres limites, celles de la voiture et des pneus à chaque tour. Ça a un peu changé. Nous gérons davantage sur certaines courses, et moins sur d'autres. Il y aura toujours une certaine gestion, à juste titre. Il faut aussi utiliser sa tête, pas seulement les pieds et les mains. Mais celui qui est récompensé devrait être le plus rapide."

partages
commentaires
Red Bull : Il était "totalement logique" de préférer Gasly à Sainz
Article précédent

Red Bull : Il était "totalement logique" de préférer Gasly à Sainz

Article suivant

Grosjean représentera les pilotes à la réunion de Genève pour 2021

Grosjean représentera les pilotes à la réunion de Genève pour 2021
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021